Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 29 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nucléaire : le gouvernement veut prolonger de 10 ans la durée de vie des centrales

La décision serait actée de faire passer la durée d'exploitation des centrales nucléaires de 40 à 50 ans, selon une source citée par le JDD.

Energie

Publié le
Nucléaire : le gouvernement veut prolonger de 10 ans la durée de vie des centrales

La centrale nucléaire de Tricastin dans la Drôme et le Vaucluse. Crédit Reuters

La décision n’est pas encore officielle mais pourrait sérieusement miner les relations entre socialistes et Verts. Le Journal du dimanche affirme dans son édition du 13 octobre que le gouvernement compte prolonger de 10 ans la durée de vie des centrales nucléaires françaises pour la faire passer de 40 à 50 ans.

La décision "est actée" et "le gouvernement cherche juste le bon timing politique", affirme une source proche du dossier citée par le JDD. "Rien n’est officiel" mais "c’est inéluctable", en confie une autre.

Le journal estime que l’annonce pourrait intervenir durant un conseil de politique nucléaire prévu le 15 novembre.

Cette extension de la durée d’exploitation permettrait à EDF d’augmenter ses profits et de verser davantage de dividendes à l’Etat, actionnaire majoritaire de l’électricien, sachant que 48 des 58 réacteurs nucléaires ont été mis en service entre 1978 et 1989 et devraient cesser d’être utilisé avant 2029.

La pilule risque de ne pas passer chez les écologistes, qui réclament depuis longtemps une diminution conséquente du nombre de centrales nucléaires en service compte tenu des risques que leur exploitation fait peser sur l’environnement. Cité dans le JDD, le député Europe Ecologie – Les Verts Denis Baupin indique déjà qu’"on n'acceptera pas d'allonger la vie des centrales à 50 ans". 

Le gouvernement s’est déjà engagé à réduire la part du nucléaire dans le mix énergétique français pour le faire passer de 75 % à 50 % de la production totale d’énergie électrique. La plus vieille centrale, celle de Fessenheim, doit quant à elle fermer fin 2016, comme l’a réaffirmé François Hollande fin septembre.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Karamba - 13/10/2013 - 17:26 - Signaler un abus Je ne comprends pas

    Au delà de la sournoiserie habituelle de Flanby Caton dans ses manoeuvres, je croyais que EDF justifiait son augmentation de tarif de l'électricité (+15% sur 3 ans) par une nécessité de prévoir le renouvellement du parc de centrales. Or là il s'agit de faire du pognon avec ce qui existe déjà (et a été financé par le contribuable). Il n'y a certainement pas que de la tronche des Verts que les socialistes actuellement au pouvoir se foutent...

  • Par Glop Glop - 13/10/2013 - 17:48 - Signaler un abus L'aveu...

    ... que sans le nucléaire en France, pas d'énergie en quantité suffisante.

  • Par gliocyte - 13/10/2013 - 17:53 - Signaler un abus @Karamba

    D'accord avec vous. Renouveler les centrales est une nécessité, il en va de la sécurité de tous. Quand je pense que celle-ci n'est même pas prise en compte et que l'Etat ose encore s'enorgueillir du "principe de précaution", j'ai envie de tous les envoyer faire un stage dans le coeur des réacteurs. On perfuse d'allocations en tout genre d'un côté et de l'autre on ponctionne à tout va. De l'anémie on va passer, via les grand mères nucléaires percluses d'arthrose, proches de la démence sénile, à l'aplasie médullaire pour tous.

  • Par troiscentsalheure - 13/10/2013 - 17:56 - Signaler un abus La France importe de l'électricité

    Une fois de plus Hollande hypoyhèque l'avenir. Sans électricité et sans gaz de schiste on voit mal comment l'économie pourrait repartir. Son successeur aura cinq ans pour mettre en place un mega chantier de construction de centrales nucléaires.

  • Par ARES - 13/10/2013 - 18:09 - Signaler un abus Les centrales ... revoir les sujets sur :

    - Le cout de l'entretien de nos centrales - Le cout du démantèlement de nos centrales - Remplacement par quoi en assurant une facture énergétique idem voir moindre aux consommateurs ...

