Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 27 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

"Nomophobie" : l'addiction au portable devient une névrose moderne

Une nouvelle névrose se répand dans nos sociétés : le téléphone mobile. De plus en plus d'utilisateurs angoissent terriblement à l'idée de le perdre.

Allo ?

Publié le

La "nomophobie", vous connaissez ? Ce terme étrange est un raccourci pour "no mobile phobia" (la phobie de l'absence de mobile), apparu au Royaume-Uni en 2008. Une récente étude britannique révèle maintenant que 66% des utilisateurs de téléphone portable ressentent une forte angoisse à l'idée d'égarer leur petit bijou.

Chez les plus jeunes, entre 18 et 24 ans, le taux de nomophobie atteint 76%. Une pathologie qui s'explique par le progrès technologique, selon le spécialiste Damien Douani. Les téléphones proposent tellement de fonctions que les utilisateurs imaginent difficilement vivre sans: "Le phénomène s'est amplifié avec l'arrivée des smartphones et des forfaits illimités.

Chacun a accès à une panoplie de services : où suis-je ? Y a-t-il des restaurants à proximité? J'achète mon billet de train pour ce week-end, je planifie ma soirée, etc."

Autres responsables : les réseaux sociaux, qui "créent des liens avec des communautés et font qu'il y a un besoin de mise à jour constante et de consultation en permanence". L'expert qualifie ce phénomène de "véritable extension du domaine de l'addiction"

D'après un sondage en ligne de la société Mingle, 22 % des Français avouent qu'il leur est "impossible" de passer plus d'une journée sans leur téléphone portable. "On peut comprendre que les gens soient accros à leur smartphone, car ils ont toute leur vie dedans, et si, par malheur, ils le perdent ou qu'il est en panne, ils se sentent totalement coupés du monde", précise l'écrivain Phil Marso, qui organise tous les ans des Journées mondiales sans téléphone portable, les 6, 7 et 8 février.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par texarkana - 06/04/2012 - 16:57 - Signaler un abus çà ne m'étonne pas!

    Il faut les voir dans le métro pianoter fébrilement leurs iPad ou iPhones , c'est devenu une névtose obsessionnelle de proportion dantesque, on dirait des clones directement sorti d'une fiction orwellienne...

  • Par Jean-Francois Morf - 06/04/2012 - 20:58 - Signaler un abus Swisscom: 50ct/heure en mobile, 50ct/minute en téléphone fixe!

    Et ceci pour les mêmes frais mensuels fixes de 25 CHF/mois. Donc, on résilie les téléphones fixes à toutes les résidences secondaires et principales, et on prend un unique téléphone mobile! Pour mes amis, c'est plus simple: j'ai un seul numéro, qui répond toujours, où que je sois! Mais c'est incroyable, le nombre de millions de personnes qui continuent à payer 50ct/minute, parce qu'ils ne vont pas se renseigner dans un magasin Swisscom! L'inscription du mobile dans l'annuaire est gratuite, mais on a aussi le droit, gratuitement, de ne pas s'inscrire dans l'annuaire!

  • Par sara maka - 07/04/2012 - 08:52 - Signaler un abus les experts

    Le spécialiste sus-cité, Damien Douani, est expert. OK. ..En nouvelles technologies. Ce qui donc l'autoriserait à amalgamer des diagnostics psychiatriques - phobie, addiction, névrose, moderne en plus? Avec ou sans conflit d'intérêt?

  • Par Agnès999 - 08/04/2012 - 09:31 - Signaler un abus Tous accros !

    A ce sujet, le blog http://www.histoiresdeportables.com est très instructif. Il raconte des anecdotes vécues par des utilisateurs de mobiles. Hilarantes, voire stupéfiantes, elles témoignent du lien très fort qu'on a développé avec cet outil révolutionnaire !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€