Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 21 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Paris : l’aventure Autolib’ se termine

Le Syndicat Autolib’Velib’ Metropole (SAVM) a voté, ce jeudi 21 juin, la résiliation anticipée du contrat avec le groupe Bolloré.

Une gestion en roue libre ?

Publié le - Mis à jour le 22 Juin 2018
Paris : l’aventure Autolib’ se termine

Depuis 2011, elles faisaient partie du paysage urbain. Les voitures en libre service Autolib’ sont désormais amenées à disparaître dans la capitale et sa banlieue. Le syndicat SAVM, réunissant les 103 communes partenaires du dispositif, a voté ce jeudi la résiliation du contrat avec le groupe Bolloré. La raison d’une telle décision ? La dette accumulée par ce service, qui s’élève à 293,6 millions d’euros. Si le groupe Bolloré est tenu d’éponger 60 millions d’euros, la somme restante (233 millions d’euros) est à la charge des collectivités.

Or, le syndicat refuse de verser cette somme, ce qui a entraîné la résiliation anticipée du contrat.

 

Néanmoins, des élus espèrent pouvoir contester cette décision, rapporte France Info. "Dans tout ce qu’on a entendu, il y a beaucoup d’anomalies de procédure et obligatoirement, il y a peut-être une démarche de travail », explique Philippe Brillault, maire Les Républicains du Chesnay, cité par nos confrères. Quant au président d’Autolib’, Gilles Alix, il veut « continuer à se battre ». « Ne croyez surtout pas les balivernes du syndicat, nous irons au tribunal administratif et que nous obtiendrons beaucoup d’argent », a-t-il déclaré.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 22/06/2018 - 08:36 - Signaler un abus Quand on est assez stupide

    pour suivre une Hidalgo, faut pas pleurer après.

  • Par l'enclume - 22/06/2018 - 10:03 - Signaler un abus Tout fout le quand mon bon prince, tous de dangereux rêveurs.

    Atlante13 - 22/06/2018 - 08:36 - Que je sache en 2011, madame Hidalgo n'était pas maire de Paris. A moins que quelque chose m'ait échappé.

  • Par moneo - 22/06/2018 - 16:27 - Signaler un abus Peu importe

    nous aurons la Trotinette lib

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€