  • Par bigoud26 - 13/10/2013 - 18:13 - Signaler un abus Vous vous trompez

    Completement. D'abord, EdF n'a aucune idée de la manière de pratiquer le démentellement de ces (ses) réacteurs. Dans le Finistère à Brennilis, l'entreprise navigue à vue depuis des années. Si l'électricité augmente c'est en raison du coût de déconstruction et de stockage des déchets. Ce gouvernement et les précèdents ont fait en sorte de tuer l'Ecologie, que cela soit avec les panneaux solaires ou photovoltaïques, les éoliennes, la géothermie etc., etc. Je ne parle même pas du diesel. Par contre nous pouvons continuer de "raquer" pour que rien ne change en apparence... Mais cela va changer et croyez moi, très rapidement...

  • Par la saucisse intello - 13/10/2013 - 18:14 - Signaler un abus Au départ...........

    On était en terre inconnue. E.D.F ignorait (et Framatome aussi) comment vieilliraient les composants lourds des ensembles réacteurs (cuve+générateurs de vapeur). Pour les G.V, le vieillissement est contrôlable car les éléments principaux (tubes échangeurs entre circuit primaire et circuit secondaire) peuvent présenter des fuites principalement à hauteur des plaques dudgeon. Dans ce cas, on bouchonne les tubes fuyards et quand on arrive à 15% d'entre eux, on remplace le G.V. Cette opération s'appelle : R.G.V : Remplacement du générateur de vapeur. Elle est totalement maîtrisée bien que requérant des opérations trés lourdes (pont polaire de 500 tonnes, skids d'extraction) et d'une précision millimétrique (topométrie, séparation, accostage, soudures T.O.C.E *). Pour les cuves (440 tonnes, 6,40 m de haut, 4,50 m de diamètre, parois de 220 mm), il est introduit des éprouvettes d'acier à l'intérieur de celles-ci destinées à en vérifier la résistance sous rayonnement. On contrôle ces éprouvettes par spectrographie lors des inspections décennales de cuves telles que prévues par la loi sur la sureté nucléaire du 10 août 1984 et selon les prescriptions du constructeur avant cette date.

  • Par bigoud26 - 13/10/2013 - 18:15 - Signaler un abus un peu de pub

    Allez sur le site de Jean Pierre PETIT et faites vous votre propre opinion.

  • Par jmpbea - 13/10/2013 - 18:24 - Signaler un abus Y a plus de fric...

    Pour les conneries des verts!!

  • Par la saucisse intello - 13/10/2013 - 18:25 - Signaler un abus Au départ...........suite.

    C'est selon le résultat des analyses que l'on attribue un supplément de durée de vie à la cuve du réacteur. Lors de ces visites décennales, l'on procède bien sur au contrôle des "piquages" (emboitures des conduites du circuit primaire sur la périphérie de la cuve), de l'ensemble des circuits et des auxiliaires (pompes, R.R.A, circuit vapeur). On teste également les "grappes de contrôle" qui sont les barres de bore ou de cadmium (graphite sur l'ancienne filière uranium naturel-graphite-gaz) qui permettent le "dosage" de puissance du réacteur. En outre, en cas d'excursion de puissance, la chûte instantanée (3,7 dixièmes de seconde) à l'intérieur de la cuve stopperait immédiatement la réaction en chaine. C'est la défaillance de ces grappes de sécurité qui est la cause directe (outre de multiples fautes humaines liées, disons-le, à l'alcool !) du désastre de Tchernobyl (classé 7 c'est à dire au maximum sur l'échelle INES **). * : Post précédent : T.O.C.E= Tig orbital à chanfrein étroit. ** : International nuclear events scale : Echelle internationale des accidents nucléaires. Va de 0 à 7.

  • Par la saucisse intello - 13/10/2013 - 18:32 - Signaler un abus Au départ...........suite.

