Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 09 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Obama déclare être "très fier" de n'avoir rien fait pendant qu'Assad utilisait des armes chimiques contre ses citoyens

Dans une interview, le président des Etats-Unis revient sur sa décision de ne pas frapper le régime syrien alors qu'il avait averti qu'il le ferait s'ils utilisaient des armes chimiques.

Moyen Orient

Publié le
Obama déclare être "très fier" de n'avoir rien fait pendant qu'Assad utilisait des armes chimiques contre ses citoyens

On s'en souvient. A l'été 2012, alors que la guerre civile en Syrie bat son plein, Barack Obama trace une "ligne rouge" dans le sable : si le régime de Bachar Assad utilise des armes chimiques contre les civils, les Etats-Unis, qui jusqu'à présent étaient restés en marge du conflit, réagiront. Et pourtant, en août 2013, Assad a dépassé la "ligne rouge" tracée par Obama avec le massacre de la Ghouta, qui a fait entre 350 et 1500 victimes civiles selon les estimations.

A l'époque, il le président des Etats-Unis déclare que "Nous devons nous rendre compte que lorsque plus de mille personnes sont tuées, y compris des centaines d'enfants innocents, avec une arme au sujet de laquelle 98 ou 99 pour-cent de l'humanité dit qu'on ne devrait jamais l'utiliser, même en guerre, s'il n'y a pas de réaction, nous envoyons un signal que nous ne comptons pas défendre cette norme de droit international. Et cela représenterait un danger pour la sécurité nationale des Etats-Unis." Pendant une semaine, le gouvernement américain a lancé une campagne de relations publiques pour préparer le monde à l'idée de frappes.

Et, au dernier moment, Obama change d'avis.

Ce volte-face, alors qu'Obama a dit qu'il punirait le régime syrien--et donc mis en jeu la crédibilité des Etats-Unis--, alors que le régime massacrait des civils, a été un des moments les plus marquants--et les plus critiqués--de la présidence de Barack Obama. Selon de nombreux observateurs, il a aggravé la situation en remettant en jeu la crédibilité des Etats-Unis, et notamment en encouragant Vladimir Poutine à intervenir dans le conflit. Pourtant, dans un entretien accordé à Jeffrey Goldberg de The Atlantic, revenant sur cet épisode, Barack Obama assure : "Je suis très fier de ce moment." Pour lui, intervenir dans le conflit syrien aurait été trop coûteux et aurait pu entraîner les Etats-Unis dans un engrenage. 

Le président des Etats-Unis rajoute : "Il y avait tout le poids des idées reçues, toute la machine de notre administration de sécurité nationale. Pour tout le monde, ma crédibilité était en jeu, la crédibilité de l'Amérique était en jeu. Et donc je savais que je paierais un coût politique en appuyant sur pause. Et le fait que j'ai été capable de me sortir de toutes ces pressions de l'instant et de repenser ce qui était dans l'intérêt de l'Amérique [...] était une des décisions les plus dures que j'aie eu à prendre. Et je crois qu'au bout du compte c'était la bonne décision."

Pour Shadi Hamid, chercheur à la Brookings Institution (de gauche), Obama a "en pratique récompensé" Assad d'avoir utilisé des armes chimiques contre des civils, en faisant planer la menace pour ensuite ne pas la mettre à éxécution. Pour Gideon Rose, rédacteur-en-chef du magazine Foreign Affairs et un soutien d'Obama, la séquence représente "un cas d'école d'improvisation et d'amateurisme honteux." Même Hillary Clinton aurait déclaré, en privé, "Si on a dit qu'on allait frapper, il faut frapper. Il n'y a pas le choix." Obama, lui, est "très fier".

A LIRE AUSSI : Quand la Syrie risque de faire boum : la Turquie ET l’Arabie saoudite envisagent l’envoi de troupes au sol (mais pas du tout de manière concertée…)

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 10/03/2016 - 14:12 - Signaler un abus Oui, c'était la bonne décision!

    Mais Obama omet de dire pourquoi! Parceque les forces révolutionnaires syriennes, soutenues par le fasciste Erdogan, les europeistes Tusk, Merkel-verraterin, le Qatar et l'Arabie saoudite utilisaient, eux-aussi des armes chimiques...il a du mal à dénoncer les alliés des islamistes, Obama!

