Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 08 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pascal Bruckner jugé pour avoir qualifié deux associations de "complices idéologiques" des terroristes

En 2015, l'intellectuel avait qualifié de "collabos" deux associations antiracistes : "Les Indivisibles" de la militante Rokhaya Diallo, et "Les Indigènes de la République" d'Houria Bouteldja.

À la barre

Publié le
Pascal Bruckner jugé pour avoir qualifié deux associations de "complices idéologiques" des terroristes

Le philosophe Pascal Bruckner était convoqué devant la 17e chambre du palais de justice de Paris mercredi 30 novembre pour avoir déclaré en 2015 sur la chaîne Arte qu'il fallait "faire le dossier des collabos, des assassins de Charlie". 

Comme le rappelle l'hebdomadaire Le Point, l'intellectuel visait notamment Guy Bedos et le rappeur Nekfeu, et les associations "Les Indivisibles" de la militante antiraciste Rokhaya Diallo (qui n'en fait plus partie), et "Les Indigènes de la République" d'Houria Bouteldja. 

Selon Pascal Bruckner, ces deux associations auraient "justifié idéologiquement la mort des journalistes de Charlie Hebdo", à travers leurs écrits et leurs actions militantes.

À la suite de ces déclarations, l'intellectuel a été visé une plainte pour diffamation déposée par les deux associations.

Invité à préciser le sens de sa déclaration, Pascal Bruckner a répété que celle-ci était selon lui "une évidence" et qu'elle "le reste". Selon lui, l'emploi du terme "collabo" fait référence à la Seconde Guerre mondiale, et notamment à "ces journaux qui ont justifié la liquidation des résistants ou des juifs". 

>>>> À lire aussi : Pascal Bruckner : Allo Papa bobo

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vauban - 01/12/2016 - 16:19 - Signaler un abus Le Premier qui dit

    La vérité .....

  • Par A M A - 01/12/2016 - 17:25 - Signaler un abus Bonjour le sac de nœuds que

    Bonjour le sac de nœuds que doit dénouer cette 17°Chambre si Bedos est dans le coup.

  • Par langue de pivert - 01/12/2016 - 17:52 - Signaler un abus Non-lieu ☺ affaire suivante !

    Il n'y a pas de délit d'opinion en France !

  • Par vangog - 01/12/2016 - 18:45 - Signaler un abus Courageux, Pascal Bruckner...

    de s'attaquer à l'officine de la pensée unique gauchiste. Il a tout mon soutien!

  • Par Alain Proviste - 01/12/2016 - 18:46 - Signaler un abus Jamais entendu parler de cette affaire...

    ...alors qu'elle est gratinée. Les 2 dernières personnes nommées sont elles-mêmes gratinées, il est même étonnant qu'on les laisse instiller leur venin à la TV et sur la radio. C'est aussi pour ça que les soces se prennent des tôles à chaque élection.

  • Par elvin - 01/12/2016 - 20:59 - Signaler un abus et alors ???

    j'espère qu'il va être relaxé avec les félicitations du tribunal mais quelque chose me dit que ça n'est pas certain...

  • Par Liberdom - 02/12/2016 - 02:09 - Signaler un abus Le tribunal de la pensée

    La très ignoble 17 me chambre du tribunal de Paris a été spécialement constituée pour condamner toute opinion contraire au politiquement correct et à la pensée unique du camp du bien. Voilà toute une clique à virer dans 6 mois parmi les 500000 fonctionnaires en trop.

  • Par pale rider - 02/12/2016 - 07:55 - Signaler un abus Bravo Mr Bruckner mais également : enfin !

    car combien de temps aura t il fallu aux intellectuels pour comprendre que le danger avait changé de camp . Bon , il n'est jamais trop tard

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€