    Voici rapidement ce que l'on peut dire sur le sujet. Pour ma part et pour connaître un peu la question, je n'ai pas d'inquiétude à propos de notre sureté nucléaire. Précision : On dit "sureté". On emploie le mot "sécurité" quand il s'agît d'évacuer les civils. Je suis bcp+ inquiet pour les 17 réacteurs soviétiques type R.B.M.K (Tchernobyl), dont André-Claude Lacoste, le plus grand spécialiste AU MONDE de la sureté nucléaire prédisait début des années 80 qu'un jour ils nous sauteraient à la figure. A l'époque il ne fallait pas froisser l'URSS. On a vu. Et on risque de voir encore.

  • Par lsga - 13/10/2013 - 19:26 - Signaler un abus vu comment l'extrême droite troll les sites de gauche

    le gouvernement n'a aucun soucis à se faire. Tous les électeurs de gauche seront ultra-mobilisés dès le premier tour. Merci les troll d'extrême droite !

  • Par walküre - 13/10/2013 - 19:50 - Signaler un abus Et combien de morts

    pendant ces dix ans ?

  • Par la saucisse intello - 13/10/2013 - 20:05 - Signaler un abus @ bigoud 26.....

    Il est vrai qu'actuellement il n'existe aucune méthodologie éprouvée de démantèlement des installations. Scénarii des opérations trop optimiste, antagonisme entre les prescripteurs et les exécutants, glissements continus des enchainements d'opérations et naturellement explosion du coût financier. Il est hautement souhaitable que le RETEX (retour d'expérience) et l'organisation matricielle de celui-ci permette de bâtir une science et un métier tous deux trés hautement qualifiés et qui restent pourl'essentiel à inventer. Maintenant,, il faut être objectif : Si vous attaquez par un bras télé-opérant le "grignotage" d'un revêtement de mur dans une salle contaminée, vous n'avez au départ AUCUN moyen de savoir jusqu'à quelle profondeur vous devrez dépolluer. Et ça, ce sont des impedimenta tels qu'il s'en découvre à chaque instant sur le terrain. Sachant qu'en vertu du séquençage trés strict des opérations aucune suivante ne peut être lancée avant achêvement total de la précédente, vous imaginez le dilemne ! Et il est particulièrement exact que le "scénario des opérations" est sans aucun rapport avec les réalités opérationnelles.

  • Par cbrunet - 13/10/2013 - 20:12 - Signaler un abus Social !

    Peut-on penser un seul instant, continuer nos aventures sociales délirantes et coûteuses sans "la poule aux œufs d'or" qu'est et restera l'énergie nucléaire en France ? Non , n'en déplaise à tous ses détracteurs .

  • Par la saucisse intello - 13/10/2013 - 20:15 - Signaler un abus @ bigoud 26.....suite.....

    Les scenarii des opérations sont établis sur plans par la fine fleur des ingénieurs des parties prenantes (Areva, EDF, CEA) et se traduisent par des plannings muraux magnifiques. Mais ça, c'est la théorie ! Sur place, c'est autre chose ! Sans compter que le "décideur-contrôleur-financeur" et "l'opérateur principal" ont bcp de mal à parler le même langage. Et même la norme RG-Aero 00040 qui est la norme-support de ce type d'opérations, si elle permet au donneur d'ordre de poser par la "spécification de management" des questions extrêmement précises à l'opérateur principal, ne met pas spécifiquement ce dernier en demeure de répondre avec une précision micrométrique ! (plan de management). Les audits croisés sont un outil de suivi bcp+efficace en ce sens qu'ils permettent de valider un plan d'actions correctives et préventives intégrant des données chiffrées sur le modèle du plan qualité : Moyens, méthode, séquence. Mais là encore, sans un suivi de terrain étroit et exigeant, les dérives s'additionnent et peuvent enfanter des monstres de complexité.........d'où le contribuable ne sort jamais indemne ! Vaste problème, excellent(e) bigoud, vaste problème !

  • Par la saucisse intello - 13/10/2013 - 20:21 - Signaler un abus @ cbrunet......

    Durant l'époque où je gagnais ma triste pitance (!!!) dans l'ingénierie nucléaire, j'ai été anéanti par le fait que cette industrie ne soit pas capable de se défendre ! Il serait pourtant simple de convoquer devant la télé à une heure de grande écoute les braillards habituels, de présenter l'ensemble des C.N.P.E avec leur puissance respective en mw et de demander aux anti "voici ce que nous avons. Demain nous arrêtons TOUS nos réacteurs, que mettez-vous à la place ?" Les réponses (s'il y en avait !) auraient tôt fait de renvoyer les écolos à leurs bougies, leurs métiers à tisser et leurs chiottes sans eau ! Pourqoui le nucléaire ne se défend-il pas alors qu'il en a TOUS les arguments ? Lourde question !