  • Par zouk - 10/03/2016 - 14:54 - Signaler un abus Obama et la ligne rouge

    Fier d'avoir déclenché cette atroce guerre civile en Syrie, avec le bénéfice annexe de Daesh?

  • Par von straffenberg - 10/03/2016 - 15:54 - Signaler un abus Obama et la guerre

    Obama s'est rendu compte des lourdes erreurs diplomatiques et stratégiques à l'égard de la situation au moyen orient et a botté en touche.C’était effectivement une bonne décision comme dit van gogh mais Obama devrait s'opposer à la politique d' Erdogan et de se préoccupper du sort des Kurdes

  • Par adroitetoutemaintenant - 10/03/2016 - 17:13 - Signaler un abus Vous avez tout faux

    Obama savait qu'en n'intervenant pas les chrétiens seraient massacrés et en bon musulman c’est un bon résultat. Tout le reste c’est du bla-bla.

  • Par Borgowrio - 10/03/2016 - 18:00 - Signaler un abus Encore heureux

    Drôles de citoyens , c'est bien français de dire que les rebelles islamistes opposants à B.Al Assad sont "ses" citoyens qu'il aurait gazé . De plus il semblerait que le gazage ne soit pas formellement prouvé. Qu'ont ils fait, ces faiseurs de morale de plateaux télé quand les chrétiens yézidis se faisaient massacrer

  • Par clint - 10/03/2016 - 20:51 - Signaler un abus Arrêtez ! Obama n'est pas musulman!

    Enfin, si vous voulez, le 11 septembre c'est les américains !!!

  • Par adroitetoutemaintenant - 10/03/2016 - 23:10 - Signaler un abus @clint

    Obama est un vrai musulman, petit fils d’un esclavagiste kenyan. Mêmes les noirs américains commencent à douter de ce menteur qui n’a pas été élevé comme eux. Ni noir, ni américain mais vrai musulman. Il a récemment déclaré que l’Amérique n’était pas judéo-chrétienne ce à quoi un candidat à la présidence a répondu que les américains décideront qui ils sont. Mais c’est vrai que beaucoup se font encore avoir par la taqîya, le seul art vraiment musulman, en gardant leur tête dans le sable.

  • Par kaprate - 11/03/2016 - 10:25 - Signaler un abus oui et non

    Obama est bien né musulman de père musulman, est allé à l école coranique. Il s est converti au christianisme à la Fac de droit. Je ne pense pas pour autant au il soit pro-Daesh. Par contre, humainement, il est logique qu il ne perçoive pas l Islam et les peuples musulmans comme un non musulman, ce qui explique ses positions parfois ambigües, notamment vis à vis d Israël. Il parle couramment arabe et connait le Coran et les cultures musulmanes, don élection a été bien perçue par les Pays musulmans avec lesquels il peut avoir un lien direct et privilégié. S agissant de Bachar, ne pas frapper pour cette raison a été judicieux puisque les armes chimiques ont été aussi utilisées par les islamistes et déstabiliser le régime aurait été bien pire. Musulman et assez pro-arabe surement mais pas salafiste et djiadiste non plus!

  • Par Eolian - 11/03/2016 - 12:57 - Signaler un abus Pour une fois

    Obama n'a pas fait une grosse co.......rie! Les experts américains et d'autres sont pratiquement sûrs que ces attaques ne sont pas du fait de Bachar-Al Assad. C'est ballot, mais c'est comme ça!

  • Par brennec - 11/03/2016 - 14:51 - Signaler un abus Heureusement qu'il n'a pas persévéré dans son erreur.

    C'était surtout la bonne décision compte tenu du fait que ce n'est pas assad qui a utilisé les gazs mais les rebelles. En effet l'OPCW (organisation pour la prohibition des armes chimiques qui regroupe 188 pays) a rendu son rapport après deux ans d'enquête: le gaz utilisé n'est pas de fabrication syrienne mais lybienne, ajoutez a ceci que les tirs sont partis d'une zone controlée par les rebelles et l'enquête est pliée. On dirait que certains ne lisent pas les journaux. Récemment les kurdes ont accusé leurs adversaires d'avoir utilisé des gazs de combat. La rumeur prétend que c'est deux missiles de croisière abattus par les russes qui ont refroidi les ardeurs américaines.

