Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 24 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

NSA : le directeur du renseignement américain reconnait une erreur

Le directeur national du renseignement américain se confesse aux Américains : "Nous aurions dû vous prévenir que nous espionnions vos appels".

Sorry guys

Publié le

Dans une interview accordée au site internet américain The Daily Beast, James R. Clapper, le directeur du renseignement américain reconnait que les Américains auraient dû être informés du programme de surveillance de la NSA : ils l’auraient alors sans doute mieux accepté.

Souvenez-vous : en juin dernier, le Guardian et le Washington Post révélaient l'existence d'une surveillance poussée des moyens de communication numériques par l’agence nationale de sécurité américaine, la NSA, via son programme PRISM. Leur source : Edouard Snowden, ancien collaborateur de la NSA.

Le monde découvre alors qu’il est surveillé par les Etats-Unis, les Américains en premier.

Un an plus tard, le pays commence à reconnaître, du bout des lèvres, qu’il a peut-être eu tort de ne pas avertir ses concitoyens, et d’avoir gardé secret trop longtemps qu’il collectait et stockait des millions d’enregistrements téléphoniques.

Ces explications viennent de James R. Clapper, le directeur du renseignement national américain, dont la NSA dépend. Dans une interview au Daily Beast, et publiée le 17 février 2014, il explique que les problèmes rencontrés après l’éclatement de l’affaire auraient pu être évités : "Ce qui a joué contre nous, ce fut ces révélations choquantes". Si le programme [de surveillance, ndlr] avait été publiquement présenté dans le sillage des attaques du 11 Septembre, la plupart des Américains l’auraient probablement accepté, comme la prise d’empreintes digitales, explique-t-il.

Autre problème évoqué : une semaine après les premières révélations, des membres du Congrès ont déterré un témoignage de James R. Clapper où il leur assure, trois mois plus tôt que "non, la NSA ne collecte aucune sorte de données concernant des centaines de millions d’Américains". Un témoignage qui jettera un peu plus le discrédit sur le programme de la NSA, même si James R. Clapper se défend d’avoir mal compris la question.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Baskerville - 18/02/2014 - 22:47 - Signaler un abus La meilleure de l'année

    Absolument hilarant ! Ce Clapper a l'étoffe d'un humoriste, il devrait se reconvertir dans le "stand up". Il est évident que cette "réforme" est du vent, et que la NSA continuera d'écouter tout le monde. Les autres services de renseignement font la même chose ; la seule différence, ce sont les moyens. La NSA, c'est de l'écoute industrielle ; les autres, c'est de l'artisanat.

  • Par ignace - 19/02/2014 - 00:53 - Signaler un abus C'est vrai qu'il aurait du nous avertir..non..mais alors !!!!!

    les ricains sont des comiques, mais leur humour est beaucoup plus lourd que celui des roastbeefs

  • Par yavekapa - 19/02/2014 - 10:13 - Signaler un abus et chez nous

    la Valls musette ne reconnait aucune erreur

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€