  • Par Equilibre - 13/10/2013 - 20:38 - Signaler un abus Pas de problèmes

    Les verts mangent dans la gamelle où c'est marqué "pour les toutous qui ferment leurs gueules et vont chercher les nonos que le PS leur lance".

  • Par Niktot - 13/10/2013 - 21:28 - Signaler un abus EELV = 2.31 %

    Alors on se calme. Quand Hollande voulait-il fermer Fessenheim et sortir du nucléaire ? TaxMan se ridiculise un peu plus chaque jour... Après étude du dossier (18 mois quand même - lol) il apparaît que les centrales nucléaires sont économiques et fiables ! L'élec coûte beaucoup moins cher en france qu'en Allemagne et au Royaume Uni par exemple !

  • Par cbrunet - 13/10/2013 - 21:47 - Signaler un abus La honte

    Saucisse Intello, l'atome c'est le tabou suprême pour les ploucs que nous ssommes : le génie français s'exprime à fond , l'état fait du fric et le citoyen des économies ! Là ou un anglo-saxon plastronnerait, nous rougissons de honte ! Zut! Maladie très française. Mais la crise semble bien nous ouvrir les yeux ; à suivre .

  • Par gyvermac - 13/10/2013 - 22:06 - Signaler un abus 1. Nos ingénieurs sont tout à

    1. Nos ingénieurs sont tout à fait à la hauteur 2. Les systèmes en fonctionnement permanent vieillissent particulièrement bien (peu de cycles de température) ce qui n'est pas le cas avec les energies renouvelables. Au fait, le démantelement des éoliennes, les socles en beton, les transformateurs, c'est pris en compte? 3. La transition opérée par l'allemagne vire à la pagaille. Leur réseau n'est pas adapté, les centrales gaz ferment car elles ne sont plus rentables. Bonjour les coupures de courant. Ca va leur couter cher.

  • Par prochain - 13/10/2013 - 22:11 - Signaler un abus Bonsoir La Saucisse,

    Je crois deviner que vous n'êtes pas ingénieur nucléaire, pouvez-vous nous éclairer sur la sécurité et des risques industrielles svp? Et sur le coût d'un générateur de vapeur.

  • Par prochain - 13/10/2013 - 22:16 - Signaler un abus Gyvermac@ laissons les Allemands se débrouiller, et les Japonais

    Et les esquimaux ... on a déjà assez de prbls sans ça...

  • Par prochain - 13/10/2013 - 22:24 - Signaler un abus On ferme les centrales à gaz partout

    Les USA exportent le charbon vu le prix du gaz chez eux...donc le charbon bon marché tue les centrales à gaz ... pour l'instant. Qui peut dire comment les prix évolueront à l'avenir?

  • Par Niktot - 13/10/2013 - 22:25 - Signaler un abus Coût de l'élec ?

    La France est un des pays européens où l'électricité est facturée la moins chère. Tout le reste est du bla bla... pour les 2.31 % d'écolos citrouilles. 58 unités de production 400 milliards de KWh par an 87 % de la prod Des accidents ? euh bah euh non. Des incapables, des gens mal formés, des alcoolos dans les centrales ? euh... Installer des paneaux solaires sur son terrain (ou une éolienne pour ceux que le bruit ne dérange pas) c'est plutôt intelligent, mais on est obligé de le vendre à EDF, et çà c'est pas terrible...

  • Par la saucisse intello - 13/10/2013 - 22:29 - Signaler un abus @ prochain.........

