Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 20 Novembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Ondes des téléphones portables : l’exposition aux radiofréquences émises et reçues serait mal calculée

Les fabricants des smartphones ne diraient pas toute la vérité...

Tricheurs

Publié le - Mis à jour le 27 Décembre 2016
Ondes des téléphones portables : l’exposition aux radiofréquences émises et reçues serait mal calculée

Certains pensent que les ondes des téléphones portables pourraient être mauvaises pour la santé. Selon les militants "anti-ondes", les fabricants des téléphones portables ne nous diraient pas toute la vérité. Leurs tests, effectués en laboratoire, ne correspondraient pas aux conditions réelles d’utilisation des mobiles. Le danger des radiofréquences serait donc minimisé dans leurs rapports.  

Petites tricheries ?

Petite explication. L’exposition aux radiofréquences émises et reçues par un téléphone portable est mesurée par le débit d’absorption spécifique (DAS).

Elle est exprimée en watts par kilogramme (W/kg). Il s’agit de la quantité d’énergie absorbée, sous forme de chaleur, par les tissus biologiques. Selon la réglementation européenne de 1999, 2 W/kg ne doivent pas être dépassés lors de l’exposition du portable à la tête et au tronc, et 4 W/kg pour les autres membres du corps.

Les fabricants respectent bien ces normes mais … sur les mannequins remplis d'eau et de sucres. Pour le corps, ils se contentent de cuves d’eau, au lieu d'utiliser des vrais cobayes humains. Selon certains militants, cela n'est pas suffisant.

La distance changerait tout

De plus, la réglementation veut que la mesure des watts par kilogramme soit faite téléphone collé à l’oreille, mais pour le reste du corps, elle laisse les industriels libres de fixer la distance à laquelle est placé l’appareil. Or, à l’exception des modèles les plus récents, pour lesquels la distance lors des tests a été raccourcie, celle-ci était jusqu’ici d’environ 15 mm, avec un maximum de 25 mm. Ces quelques millimètres feraient toute la différence avec la vie réelle.

L’Agence nationale des fréquences (ANFR), l’établissement public chargé du contrôle de ce secteur, a fait ses propres tests, dans des laboratoires européens, sur un échantillon de 95 téléphones mobiles différents vendus entre début 2012 et fin 2014, et 71 autres présents sur le marché au cours de l’année 2015. À une distance du corps de 1,5 cm, aucun ne dépassait la limite de 2 W/kg. Toutefois, lors d'une autre expérience, l'ANFR a placé les téléphones portables près du corps. Résultat : "89 % des téléphones mesurés au contact par l’ANFR présentaient un DAS supérieur à 2 W/kg et 25 % un DAS supérieur à 4 W/kg", précise l'organisme. Selon ce dernier, quelques portables ont même atteint 7 W/kg. Ces dépassements concernent uniquement l’exposition au corps et non à la tête. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Mario - 24/12/2016 - 09:13 - Signaler un abus L'exposition aux

    L'exposition aux radiofréquences des smartphones sont dangereuses, tout le monde le sait? Postulat de base faux car des centaines de milliers d'études ont été faites et aucune n'a montré de dangerosité . D'ailleurs plus personne ne parle de tumeur cérébrale liée aux téléphone. Quant au petite tricherie, n'importe quel labo est capable de mesurer ces ondes....

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€