Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 22 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

OGM : 80% des Français s'inquiètent de leur présence dans les aliments

L'étude montrant que les rats nourris de mais OGM développent davantage de tumeur entraîne l'inquiétude des Français.

Sondage

Publié le

Non, non et non les Français ne veulent pas d'organismes génétiquement modifiés (OGM), et pire, ils s'en inquiètent fortement. Un sondage Ifop réalisé pour Dimanche Ouest France indique en effet que près de huit Français sur dix, 79% exactement, s'inquiètent de la présence éventuelle d'OGM dans leur nourriture. La question posée était "à propos de la présence éventuelle d'OGM dans les produits alimentaires, diriez-vous que vous êtes personnellement très inquiet, plutôt inquiet, indifférent, plutôt pas inquiet ou pas inquiet du tout?".

Le taux révélé par le sondage est donc nettement plus élevé qu'auparavant puisqu'en juillet 2010, ils n'étaient que 73% à être inquiets, et 28% très inquiets contre 38% de personnes très inquiètes aujourd'hui. Ce sondage fait bien évidemment suite à la publication de l'étude de chercheurs français qui ont montré que les rats nourris de maïs OGM avaient beaucoup plus de chances de développer des tumeurs et de mourir.

Les peurs vis-à-vis des OGM sont partagées par l'ensemble de la population puisque 80% des femmes et 79% des hommes se disent inquiets de trouver des OGM dans leur alimentation. La proximité politique n'est pas ailleurs pas un facteur de différenciation pour une fois. En effet, quand 84% des sympathisants socialistes se disent inquiets, ils sont 88% et 88% au Modem et 73% à l'UMP et au FN.

L'âge des personnes interrogées est en revanche un vecteur de différenciation. Les jeunes âgés de 18 à 24 ans sont à 57% effrayés par les OGM quand les plus de 35 ans le sont à 83%.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Ganesha - 23/09/2012 - 09:40 - Signaler un abus Le Pire du Pire

    Le pire du pire, ce serait un Sarko génétiquement modifié, résistant au Roundup et à la Démocratie !

  • Par carredas - 23/09/2012 - 11:17 - Signaler un abus Quand Danny le rouge parle des Verts...

    Comment les français pourraient-ils avoir un avis distancié et argumenté grâce à des études scientifiques, sur un sujet qui est présenté par les Verts comme "une catastrophe nucléaire agricole"... Je viens de lire sur le Figaro que Daniel Cohn Bendit se désolidarisait de EELV écologie et disait qu'il existait une dérive gauchiste à l'intérieur de ce parti... C'est plutôt savoureux de la part de DCB ! Il est plus que temps de différencier l'écologie de l'idéologie d'extrême-gauche du parti qui prétend parler en son nom.

  • Par Ravidelacreche - 23/09/2012 - 11:45 - Signaler un abus leur présence dans les aliments

    "les rats nourris de maïs OGM" je m'en fout je ne mange pas de rat.

  • Par Iletvilain - 23/09/2012 - 15:03 - Signaler un abus En pleine campagne, on tombe sur ça !

    28 "allées" de maïs avec des pancartes et des numéros... "Un filon de maïs OGM : vite, filons !" http://www.grincant.com/2012/09/23/un-filon-de-mais-ogm-vite-filons/

  • Par Satan - 23/09/2012 - 22:26 - Signaler un abus Les ogm c'est bon pour les pauvres!

    Moi je préfère manger bio! Même si c'est pas forcément meilleur pour la santé au moins c'est meilleur au goût! Et ça pas besoin d'étude scientifique pour le constater!

  • Par menerlach - 27/09/2012 - 23:30 - Signaler un abus Mise sur le marché des ogm...

    Il ne s'agit pas de gober tout ce que dit l'industrie agro-alimentaire ni de rejeter en bloc tous les ogm. Quand une plante est génétiquement modifiée elle se met à produire une nouvelle protéine dont l'impact sur la santé est inconnu. Comme il s'agit d'une molécule destinée à être avalée le cas est très semblable aux médicaments, il faudrait donc un protocole d'essais semblable à ce que subissent les médicaments avant leur mise sur le marché. En particulier les essais actuels sur 90 jours sont beaucoup trop courts pour déceler des éventuelles affections lentes comme le cancer ou les maladies dégénératives.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€