    Je n'ai jamais dit que je l'étais. Concernant le coût d'un G.V, bien entendu je l'ignore, c'est une affaire entre Framatome (usine de Saint Marcel) et E.D.F/U.T.O (Unité technique opérationnelle). Les marchés de cette envergure sont traités directement et confidentiellement par le pôle nucléaire d'E.D.F. Mes fonctions et responsabilités se sont limitées (je suis retraité) aux opérations de transport-logistique-levage complexes en France et à l'étranger. Mes transports furent terrestres (route, voie ferrée, voies navigables), maritimes et aériens. Etant par ailleurs auditeur de certification (I.C.A),, j'ai eu à travailler sur les procédures de démantèlement d'installations nucléaires à l'arrêt, ce qui m'a conduit à étudier à titre plus personnel l'ensemble de ces processus dans le but de savoir évaluer la pertinence des modes opératoires envisagés, leur faisabilité, leur efficience (nouvelle doctrine qui succède à l'efficacité initiale). Et puis je dois admettre avoir été captivé par cet univers nouveau, porteur d'emplois et que notre pays pourrait valoriser en exportant notre savoir-faire, pourquoi pas ?

  • Par la saucisse intello - 13/10/2013 - 22:39 - Signaler un abus @ prochain.........suite.....

    Concernant la maîtrise (hautement souhaitable !) des risques industriels, je crois pouvoir affirmer que nos installations sont conçues avec le maximum de facteurs sécurisants. Le dimensionnement obéit à des coeff. de sécurité conformes aux normes A.I.E.A et même allant au-delà. Par exemple et sans vouloir étaler un flot de technique, si à Tchernobyl avait existé le concept de "triple barrière" en vigueur sur nos C.N.P.E, les conséquences de la catastrophe eûssent été bien moindres. Par ailleurs à la fois l'A.S.N et les divers organismes de contrôle sont particulièrement pointilleux en la matière et tout à fait conscients de leur responsabilité. Je pourrais ici, mais le temps et la place me manquent, faire l'éloge de monsieur André-Claude Lacoste qui a marqué (il est aujourd'hui remplacé par J.P Niel) de son empreinte trés forte la sureté des installations nucléaires. Monsieur Lacoste ne fut l'homme d'aucune côterie, d'aucune chapelle et d'aucun compromis. Les syndicats du C.N.P.E de Dampierre en onf fait la cuisante expérience !

  • Par la saucisse intello - 13/10/2013 - 22:53 - Signaler un abus @ prochain.........suite.....et fin !

    S'il fallait résumer, je dirais que le "risque zéro" n'existe certes pas, mais que j'ai par exemple vu remplacer un boulon de vanne pour un point de rouille minuscule. Ca devrait rassurer ! Autant lors de la conception que dans le suivi, les contrôles sont stricts, continus et font l'objet d'un suivi traçable et officialisé. Je n'ai plus aucun lien avec ce milieu mais je peux affirmer que globalement la sureté est la culture d'entreprise d'E.D.F. Il existe une revue éditée et diffusée gratuitement par l'A.S.N, la revue "Contrôle", qui détaille chaque mois les inspections inopinées, les incidents avec leur classement INES. Ce souci de transparence doit être signalé et encouragé. Parce que dans le nucléaire, le rationnel et le passionnel se mélangent dangereusement ! Tel ce grand journal national qui titrait il y a quelques années "incident à la centrale de Vaires-sur-Marne, aucune fuite de radioactivité à signaler" Oui, c'est un peu normal........c'est une centrale au charbon ! Mais à part ça, TOUT est vrai : Il y a BIEN eu un incident (un convoyeur de charbon avait déraillé !) et PAS de radioactivité relevée ! Heureusement, le ridicule ne tue pas, même pas les barbiers de Séville !

  • Par prochain - 13/10/2013 - 23:10 - Signaler un abus Merci La Saucissepour votre sincérité

    Je lis vos postes avec intérêt, vous êtes une personne directe, un homme d'expérience et protestant comme moi. Vous me rassurez je vais bien dormir cette nuit, faites de beaux rêves en train chasser les PIGS avec commentlappelleton!

  • Par Vuillard - 14/10/2013 - 00:10 - Signaler un abus Ha ha ha

    J'ai presque hâte que l'une des centrales françaises pète comme celle de Fukushima. Fukushima qu'on ne maîtrise toujours pas, plus de deux ans après... J'ai hâte pour voir quelles pirouettes minables les pro nucléaires vont nous faire pour ne pas perdre la face ; on rigolera bien.

