Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 28 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nicolas Sarkozy : "Le problème c'est qu'on ne travaille pas assez en Grèce"

L'ancien chef de l'Etat était l'invité du 20 heures de Gilles Bouleau sur TF1. Il est revenu sur la crise grecque, mais aussi le terrorisme et le problème des migrants, déclarant notamment "Il faut faire une guerre totale à Daesh".

Solutions

Publié le
Nicolas Sarkozy : "Le problème c'est qu'on ne travaille pas assez en Grèce"

Gilles Bouleau a accueilli Nicolas Sarkozy sur le plateau de TF1 ce mercredi soir lors du 20 heures. Premier sujet d'actualité abordé, la crise grecque. Nicolas Sarkozy attaque :"Ce n'est pas du cirque. Il faut informer les Français de la vérité des chiffres. La dette grecque est étalée à 2055". Selon lui, il ne faut donc pas aller au-delà. "Il y a une ligne rouge, cela ne doit pas aller à l'encontre de la crédibilité des autres pays".

Selon le président des Républicains : "Aujourd'hui il n'y a que des mauvaises solutions. Tout doit être fait pour trouver un compromis. Mais ce compromis ne doit pas détruire la crédibilité des 18 pays de la zone euro." Et de poursuivre : "un compromis non-acceptable serait de prêter de l'argent à la Grèce sans exiger des conditions, des réformes. Les fonctionnaires grecs partent à la retraite à 57 ans, ne paient pas d'impôts". Et d'insister : "On veut bien jouer la solidarité mais ils doivent faire des efforts". 

"Les Européens sont en droit de dire "nous sommes prêts à accepter la solidarité" à condition que les Grecs acceptent la responsabilité.

Il explique qu'il faut avant tout éviter la catastrophe c'est-à-dire la destruction de la zone euro. "Je pense aux 18 autres pays, notamment à l'Espagne, le Portugal et l'Irlande qui ont fait des efforts, la croissance repart chez eux". Et de s'insurger de voir M. Mélenchon et Mme Le Pen applaudir de concert : "une honte", selon M. Sarkozy.

Nicolas Sarkozy rappelle qu'"aujourd'hui, il ne faut pas juste éviter la faillite de la Grèce, il faut éviter la destruction de la zone euro". D'après lui, "si la Grèce est aujourd'hui au bord de la faillite, c'est parce qu'elle n'a pas eu un Etat digne de ce nom. Le problème c'est qu'on ne travaille pas assez en Grèce et les impôts ne sont pas assez prélevés". Nicolas Sarkozy s'étonne que François Hollande ne prépare pas un plan B si la Grèce sort de la zone euro. Pour l'ancien chef de l'Etat, "Il faut profiter de la crise pour moderniser profondément la zone euro." Il propose de nommer un nouveau président et précise : "Il n'y a pas d'alternative au leadership de la France et de l'Allemagne en Europe." Enfin, il s'interroge : "Je me demande ce que fait le FMI a géré les affaires de l'Europe. Il faut transformer le mécanisme en fond monétaire européen. L'euro est décidé à se donner enfin les moyens d'une politique économique". 

Les Français depuis janvier savent qu'ils vivent avec une menace terroriste, Gilles Bouleau interroge le président des Républicains sur les solutions. "La question n'est pas de savoir s'il y aura un autre attentat mais quand il aura lieu." Toujours friand de chiffres, Nicolas Sarkozy a expliqué : "En un an le nombre de jeune partis faire le djihad s'est multiplié par trois. Mais nous ne nous donnons pas les moyens de faire la guerre." Selon l'ancien chef de l'Etat, les moyens déployés ne sont pas suffisants pour lutter contre le terrorisme : "Il faut faire une guerre totale à Daesh". Pour lui, il existe aussi un "ennemi de l'intérieur, ces jeunes Français qui ont viré vers le djihadisme". Il propose de renforcer les moyens des services de renseignement. Il faut que "les mosquées où il y a des prêches salafistes soient fermées". Selon lui puisque la menace terroriste a augmenté, la réponse sécuritaire doit augmenter.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par cloette - 08/07/2015 - 21:42 - Signaler un abus je n'ai pas aimé son intervention

    langue de bois poncifs habituels sur la Grèce, l'Europe n'a rien à se reprocher, les Grecs sont des paresseux qui ne foutent rien .

  • Par de20 - 08/07/2015 - 22:13 - Signaler un abus Manque pas d air... Encore un

    Manque pas d air... Encore un chantre de l abstention a son propre insu.

  • Par Vincennes - 09/07/2015 - 00:32 - Signaler un abus Perso, je n'ai pas aimé le style de BOULEAU que TF1

    devrait, également, penser à remplacer. Nullissime que ce Journaleux veuille "placer" Debouze pour atteindre Sarko.....lequel lui a bien renvoyé la balle.........Lourding ce journaliste, jamais à l'aise dans ce genre d'interview........pas plus d'ailleurs lorsqu'il va faire le "cake" chez Lapix.....clique de prétentieux/insolents qui, dès le lendemain l'avait "descendu en flèche"......tout en s'empiffrant à notre bonne santé !!!!

  • Par Nicolas V - 09/07/2015 - 01:28 - Signaler un abus Pôvre type !