  • Par Anguerrand - 12/03/2016 - 14:08 - Signaler un abus Fier ´d'avoir organisé un génocide

    Le black qui a bien caché son jeu pendant 2 mandats se solidarise d'atrocités. Le gazage est une chose atroce, soit on en meurt immédiatement et c'est mieux ou l'on reste le restant de sa vie, on vit avec des problèmes respiratoires épouvantables. Mon grand père à ete gazé à l'ypérite ( gaz moutarde 14/18) n'en n'est pas mort mais l'a regretté tout le restant de sa vie avec des souffrances épouvantables. Obama ne doit pas être au courant ou ne veut pas le savoir. Obama plaisait en France car de gauche, mais l'histoire fera le bilan de son action. Dans 3 ans l'Amérique sera majoritairement non blanche les minorités étant très fécondes.. Ce serait Une réflexion pour nos pro immigration. Dans combien de temps seront nous minoritaires en France ? En moins d'un siècle les musulmans feront de la France un pays musulman ou la guerre civile comme dans les réunions de Dusk. Francais aucun homme politique ne vous dit la vérité ce qu'il va inévitablement arriver si aucun parti de droite ( pas le FN parti maintenant de gauche) réagit fortement contre l'avancée de l'islam.

  • Par goethe379 - 12/03/2016 - 14:17 - Signaler un abus Responsable

    Aujiourd'ui on sait que ce sont les islamistes qui ont balancé des gazs et non le regime syrien. Cela a même été indiqué récemment dans un reportage à la TV

  • Par MIMINE 95 - 12/03/2016 - 14:19 - Signaler un abus ENCORE FAUDRAIT IL AVOIR LA PREUVE FORMELLE QUE

    l'armée syrienne était bien responsable? Extrait massacre de Ghouta : En janvier 2014, Richard Lloyd, ancien inspecteur de l'ONU spécialiste des missiles, et Theodore Postol (en), professeur au MIT, publient un rapport de 23 pages40 selon lequel le régime syrien ne peut être tenu responsable du massacre. Ils ont pour cela étudié des « centaines » de photos et des vidéos d'ogive, de restes de roquettes, d'impacts sur le sol, et de barils contenant le gaz sarin, publiées sur Internet, et se sont livrés à une analyse physique interne qui a permis, selon le docteur George Stejic, directeur des laboratoires Tesla qui emploient Richard Lloyd, d'établir le volume de gaz sarin utilisé, la portée des missiles, leur direction ainsi que l'endroit d'où ils ont été tirés. Le rapport contredit le rapport américain, notamment en affirmant que les roquettes tirées étaient de courte portée, une conclusion que François Géré, directeur de l'Institut français d'analyse stratégique (Ifas), juge « crédible », d'autant plus qu'elle est évoquée par le rapport final de l'ONU. Or, le rapport américain affirme que les roquettes ont été tirées depuis le « cœur » du territoire contrôlé par le régime à Damas

  • Par MIMINE 95 - 12/03/2016 - 14:20 - Signaler un abus AUTRE EXTRAIT

    "En décembre 2013, le journaliste d'investigation Seymour Hersh révèle que l'administration américaine, afin de mieux soutenir les accusations contre le régime de Bachar el-Assad, aurait volontairement dissimulé lors de ces événements que le groupe djihadiste Front al-Nosra disposait de gaz sarin38. D'après le journaliste, Barack Obama aurait également accusé le régime en s'appuyant non sur des communications interceptées au moment de l'attaque, mais sur des interceptions réalisées en décembre 2012 et analysées a posteriori. La direction du renseignement national dément ces affirmations".↑ [ Syrie : l'enquête à charge contre les États-Unis après l'attaque chimique [archive], Le Monde, 9 décembre 2013 ]

  • Par MIMINE 95 - 12/03/2016 - 14:23 - Signaler un abus LES ETATS UNIS

    Arme de destruction massive ?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€