  • Par un_lecteur - 14/10/2013 - 00:31 - Signaler un abus @la saucisse intello

    Faux : une centrale à charbon dégage de la radioactivité. Plus qu'une centrale nucléaire si mes souvenirs sont bons.

  • Par un_lecteur - 14/10/2013 - 00:47 - Signaler un abus Démantèlement

    Il paraît qu'on ne sait pas comment faire Faux. J'ai personnellement visité la centrale A1 de chignon, mise en service en 1963´ arrêtée en 1973 et qui est devenue un musée de l'atome qui se visite. Et ce n'est pas la seule. Je remarque que sur la page Wikipedia concernant le démantèlement des centrales, celle de chignon est notée "en démantèlement". C'est faux, A1 est démantelée, mais puisqu'il faut faire croire qu'on ne sait pas le faire...

  • Par yavekapa - 14/10/2013 - 00:53 - Signaler un abus Suis pas chrétien, ni musulman (donc pas de jaloux)

    Mais faut prier très fort qu'une centrale nucléaire n'explose pas encore, le risque est loin d'être nul, vu le nombre de centrales (l'Allemagne est déjà éliminée). L'erreur humaine frappe de temps en temps. Vous vous rendez compte si ça arrivait en France: il faudrait évacuer la France entière. Et Sa Majesté Mois-je se retrouverait au chômage. Et apatride en plus : aucun pays n'en voudrait; même en donnant 75% de son assurance chômage.

  • Par Le gorille - 14/10/2013 - 02:04 - Signaler un abus Surtout pas ! Touchons du bois !

    Ah ! Quelle vilaine pensée avez-vous, @Vuillard ! On dirait un enfant : na ! Le nucléaire est pris très au sérieux, mais voilà, difficile de faire admettre la simple vérité quand on est pétri d'approximations divulguées à dessein par des personnes aux motivations obscures sinon carrément destructrices, s'appuyant sur des lampistes ignares, pseudo-formés. Et cela sous des airs faussement logiques. Non ! Pas d'accident nucléaire : les Russes et les Japonais paient déjà un très lourd tribut. Que leur malheur soit pour le reste du monde une source d'expérience, quand bien même elle soit si triste !

  • Par la saucisse intello - 14/10/2013 - 04:51 - Signaler un abus @ un_lecteur.....

    Le démantèlement comprend trois phases : -M.A.D : Mise à l'arrêt définitif. -DEM : Démantèlement proprement dit. -R.C.D : Reprise et conditionnement des déchets. Il est exact que certains ilots nucléaires peuvent être considérés comme démantelés. En fait, la dernière phase des opérations s'appelle "retour au gazon". On stocke sur place à l'intérieur de bâtiments surveillés et sous contrôle de décroissance (certains pour une durée de quarante ans) des éléments de circuits, d'auxiliaires et autres. Les contenants sont des tronçons de tuyauterie primaire équipés de fonds soudés et qui servent de fûts. Je serais trés surpris que le "musée de l'atome" en organise la visite ! Alors oui, on peut disserter sur le sens des expressions que vous citez mais encore une fois, un site nucléaire ne sera considéré comme démantelé que quand la nature y aura repris ses droits. Et je maintiens que pour le moment le RETEX n'est pas assez documenté pour constituer une "bible du démantèlement". A Creys-Malville par exemple, il y a 6000 tonnes de sodium liquide (fluide caloporteur) qui posent d'énormes problèmes d'inertage. Il est vrai que c'est notre seul R.N.R (réacteur à neutron rapides.

  • Par la saucisse intello - 14/10/2013 - 04:58 - Signaler un abus @ un_lecteur.....suite.....

    Pour autant, il a été nécessaire de partir d'une "page blanche" pour ce site en particulier, les enseignements acquis par ailleurs n'y étant pas transposables. A propos de la radioactivité des centrales à charbon, j'ai parlé dans un message précédent de l'antagonisme, spécialement dans le domaine du nucléaire, entre le rationnel et le passionnel. Le passionnel n'est pas mon terrain (sauf pour le sanglier !), je me garderai donc bien de m'y aventurer ! Parce qu'on dit aussi que les postes de télé........Mes postes de télé à moi ont pour nom Tchernobyl, Three miles island, Seallafield, Fukushima (bien que là, la fiabilité des ensembles nucléaires ne soit pas directement en cause).