    Les fonctionnaires ne paient pas d'impôt ? En Grece , l'impôt est prélevé à la source pour tous les salariés et les retraités. On ne travaille pas assez ? Certes, avec un chômage à 27% et 60% chez les jeunes, ça ne travaille pas assez. Ça ne dépense pas assez non plus. Avec un chômage pendant 12 mois à 350€ par mois, ça consomme pas assez. Avec un SMIc à 700€ et 450 pour les jeunes, ça consomme pas . Pôvre type.

  • Par scrat75 - 09/07/2015 - 07:03 - Signaler un abus en fonction

    Bien-sûr en fonction du degré de sympathie qu'on aura pour Sarkozy on aura retenu plus ou moins de choses de son intervention. Perso je fais partie de ceux qui on envie de lui laisser une deuxième chance. J'ai bcp apprécié sa réparti sur le fait que si les politiques n'étaient pas appréciés des français les journalistes l'étaient tout autant

  • Par Anguerrand - 09/07/2015 - 07:22 - Signaler un abus BOULEAU est de gauche comme les autres

    journalistes, quand il reçoit un politique de droite il a toujours un air pincé et rougit, a l'inverse s'il reçoit un politique de gauche il reste souriant et décontracté. Pour la Grèce il est vrai que les grecs ne travaillent pas assez, ont des avantages sociaux coûteux et sont des tricheurs depuis des décennies. L'économie parallèle est au moins égale a l'officielle pour éviter l'impôt et les taxes. L'estimation des pertes fiscales serait de 50 milliards/an, et on voudrait continuer à les assister, jusqu'à quand?

  • Par cloette - 09/07/2015 - 07:58 - Signaler un abus @Anguerrand

    lisez donc l'article de Villepin ( grand Européen et non de gauche ) dans Mediapart ( blog invités ) " notre devoir pour l'Europe ", et vous verrez la différence !

  • Par Normal 1er. - 09/07/2015 - 08:35 - Signaler un abus Très bonne prestation.

    Reconnaissons tout d'abord que la Grèce a tout fait pour se faire mal voir. Entrée dans la zone Euro sur la présentation de faux dossiers concernant des critères de convergence, étrangement échappés à la vigilance de la Commission européenne et de la BCE, elle a profité d'une manière éhontée des milliards d'euros qui lui ont été versés, non pour faire les réformes économiques qui lui auraient permis de sortir du marigot dans lequel elle était embourbée, mais pour augmenter les retraites et le nombre de fonctionnaires, etc...Ce n'est comme celà qu'on redresse l'économie d'un pays. Notons que les questions de l'animateur de la chaine télé étaient bien étranges, comme celle ci: Vous leur (les grecs)avez vendu pour 800 Millions d'euros d'armement, mais pas de tracteurs !... Si en plus, N. Sarkozy aurait du leur dire que là n'était pas leur priorité, où va t on dans l'irresponsabilité du gouvernement grec ! Alors ce même animateur, dont les contradictions sont sa fierté, lui aurait reproché d'avoir privé nos ouvriers de cette commande au détriment des ouvriers américains, russes ou anglais qui se seraient frottés les mains de cette aubaine. A bientôt.

  • Par Orchidee31 - 09/07/2015 - 08:43 - Signaler un abus Eh cloette

    Villepin, ce n'est pas une référence.... Loin s'en faut - Normal 1er - bonne intervention - Bonne journée à tous -

  • Par jurgio - 09/07/2015 - 15:07 - Signaler un abus Sarkozy devra se méfier

    Parler trop franchement pourrait lui nuire. On commence à l'entrevoir ici et les Français, on l'a compris, ne sont plus habitués à ça. La Grèce a du potentiel et rien ne lui est apporté. Elle croule sous le fonctionnariat. On connaît ça chez nous. Les émigrés grecs sont pourtant appréciés pour leur travail qu'il suffirait sans doute de leur favoriser sur place. Quant à l'église grecque, elle est le seul piège où Sarkozy soit tombé. Elle empêche déjà ce pays de sombrer complètement et si elle payait des impôts plus forts, cela se répercuterait sur toutes les activités dont elle s'occupe (on appelle ça : déshabiller Pierre pour habiller Paul) Elle a d'ailleurs un patrimoine récemment calculé 16 fois plus faible que celui de Bettancourt ! Du moins, sur ce qui apparaît ! mais les Grecs aiment vivre dans le flou de la législation.

  • Par myc11 - 09/07/2015 - 15:45 - Signaler un abus C'est vrai que les Grecs doivent réformer pleine de choses chez

    eux, mais on me rappelle souvent que l'argent qui leur a été prêté a servi pour beaucoup à rembourser les intérêts. Ça c'est un problème quand on est endetté et qu'on emprunte à des taux élevés. Les allemands ont aussi oublié qu'on leur a effacé leurs dettes à la sortie des deux guerres, et les Grecs ne s'y sont pas opposés. Il y a des choses à revoir : les taux d'intérêts et la réforme structurelle grecque pour les années à venir. Je trouve qu'ils travaillent quand même beaucoup pour les touristes, quand on visite leur pays. Mais à Athènes, dans les hôtels et restaurants, ils étaient très nombreux pour peu de clients. C'est sûr que la charge de travail répartie est par conséquent minime. En comparant par exemple le tourisme en Grèce et celui en Italie, dans l'ensemble on est bien accueilli en Grèce. J'ai du mal à les incriminer pour tout.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€