Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 14 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nicolas Sarkozy pense qu'il aurait pu être "'l’homme providentiel' après le déclenchement de l’affaire Fillon"

Un an après, Nicolas Sarkozy n'arrive toujours pas à digérer sa défaite à la primaire de la droite et refait le match dans sa tête.

Si seulement…

Publié le
Nicolas Sarkozy pense qu'il aurait pu être "'l’homme providentiel' après le déclenchement de l’affaire Fillon"

Un an après, Nicolas Sarkozy n'arrive toujours pas à digérer sa défaite à la primaire de la droite. Valeurs Actuelles du 14 septembre dévoile des propos de l'ex-chef de l'Etat dans un indiscret : "Si je n’avais pas été candidat, j’aurais été 'l’homme providentiel' après le déclenchement de l’affaire Fillon. En tant qu’ancien président et favori des militants, il aurait suffi que je dise : 'Je suis prêt à prendre mes responsabilités' pour que Fillon se retire et me cède la place. La pression aurait été trop forte.

Mais je ne regrette rien. Personne n’aurait pu imaginer le scénario complètement fou auquel nous avons assisté". Selon lui, les primaires "ne sont pas faites pour un ancien chef de l’Etat, elles nivellent par le bas, elles abaissent". Il explique par ailleurs qu'il "ne regrette rien".

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par tananarive - 15/09/2017 - 16:04 - Signaler un abus Bravo.

    Encore un qui n'a rien compris, comme Hollande, et bientôt Macron. Les Français attendent un homme qui ne soit pas un politicard et qui fasse le nécessaire pour redresser la France même si ça fait mal, notamment à la fonction publique qui crie dès que l'on parle de toucher à se privilèges d'un autre temps.

  • Par Ganesha - 15/09/2017 - 16:37 - Signaler un abus Parasites

    À chaque époque, les peuples se crèent des ''boucs émissaires'', qui leur permettent de déverser de façon névrotique, toute leur haine, leur jalousie et leurs rancœurs ! Peut-être devrions-nous demander aux Allemands de nous prêter les installations d'Auschwitz et Birkenau pour pouvoir exterminer ces parasites répugnants ?

  • Par Atlante13 - 15/09/2017 - 17:39 - Signaler un abus @ tananarive

    Sûr que Sarko n'ait rien compris. Par contre, je pense que vous aussi n'avez pas compris que les fr

  • Par Atlante13 - 15/09/2017 - 17:45 - Signaler un abus Suite, désolé...

    pas compris que les français n'attendaient qu'une chose de leurs hommes politiques : qu'ils continuent à tout leur promettre, à les prendre en charge, à les assister, sans pour autant leur rendre la vie impossible. Donc, comme disait Hamon, "prenez l'argent qui est là, et mettez le là-bas". Et comme les plus pauvres sont toujours les plus nombreux...

  • Par Anouman - 15/09/2017 - 19:03 - Signaler un abus Mauvais calcul

    Il faut dire qu'il croyait dur comme fer passer la primaire. Mais à supposer qu'il ait été candidat à la place de Fillon il n'est pas certain qu'il aurait fait mieux.

  • Par tananarive - 15/09/2017 - 19:41 - Signaler un abus J'ai compris.

    ganesha est fonctionnaire.

  • Par philippe de commynes - 15/09/2017 - 21:19 - Signaler un abus Il n'a pas encore compris ...

    ... que ce que les français aimaient en lui c'était la ligne buisson ...

  • Par Vincennes - 16/09/2017 - 00:59 - Signaler un abus En lisant "Bienvenu place Beauvau" on comprend que TOUT

    était préparé pour nuire au candidat de la droite (qqu'il soit) qui se présenterait à commencer par Sarko contre lequel 620.000 bons petits soldats PS "aux ordres" ont été envoyés afin qu'il ne puisse même pas accéder au second tour. D'ailleurs, bizarrement, depuis plus aucune nouvelle de la justice, elle aussi "aux ordres",(voir les articles qui sortent aujourd'hui sur le POINT......Belle justice, en vérité) tout comme le dossier "MACRON/PENICAUD" est toujours dans les "starting-blocks" puisque PENICAUD a avoué n'avoir même pas été entendue et bien sur pas convoquée!!!! elle peut être sereine. Dormez braves gens, on veille sur vous

  • Par essentimo - 16/09/2017 - 07:17 - Signaler un abus N. Sarkozy

    n'aurait pas été pire que Macron aujourd'hui, Hollande hier, Fillon qui ne rêvait d'avoir le poste que pour l'argent (mais quel traître ; aff. Jouyet), Juppé par désir de vengeance pour sa carrière politique ratée (primaire ouverte). Et je ne sais toujours pas ce que vous lui reprochez !

