Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 11 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Pacte de responsabilité : Manuel Valls hausse le ton face au Medef

Selon le Premier ministre, qui estime que les engagements du pacte de responsabilité ne sont "pas respectés", se pose désormais la question du conditionnement des aides allouées aux entreprises.

Conditions

Publié le
Pacte de responsabilité : Manuel Valls hausse le ton face au Medef

"Nous respecterons l'engagement financier, mais les aides peuvent être conditionnées, réorientées", a déclaré Manuel Valls. Crédit Reuters

Au terme d'une réunion de suivi avec les partenaires sociaux, Manuel Valls a estimé ce lundi que la mise en œuvre du pacte de responsabilité n'était "pas satisfaisante", et a appelé le patronat à "assumer ses responsabilités", et à "laisser la place au dialogue social". Selon le Premier ministre, qui estime que les engagements du pacte de responsabilité ne sont "pas respectés", se pose désormais la question du conditionnement des aides allouées aux entreprises. 

"Nous respecterons l'engagement financier, mais les aides peuvent être conditionnées, réorientées", a déclaré Manuel Valls, qui se refuse toutefois à parler de "menace". Une nouvelle évaluation des effets du pacte de 41 milliards d'euros de baisse du coût du travail arrivera "avant l'été", a-t-il ajouté. 

Selon Geoffroy Roux de Bézieux, vice-président du Medef, le fait de conditionner les aides allouées aux entreprises dans le cadre du pacte de responsabilité constituerait "une erreur majeure" et remettrait en question "la confiance qui commence à renaître dans les chefs d'entreprises". "Évidemment, il ne faut pas conditionner, et si on conditionne on va remettre par terre tout ce qui a été fait depuis deux ans", s'est-il également inquiété. 

 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 15/02/2016 - 20:50 - Signaler un abus Le socialisme, ça ne fonctionne pas...

    et ça oblige, tôt ou tard, à reprendre en double les cadeaux offerts abusivement et inconsidérément... Si les socialistes avaient été intelligents, ils auraient baissé les charges sociales des entreprises, plutôt que créer cette nouvelle usine à gaz à tuyaux percés, dont tous les chefs d'entreprise lucides (excepté le Medef...) savent qu'elle va leur peter à la gueule, tôt ou tard. Le mieux est donc de s'en éloigner, avant 2017, car lorsqu'il leur faudra se réconcilier avec les ultra-gauchistes, ces odieux vont dynamiter leur bébé...

  • Par clint - 15/02/2016 - 20:52 - Signaler un abus Un fiasco car mal préparé, ça sent la présidentielle !

    Ce pacte a été mal ficelé, à la va-vite et aux changements de pas, comme tout ce que ce gouvernement socialiste a fait. Des entreprises l'ont touché bien qu'elles n'en avaient pas besoin (Poste, banques, etc). Mais comme la présidentielle arrive à grand pas Hollande/Valls cherchent des responsables pour se désengager. de leurs responsabilités dans le marasme économique où ils nous ont plongé.

  • Par sapiensse - 15/02/2016 - 23:22 - Signaler un abus des aides ridicules

    La bonne idée c'est quoi maintenant ? Puisque les entreprises n'embauchent toujours pas ? En réalité, cette baisse négociée est plutôt bidon et se traduit dans le crédit des entreprises pas une ligne modeste. Evidemment mis bout à bout ce que l'Etat ne pique pas aux entreprises créatrices de richesses ça fait une rondelette somme mais c'est pas de l'argent donné au MEDEF... la gauche socialiste vit toujours dans la pure idéologie (et le MEDEF a bien joué le jeu en promettant un million d'emplois ce qui est aberration !). Allons jusqu'au bout de la comédie et du jeu de dupes, augmentons les charges des entreprises et punissons ces salauds de patrons qui ne comprennent rien à la politique merveilleuse de Hollande.

  • Par Ganesha - 16/02/2016 - 01:09 - Signaler un abus Pierre Gattaz

    En Israël on vient de réellement mettre en prison un ancien premier ministre pour un pot de vin de 14.000 euros. Pierre Gattaz a volé 41 milliards et il se pavane !

  • Par vauban - 16/02/2016 - 08:11 - Signaler un abus Le coup de la défausse sur les entreprises

    Était,et est inscrit dans le logiciel des socialos Eux ils peuvent augmenter sans fin les prélèvements ça n a bien évidemment aucune incidence sur l économie réelle ! Une telle cécité intellectuelle on n y croit pas. Mais si ils en sont atteints et n en guériront jamais

  • Par langue de pivert - 16/02/2016 - 08:13 - Signaler un abus Laissons faire la nature ! ☺

    Valls-la-menace a plus besoin des entreprises que le contraire ! Ne pas embaucher et attendre que cette équipe parte ! Le plus dur est fait ! Beaucoup d'entreprises sont en sur-effectif et pourraient licencier encore si l'exécutif persiste dans la menace. Ne rien dépenser, ne pas investir, ne pas embaucher et attendre la chute de ce gouvernement.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€