  • Par la saucisse intello - 14/10/2013 - 05:14 - Signaler un abus @ prochain.........

    Et du risque industriel on ne saurait distraire le risque humain. Le suivi médical du personnel est de deux catégories : D.A.T.R catégorie A ou B selon que vous passez + ou - de 450 heures/an en zone contrôlée. Visite tous les six mois avec prise de sang, fond d'oeil etc et ceci par des médecins E.D.F qualifiés en médecine nucléaire. De plus, chaque mois les dosimètres individuels sont analysés de manière à vérifier que l'agent n'a pas été surexposé. Il y avait à une époque une (trés mauvaise) habitude chez les prestataires extérieurs qui consistait à déplacer le personnel de centrale en centrale avec un nouveau dosimètre à chaque fois. Il y a eu des cas de surexposition et même de trés rares accidents mortels (Cruas). Depuis fin des années 90, il existe la certification CEFRI qui codifie le suivi radiodosimétrique des personnels volants afin d'éviter les graves manquements à l'intégrité humaine qui ont pu être commis pendant trop longtemps. Pour l'anecdote (si l'on peut dire !), ces personnes qui naviguaient d'un site à l'autre en accumulant à leur insu des doses parfois élevées, étaient appellées "chair à neutrons". Je ne pense pas qu'il faille s'en glorifier !

  • Par la saucisse intello - 14/10/2013 - 05:21 - Signaler un abus @ prochain.........

    Pour ma part, j'ai TOUJOURS soumis mon personnel (ainsi que ma personne) au suivi médical D.A.T.R catégorie A (niveau de surveillance égal à celui des opérateurs E.D.F les plus exposés). J'avais ainsi la sécurité médicale maximum. Parce que dans le cas malheureux où l'un de mes employés aurait déclaré par exemple une leucémie, je ne voulais pas, par morale et éthique personnelle, me voir reprochée une économie de 350 francs (du moment) sur une visite médicale. Ca, c'est une attitude protestante, je ne vous apprends rien. Approuvée et encouragée par ma D.G. De plus, ce choix m'a permis une excellente écoute auprés d'E.D.F ainsi que des corps de contrôle et des organismes certificateurs. Chacun fut gagnant et le personnel d'abord.

  • Par gliocyte - 14/10/2013 - 06:46 - Signaler un abus @la saucisse intello

    Très intéressants vos commentaires. La question du passionnel est en effet au coeur du débat, aussi dangereux que celui d'une centrale. Les reportages réalisés sur le nucléaire sont effectivement tournés sur les risques potentiels et la mise en avant de la problématique des sous traitants. A croire que ces émissions ont été phagocytées par les écolos. Ce qui montre une fois de plus leur dangerosité et l'absence d'objectivité des médias en la matière. Le savoir faire dans cette spécialité français est dénigré. L'EDF ne réagit pas, serait-elle muselée par son actionnaire l'Etat, diplômé es paradoxe? En matière de sécurité, sachez que les cabinets de radiologie sont soumis aux mêmes normes de sécurité que les centrales nucléaires, ce qui requière une lourde infra structure.

  • Par sbgf43 - 14/10/2013 - 07:46 - Signaler un abus 10 ans de plus???

    Et pour Fessenheim ??? On fait quoi ????

  • Par anticip - 14/10/2013 - 07:59 - Signaler un abus enfin ,ce serai la premiere bonne mesure de ce gouvernement

    je pense que les réalités économique vont imposer cette décision réaliste , j'espère que çà concerne aussi la centrale alsacienne . bien sur ,il faudra surveiller et renforcer la sécurité . dommage pour les soit disant "écolos " qui veulent nous ramener a l'é.poque des moulins a vent

