Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 04 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Paris : Ras-le-bol de l'insécurité et de l'insalubrité, des riverains font un procès à la ville et à l'Etat

Une association d'habitants du quartier Dejean, dans le XVIIème arrondissement, en a assez de l'inaction face à des centaines de vendeurs à la sauvette et des immondices qu'ils laissent dans la rue.

Inégalité

Publié le
Paris : Ras-le-bol de l'insécurité et de l'insalubrité, des riverains font un procès à la ville et à l'Etat

Insécurité, insalubrité, gêne... Depuis des années, des centaines de vendeurs à la sauvette se retrouvent dans le quartier Château-Rouge chaque jour, autour de la rue Dejean, créant une mauvaise atmosphère et laissant des monceaux d'immondices dans le quartier. Une association de riverains, Vie Dejean, en ont ras-le-bol. Ils lancent une procédure presqu'inédite devant le juge administratif : ils accusent l'Etat et la Ville de "rupture d'égalité". C'est-à-dire que selon eux ils ne bénéficient pas de l'égalité face au service public dont bénéficient d'autres riverains.

Les vendeurs à la sauvette rendent difficile la vie aux passants, ont parfois des altercations, laissent des ordures derrière eux. Parfois délogés par la police, ils reviennent immédiatement ensuite. La nuit, le quartier devient une décharge à ciel ouverte où, selon les riverains, prolifèrent dealers et réseaux de prostitution. L'association a accumulé de nombreuses preuves depuis deux ans de l'état du quartier : photos, vidéos, témoignages, dépôts de plaintes et de mains courantes, etc. afin de faire valoir les droits de ses membres. 

A LIRE AUSSI : Comment Anne Hidalgo fait le Paris de la délinquance...

 
Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€