Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Vote du budget : l'UMP parle de "matraquage fiscal" et dénonce un "détricotage" sans réel projet

Le nouveau budget est voté ce mardi devant le Parlement. La gauche solde définitivement l'ère Sarkozy.

Remise à plat

Publié le

[Mis à jour à 10h40]

L'ancienne ministre UMP Nathalie Kosciusko-Morizet a jugé que la session parlementaire qui prend fin avait été "quasi exclusivement consacrée à défaire ce qui a été fait" durant le quinquennat précédent. "C'est une session parlementaire qui a été quasi exclusivement consacrée à défaire ce qui a été fait, défaire, annuler, abroger, casser sans rien construire", a estimé Nathalie Kosciusco-Morizet sur Europe 1.

NKM : "on a mis à bas 5 ans de travail" par Europe1fr

"On défait des dispositifs qui permettaient d'améliorer la compétitivité des entreprises, avec la TVA anti-délocalisation, on défait des dispositifs qui permettaient d'améliorer le pouvoir d'achat des salariés avec la défiscalisation des heures supplémentaires", a cité l'ancienne ministre, demandant : "Qu'est-ce qu'on met à la place ?".

En revanche, a-t-elle souligné, le Parlement a "surtout" voté "des mesures d'augmentation d'impôts". Qualifiant d'"impressionnante" la liste des impôts qui ont été votés pendant la session parlementaire, elle a affirmé : "Il y en a pour sept milliards, il y en a dans toutes les directions."

De son côté, le président des députés UMP, Christian Jacob, a accusé mardi le gouvernement de se lancer dans un "matraquage fiscal" en commentant l'adoption de la loi de finances rectificative qui prévoit sept milliards de hausse d'impôts supplémentaires. "La ligne du gouvernement précédent, c'était équilibrer dépenses et recettes et ne pas se lancer dans un matraquage fiscal comme l'actuel gouvernement vient de s'y lancer", a estimé Christian Jacob sur France 2.

Thierry Mariani, député des Français de l'étranger, a dit avoir "l'impression que c'est une véritable épuration qui est engagée", avec notamment "la suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires" et "l'augmentation des droits de succession", dans un entretien au Figaro du 31 juillet. "Tout est fait pour profiter de l'indifférence estivale pour faire une véritable chasse aux sorcières, affirme-t-il, évoquant également une seconde épuration qui vise certains postes de la fonction publique : préfets, magistrats, diplomates, cadres de la police ou même l'Institut du monde arabe." "Détricoter, c'est bien quand on a un projet alternatif. Or je constate que, pendant cette session extraordinaire, on n'a eu que ce détricotage", a-t-il ajouté sur France Inter mardi matin.

Le député de l'Eure Bruno Le Maire, candidat à la présidence de l'UMP, avait déclaré lundi sur Europe 1 : "Je suis très frappé, dans l'action de ce gouvernement depuis quelques semaines, que Jean-Marc Ayrault et ses ministres se soient donné un mal de chien pour détricoter une à une toutes les mesures prises par Nicolas Sarkozy pour faire face à la crise et essayer de protéger les Français."

 

Le Parlement enterre le "travailler plus pour gagner plus" de Nicolas Sarkozy.

Députés et sénateurs votent définitivement ce mardi le premier acte budgétaire de l'ère François Hollande. Il  élimine la TVA sociale et la défiscalisation des heures supplémentaires, mesures phares de Nicolas Sarkozy, et prévoit 7,2 milliards d'euros de hausses d'impôts. 

Le projet de loi de finances rectificative 2012 prévoit aussi une contribution exceptionnelle sur la fortune et un alourdissement des impôts sur les successions, les donations et les gros patrimoines. A cela s'ajoute un retour partiel à l'âge de la retraite à 60 ans. La plupart des initiatives visent à abroger les mesures du quinquennat précédent. La seule mesure rescapée est le relèvement du seuil de taxation à l'impôt sur la fortune, qui reste fixé à 1,3 million d'euros, épargnant les propriétaires de confortables appartements parisiens.

Le texte met fin à la hausse de la TVA de 1,6 point décidée en début d'année, qui aurait dû compenser une baisse des cotisations familiales dues par les entreprises et s'appliquer en octobre. L'Assemblée nationale doit voter ce budget rectificatif 2012 dans l'après-midi et le Sénat en début de soirée.

C'est le projet de suppression des exonérations sociales et fiscales liées aux heures supplémentaires qui a le plus marqué. D'abord à gauche, en raison d'un cafouillage dans la majorité sur l'entrée en vigueur de la fin des exonérations fiscales. Il est vrai qu'au départ seules la fin des exonérations de cotisations sociales (salariales et patronales) étaient prévues au programme.

