Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 21 Avril 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Niqab : quand un commissaire encourage les contrôles pour "sauvegarder les valeurs de l'Occident"

Un commissaire du Val-de-Marne a été épinglé suite à une lettre envoyée à un policier le félicitant d'avoir contrôlé une femme vêtue d'un voile intégral.

Surenchère

Publié le
Niqab : quand un commissaire encourage les contrôles pour "sauvegarder les valeurs de l'Occident"

Dans un courrier daté du 3 juin, le chef de service a adresse ses félicitations à un policier après le contrôle d'une femme en niqab dans une rue du district de Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne). Un contrôle qui a donné lieu à un procès-verbal. Dans la lettre, le commissaire exprime sa reconnaissance pour cette "action, laquelle s'inscrit dans la lutte des phénomènes communautaires qui s'inscrivent délibérément hors des fondements de la République française". Il continue en ajoutant qu'il l'"encourage vivement à poursuivre dans cette voie, la seule permettant de sauvegarder les valeurs de l'Occident".

La Préfecture de police de Paris a réagi en estimant que "les termes employés dans ce document sont inappropriés" et que "le chef de service va faire l'objet d'une lettre de son directeur afin que ce type de propos ne soient pas réitérés". Le port du voile intégral (burqa et niqab) est pourtant interdit en France depuis une loi de 2010 qui interdit "la dissimulation du visage dans l'espace public". En cinq ans d'application, un peu plus de 1 500 verbalisations ont été recensées.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par tubixray - 31/08/2016 - 13:43 - Signaler un abus Deux patriotes

    Respectueux de la loi - qu'ils défendent - et de nos traditions jetés en pâture par les collabos de la préfecture .... à vomir.

  • Par Beredan - 31/08/2016 - 13:56 - Signaler un abus Ouille !

    Encore un qui va essuyer les foudres du sinistre Razmoket , lequel a du s'étrangler avec son turban lorsqu'il a pris connaissance du zèle intempestif de l'intéressé...

  • Par arcole 34 - 31/08/2016 - 15:19 - Signaler un abus DROIT DE RESERVE DES FONCTIONNAIRES

    Ces derniers ne peuvent s'exprimer que sous le couvert d'un mandat syndical, je suppose que ce commissaire savait ce qu'il faisait et surtout écrivait sachant aussi que l'activité contraventionnelle ( rentrées fiscales ) entre dans la notation des personnels de la police . Déjà la police devant faire respecter les droits mais aussi les devoirs des citoyens , et eux mêmes sont soumis aux mêmes règles que les autres citoyens. C'est une police d'observation et non une police d'attaque ( comme autant de Fouchet ). Ce haut fonctionnaire de la police est sorti de son droit de réserve et surtout de sa nautralité auquel sont soumis tous les fonctionnaires de l'état. Il faut signaler que le gardien de la paix fait respecter les institutions et lois de la République.

  • Par vangog - 31/08/2016 - 16:04 - Signaler un abus Quels termes inappropriés?????

    "valeurs occidentales"?... "phénomènes communautaires" ou "fondements de la République française"? Ou peut-être les trois expressions étaient-elles inappropriées?...

  • Par ISABLEUE - 31/08/2016 - 18:06 - Signaler un abus Et alors??

    On devrait aussi les empêcher de conduire avec leurs chiffons sur la tête c'est dangereux

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€