Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 19 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Notre-Dame-des-Landes : les expulsions vont débuter le "1er avril" lance Sébastien Lecornu

D’après le secrétaire d'Etat, une centaine de zadistes présents sur les 300 "sont assez violents et n'entrent pas dans l'État de droit".

Compte à rebours

Publié le
Notre-Dame-des-Landes : les expulsions vont débuter le "1er avril" lance Sébastien Lecornu

L’objectif du gouvernement est clair : agir dès la fin de la trêve hivernale. Invité de RTL ce mardi matin, Sébastien Lecornu, secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a souhaité se montrer ferme sur l'évacuation de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. "Les personnes qui n'ont rien à faire sur cette zone, qui n’ont ni droits, ni titre, devront quitter les lieux à partir du 1er avril". D’après le secrétaire d'Etat, une centaine de zadistes présents sur les 300 "sont assez violents et n'entrent pas dans l'État de droit".

Interrogé sur un possible décalage entre l'action d'Emmanuel Macron et les attentes des Français, Sébastien Lecornu a nié, tout en plaidant pour des réformes rapides. "Je pense que si on n’avance pas très vite sur le rythme des réformes, on créerait justement l’incompréhension" a-t-il estimé. "L’inaction a tué l’action politique ces dernières années. Avec 11 millions de personnes qui votent Marine Le Pen il y a encore quelques mois, on nous a plutôt réclamé une transformation rapide du pays qu’une pause un peu feignante ou bourgeoise".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 20/03/2018 - 09:56 - Signaler un abus Des fascistes, ces Zadistes qui « n’entrent pas dans l’état

    de droit »?...c’est parce que vous leur avez laissé la bride sur le cou, pendant des années, que ces fascistes-zadistes se sont trouvés confortables hors de l’état de droit...s’ils n’y étaient pas, vous n’aviez qu’à leur couper subventions et RSA, Sébastien Lecornu, car ils vivent bien de quelquechose, les fascistes de NDDL, non?...

  • Par assougoudrel - 20/03/2018 - 10:00 - Signaler un abus J'écoutais ce matin les

    larves-abrutis de zadistes. Ils veulent ces terrains comme pour le Larzac (qui a enrichit Bové et ses potes). Mitterrand leur avait prêté le terrain jusqu'en 2025 et l'Etat devait le récupérer, mais le gros Hollande, il y a deux ans, a prolongé ce prêt jusqu'à la fin du siècle. Pour dire que pendant que Macron et Philippe ont le pantalon et le slip baissés, les autres leur montreront ce que c'est qu'une tournante; on pourra pas dire qu'il il aura viol, puisqu'il y a consentement. Ce ne sont pas eux qui ont baissé leur froc jusqu'aux chevilles. Ces clodos vont leur pourrir la vie et ce sera bien fait pour eux.

  • Par l'enclume - 20/03/2018 - 10:15 - Signaler un abus Tout n'est pas perdu, quoique ????

    N'en croyez rien, c'est un "Poisson d'Avril"

  • Par Atlante13 - 20/03/2018 - 10:44 - Signaler un abus Exemple brillant

    du marcionisme. Beaucoup d'agitation médiatique, pendant qu'on baisse le froc en privé.

  • Par jurgio - 20/03/2018 - 16:02 - Signaler un abus « C'est vrai, nous sommes ici illégalement » !

    « Mais nous exigeons d'être expulsés par la voie légale. » Ouf ! Cette affaire sera terminée un peu avant dix ans ! Je n'en pouvais plus !

  • Par Anguerrand - 20/03/2018 - 20:53 - Signaler un abus C'est malin de prévenir de la date

    Les renforts auront ainsi le temps d'arriver, et les zadistes pourront se plaindre de la " violence " de l'armée et des bobos de ces hors la loi.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€