Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 24 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le Parti socialiste se prépare à licencier la moitié de ses effectifs

"La situation est explosive" lance un cadre du parti dans les colonnes du "Monde".

La purge

Publié le
Le Parti socialiste se prépare à licencier la moitié de ses effectifs

Le calvaire continue pour le Parti socialiste. Après les désastres électoraux à la présidentielle puis aux législatives - qui ont plombé les finances -, le PS pourrait bien connaître une "saignée sociale" dans ses effectifs. Ce que rapporte un article du Monde, qui annonce que le parti pourrait se séparer de la moitié de ses salariés.

"On passe de 28 millions d’euros de budget annuel à 8 millions.

Soit une perte de 100 millions sur cinq ans" rappelle le trésorier du PS, Jean-François Debat, dans les colonnes du quotidien. De son côté, un cadre évoque une "situation explosive". "Nous étions 120 salariés. Une vingtaine est déjà partie depuis un an, avec des démissions ou des départs à la retraite. Il en reste donc une centaine. Et on va devoir se séparer de la moitié ou plus… La situation est explosive".

Un élu au CE estime pourtant que ce plan de sauvegarde de l'emploi sa fait sans "coup fourré". "On attache tout de même une certaine importance à l'éthique sociale et à la probité. Nous sommes le Parti socialiste !" plaide-t-il dans le journal. Mais tout le monde n'est pas du même avis. "Solférino n’a jamais eu un respect scrupuleux du droit du travail…"rétorque un permanent.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 16/10/2017 - 17:43 - Signaler un abus Le canard

    bouge encore? Quant à l'éthique et à la probité du PS, faudrait quand même que les survivants arrêtent de fumer la moquette... Au fait, où sont passés les 15 millions d'euros de la "campagne" de leur candidat, vu qu'il n'ont rien fait? à part quelques sortes très confidentielles, et c'est le moins qu'on puisse dire... comparé à la campagne tonitruante du candidat LREM qui n'en a pas dépensé plus?

  • Par vangog - 16/10/2017 - 20:31 - Signaler un abus Les socialauds vont enfin comprendre le coût d'une faillite!

    avec ses cinquantaines de licenciements...eux qui ont voté toutes les lois rétrogrades empêchant les entreprises de s'adapter à la globalisation, vont enfin sentir la merde à laquelle se confronte une entreprise française en réduction d'effectifs, pour cause de lois du travail socialisantes débiles...

  • Par Anouman - 16/10/2017 - 22:10 - Signaler un abus Plan social

    Qu'en dit la CFDT? Ce qui est ennuyeux dans leur cas c'est qu'ils ne risquent pas de trouver un repreneur, même Coréen...

  • Par Dorine - 17/10/2017 - 12:10 - Signaler un abus Pensez-vous Van Gog ?

    Le PS n'a jamais rien appris de ses erreurs. Il ne se souviendra pas qu'une entreprise qui fait faillite ne peut plus payer ses salariés. Ils ont toujours su vivre en picorant sur le dos et la sueur des autres.Le PS ne sait pas faire autre chose et ses élus non plus.Comme disait La Fontaine : tout flatteur vit au dépens de celui qui l'écoute ! et qui l'élit.....

  • Par Liberdom - 17/10/2017 - 13:20 - Signaler un abus Hi Hi Hi

    on se demande ce que pouvaient fournir comme travail ces effectifs pléthoriques... Sans doute s’appliquaient-ils le partage du travail et touchaient-ils le revenu universel.

  • Par Anguerrand - 17/10/2017 - 16:10 - Signaler un abus Décidément ces salauds de patrons licencient

    La CGT , le PC et le PS n'ont cessé de traiter les licenciement de honte sauf bien quand ce sont eux les patrons. Les licenciés vont ils bruler des pneus devant le siège du PS, voire menacer de faire brûler le palais qu'ils occupaient, ce serait drôle non ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€