Les exonérations sociales et fiscales liées aux heures supplémentaires avaient été votées en 2007, au début du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Cette mesure était un symbole du slogan "Travailler plus pour gagner plus". La droite accuse donc le PS de s'en prendre au pouvoir d'achat des classes moyennes et populaires. L'UMP a d'ores et déjà prévu de saisir le Conseil constitutionnel de ce budget.

La mise en place du budget 2013 risque d'être un exercice bien plus périlleux pour le gouvernement. Il devrait intégrer l'imposition à 75% de la tranche de revenu supérieure à un million d'euros mais ne devrait pas comporter d'augmentation de la CSG.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ZOEDUBATO - 31/07/2012 - 09:21 - Signaler un abus Le parlement vote les pleins pouvoir au Chef de clan

    Par vengeance et envie vis-à-vis de son ennemi politique ; Le Président Sarkozy et son bilan flatteur ; Lle clan casse tous les acquis culturels, sociaux, humains, citoyens, solidaires, économiques des classes laborieuses. Il transforme la France en champ de ruines ou les citoyens se renferment sur eux-mêmes et rejettent dans un même sac les politiques, les agents Publics et ceux qui exploite le système sans rien apporter au pays. Le clan a tout cassé mais n’a rien construit ni mis en place de projet d’avenir ni de plan de croissance pour les entreprises créatrices de richesse, ni montré une volonté de revenir à une saine gouvernance, à l’intérêt général et à un effort juste entre Public et Privé Le parlement vote les pleins pouvoir au Chef de ? Alors que fait-le chef et son ? Ils partent en vacances pour bien profiter des somptueuses sommes que ces nantis s’accaparent en exploitant le travail des classes laborieuses via des impôts confiscatoires

  • Par eiram - 31/07/2012 - 11:07 - Signaler un abus Pourquoi les ministres

    Pourquoi les ministres sont-ils déjà partis deux semaines en vacances après à peine un mois de "travail"? Alors qu'un salarié n'y a pas droit la première année?

  • Par léonard simon - 31/07/2012 - 11:56 - Signaler un abus à Zoedubato

    Ecoutez, le rôle de l'intelligent-benet est de défaire tout ce qu'a fait Sarko, de serrer les louches d'une partie de la France cul-cul et idéologiquement raillée, celle qui a voté pour ce benet, aller aux J.O, faire des petites phrases à la gland. Pas de projet chez ce notaire de province des années 50. Donc ses acolytes détruisent tout ce qu'avait construit l'ancien gouvernement, bonnes lois comme les mauvaises. faut tuer Sarko et la droite, car ils en ont des cauchemards la nuit, ce qui prouve leur fragilité psychologique et leur médiocrité. Car oui les socialistes ou les pseudo sont de bons bourgeois médiocres, sans talent ni imagination, et je sais ce dont je parle..

  • Par altona - 31/07/2012 - 12:45 - Signaler un abus Seuil de l'ISF inchangé , pourquoi ?

    Ce seuil reste fixé à 1,3 millions d'Euros , pour une raison trés simple : Flanby a déclaré pour 1,1 millions d'Euros de patrimoine (cf le mensuel Capital) lors de la présidentielle ; et son Premier Ministre payait également l'ISF quand le seuil était début 2007 à 800 000 Euros.(cf également Capital). On a le coeur à gauche mais le porte monnaie à droite !!

  • Par léonard simon - 31/07/2012 - 16:33 - Signaler un abus @altona

    Erreur ! Le coeur est à gauche ainsi que le portefeuille

  • Par flogo - 31/07/2012 - 16:49 - Signaler un abus LES DEUX PREMIERS MOIS

    de ce quinquenat sont les preuves pour l'avenir que le nouveau président n'est pas à la hauteur de la charge. ***** - Ce n'est que destruction de ce qui avait été fait par son prédecesseur. Ceci relève de l'enfantillage : c'est moi le chef maintenant alors je me venge pour effacer tout ce qui tu as laissé, pour te rayer de l'histoire ! - Aucune perspective d'avenir avec construction solide, nous sommes dans le flou le plus complet. ***** la destruction des avantages ce qui est un impôt déguisé l'augmentation des charges sur les PME l'augmentation des impôts sur les "riches" : ceux qui gagnent plus de 4.000 euros par mois le matraquage des plus riches avec sélection pour les copains qui seront épargnés ***** Tout cela mène à la lutte des classes et donc à la révolution du peuple qui ne veut jamais revenir en arrière sur ses acquis ***** Les socialo-communistes sont en cours de destruction de la France ***** il va être temps d'agir dès la rentrée, dès que le peuple qui prend ses vacances pour oublier, va constater la triste réalité. ***** Ce n'est plus de l'incompétence, c'est de la connerie!

  • Par Fonky - 31/07/2012 - 17:48 - Signaler un abus merci flogo, zobdubateau et

    merci flogo, zobdubateau et les autres. toujours aussi drôle de vous lire. Bonne vacances bon quinquennat

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€