Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Notre-Dame-des-Landes : Bruno Le Maire espère négocier avec Vinci une facture "la plus réduite possible"

"Je suis convaincu que nous trouverons un accord dans l'intérêt des deux parties" a assuré le ministre de l'Economie.

Voeu pieux ?

Publié le
Notre-Dame-des-Landes : Bruno Le Maire espère négocier avec Vinci une facture "la plus réduite possible"

La décision est actée, il est temps désormais de sortir les calculettes. Après avoir annoncé mercredi l’abandon du projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, l'exécutif doit se lancer dans des négociations avec le groupe Vinci. En 2010, le constructeur avait remporté l’appel d’offres pour un contrat de concession et de conception et construction de l’aéroport du Grand Ouest.

Ce dernier étant abandonné, quelle indemnisation pour Vinci ? Les rapporteurs de la médiation sur ce projet avaient estimé que la somme versée pourrait être comprise entre…0 et 350 millions d'euros d'indemnités.

Mais ce montant est encore incertain.

Invité d’Europe 1 ce vendredi matin, Bruno Le Maire a indiqué "qu’il faut indemniser" le groupe français. "J'ai reçu hier avec Elisabeth Borne le président de Vinci" a expliqué le ministre de l’Economie. "Nous avons commencé les discussions. Je suis convaincu que nous trouverons un accord dans l'intérêt des deux parties. Les discussions d'hier étaient constructives. J'ai bon espoir que nous trouverons un accord en bonne intelligence avec Vinci, et que la facture - parce que c'est mon espoir en tant que ministre de l'Economie - soit la plus réduite possible."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par assougoudrel - 19/01/2018 - 11:02 - Signaler un abus Si le gouvernement croit

    qu'après avoir indemnisé Vinci, tout rentrera dans l'ordre, il se goure lourdement. Les paysans veulent récupérer leur terrain, les zadistes disent qu'ils sont chez eux et José Bové leur donne raison voulant faire comme pour le Larzac. De plus, Le terrain du Larzac qui appartient à l'Etat devait lui être rendu en 2025, mais le Gros hollande a repoussé l'échéance jusqu'à la fin du siècle, il y a deux ans de cela. Il y aura la guerre entre les agriculteurs et ces zadistes. Macron aura récolté, à cause de ses couilles en guimauve, une couronne d'épines d'acacias. On va bien "rigoler".

  • Par J'accuse - 19/01/2018 - 11:13 - Signaler un abus Langue de bois

    Les intérêts des deux parties (et pas "partis" !) sont divergents: plus c'est bien pour l’État, moins ça l'est pour Vinci, et inversement. Les deux parties ne peuvent pas sortir satisfaites des négociations (ou d'un procès): il y aura un perdant et un gagnant.

  • Par vangog - 19/01/2018 - 12:09 - Signaler un abus "la décision a été prise"! et non "la décision est actée"...

    cette horrible novlangue journalistique envahit tout comme une lèpre...caractéristique de la déliquescence gauchiste des médias (voir le rapport du Pew research center sur les médias américains, qui peut être translaté à la France gaucho-macroniste!

  • Par BABOUCHENOIRE - 19/01/2018 - 15:53 - Signaler un abus Les propos de Lemaire ressemblent fortement à un chantage,

    Nous ne sommes plus dans un état de droit, le mot contrat ne semble plus signifier quelque chose et la parole de l'Etat n'a plus aucune valeur. Nous sommes maintenant vraiment dans une république bananière avec ses petits arrangements à tous les étages

  • Par Citoyen-libre - 20/01/2018 - 14:37 - Signaler un abus VINCI, un état dans l'état

    C'est ignoble. Vinci négocie avec l'état, alors que Vinci ne vit que par le contribuable. Les autoroutes, les parkings, les aéroports, etc. Sans les marché public, Vinci n'existerait même plus. Et il vient réclamer pour NDDL ? C'est scandaleux. Un TRUMP les enverrait se faire foutre. Vinci, c'est comme les laboratoires pharmaceutiques, ils achètent tout.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€