  • Par Beredan - 16/09/2017 - 12:22 - Signaler un abus Ouf !

    On l'a échappé belle ...

  • Par Camtom - 16/09/2017 - 15:15 - Signaler un abus Bien sûr qu'il etait, et de

    Bien sûr qu'il etait, et de loin, le meilleur chez LR. C'est bien pour ça que FF et les autres voulaient des primaires ouvertes. En appelant les socialos à venir voter contre lui, ils ont fait élire FF en surprenant les commentateurs qui découvraient que Juppé était out! On connaît ses défauts mais, je pense qu'il avait compris, et il savait chefer... Guaino avait bien raison qd il disait qu'un ancien PR ne devait pas redescendre au niveau du parti! En même tps (!), sans lui il n'y avait plus de parti après les outrances de Coppé et Fillon... bref, quel gâchis et quel beau bordel aujourd'hui...

  • Par jurgio - 16/09/2017 - 17:28 - Signaler un abus On se rend compte après coup

    que le malaise ne vient pas seulement des politiques mais aussi des coups de burin médiatiques dans les cervelles les plus molles.

  • Par tananarive - 16/09/2017 - 18:38 - Signaler un abus La presse.

    Quand tous les médias, presse papier, Internet, télévision, relaie uniquement la propagande d'un candidat et saque les autres, personne ne peut réussir à s'imposer dans la petite tête des électeurs.

  • Par Ganesha - 16/09/2017 - 19:20 - Signaler un abus Incapables, minables crétins !

    Nicolas Sarkozy et son ''ombre silencieuse'', son collaborateur Fillon, étaient des incapables, de minables crétins ! Un État responsable doit avoir en permanence la volonté d'améliorer les services rendus au public et , si possible d'améliorer leur efficacité, permettant alors de diminuer le nombre des fonctionnaires. Exemples : simplification des démarches, informatisation. En se contentant de fixer aveuglément des objectifs chiffrés, Nicolas et François se sont conduits comme des gamins débiles et capricieux. Le ''un fonctionnaire sur deux'' de Sarko a profondément désorganisé la plupart des services essentiels et, cinq ans plus tard, les dégâts ne sont pas encore complètement réparés. Et pour que les ''réformes'' soient supportables, il faudrait d'abord avoir trouvé la recette du ''plein emploi'' !

  • Par Vincennes - 16/09/2017 - 22:31 - Signaler un abus Une arrogance de Sarko, certes, mais comparée à l'actuel

    c’est « peanut » car , concernant MACRON on peu y ajouter : dédain/mépris des fainéants voir méchanceté, odieux selon ceux qui l’ont côtoyé. Pour SARKO, que d’injustices car imaginons la crise de 2008, à peine arrivé aux manettes, sans sa poigne/son énergie..... RECONNU/APPROUV dans le monde entier, !! et n’oublions, non plus, pas le taux de croissance de 2,1%, en 2011, malgré les syndicats qui contraient tout ce qu’il entreprenait.... ce que les JOURNALEUX zappent encore car, comme actuellement, tout avait été fait pour qu’il n’accède même pas au second tour grâce aux 620.000 bons petits soldats (15%) envoyés en « Kommando » Perso je le regrette VRAIMENT

  • Par Deudeuche - 16/09/2017 - 23:31 - Signaler un abus OSEF

    On s'en fout!

  • Par Ganesha - 17/09/2017 - 12:47 - Signaler un abus Abrutis !

    Tant qu'il y aura des français, complètement abrutis, au point de s'enthousiasmer et de voter pour de pareilles ordures, un guignol incompétent, corrompu et égocentrique, nous ne sortirons jamais de la Crise ! Puisse-t-il disparaître à tout jamais de notre paysage politique !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€