  • Par anubis - 14/10/2013 - 10:03 - Signaler un abus @vuillard

    "J'ai presque hâte que l'une des centrales françaises pète comme celle de Fukushima" ou comme celle de Tchernobyl ? Encore un qui est bien(des)informé ou qui base sa reflexion sur les dire de pseudo scientifiques ... ... ce qui pourrait se rapprocher le plus d'un accident serait celui de TMI, mais on a fait des progrès depuis ... Certes comme le disait la saucisse, le risque zéro n’existe pas, mais on peut s'efforcer de la limiter au maximum, et nous avons en France les Autorités de Sureté certainement les plus exigeantes ... Les écolos de tout poil ferai bine mieux de se soucier de la pollution sournoise et rampante quotidienne de tous les produits chimiques et polluants divers ... Par exemple, ça ne dérange personne de trimballer son gamin en poussette a hauteur des tuyaux d'échappement des voitures pour en respirer les bonnes effluves ... miam, merci papa, merci maman ..

  • Par la saucisse intello - 14/10/2013 - 10:12 - Signaler un abus @ gliocyte.......

    Le médical voilà un secteur où le nucléaire sauve des milliers de vie chaque année. Un exemple : Dans les C.T.S (centres de transfusion sanguine), on utilise des I.B.L 437 et 637 (irradiateurs à barillet pour laboratoire) qui permettent de "nettoyer" le sang de virus notamment celui du H.I.V (SIDA). Ces matériels sont de conception et fabrication Cis-bio, ancienne branche médicale du C.E.A de Saclay, aujourd'hui Schering. J'ai, du temps de mon activité,, conçue la méthodologie d'installation et de repli de ces matériels (cesium 137), conçu également un camion spécialement équipé pour les transports et les manutentions. Le premier que j'ai installé l'a été aux H.C.L (hopital Edouard Herriot à Lyon). Là encore, on n'entend pas les écolos se plaindre ! Pourtant que de vies sauvées en France et dans le monde grâce à notre technologie ! Je le sais pour en avoir expédié dans tout un tas de pays. Par contre ATTENTION : Les radionucléides à usage médical sont parmi ceux qui "crachent" le plus. Il n'est que de voir le densité des bétons qui composent les parois des salles de radiologie. Mais je suis sur que je ne vous apprends rien.

  • Par un_lecteur - 14/10/2013 - 10:38 - Signaler un abus @la saucisse intello

    Merci de ces précisions. Il est toujours intéressant de lire quelqu'un qui connaît le sujet. Autre sujet , celui d'une éventuelle privatisation de centrales nucléaires. Je me suis toujours demandé comment était traité le problème de l'assurance d'exploitation. Serait-il même possible de trouver un assureur couvrant le risque d'un accident nucléaire ? J'ai l'impression que ce serait à la nation de payer ( voir Fukushima). On arriverait dans le schéma cher aux banquiers : Si çà gagne c'est pour moi, si çà perd c'est pour les contribuables. Si j'étais écologiste, ce serait le meilleur argument que j'utiliserais pour refuser la privatisation. Qu'en pensez-vous ?

  • Par la saucisse intello - 14/10/2013 - 11:23 - Signaler un abus @ un_lecteur.....

    Pour ma part, je n'envisage pas un instant que l'on puisse privatiser le réseau nucléaire. En gros, trois raisons : Arrivée de "gestionnaires" tjrs à la recherche d'économies de bouts de ficelle avec les dangers impossibles à évaluer qui pourraient en découler. Ensuite, effectivement en cas d'accident échelle 4 à 7, aucune assurance de voir les dégâts couverts par des privés. Et là, on parlerait d'un billet de plusieurs ou même de dizaines de milliards d'euros. Et pour finir, trop de risques de fluctuation (à la hausse bien entendu) des tarifs. Lesquelles hausses étant là bien entendu pour gaver les actionnaires sans provisions pour investissements futurs, modernisation, veille technologique, démantèlement entre autre(s). Je ne dis pas que le système actuel de fonctionnement est parfait, mais il garantit une sureté de fonctionnement, de fourniture et de (relative) stabilité des prix qu'aucun privé ne pourra jamais assumer. Par ailleurs, l'on dispose à ce jour en gros d'un demi siècle de RETEX, il est totalement exclu de perdre ce capital technologique et scientifique au profit de "chercheurs d'or" nouvellement arrivés sur ce marché. Suivez mon regard !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€