Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Septembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nicolas Sarkozy fustige "l'ingérence du pouvoir médiatique" dans le fonctionnement de la justice

"Qui arrêtera l'ingérence du pouvoir médiatique dans le fonctionnement de l'autorité judiciaire ?", aurait lancé l'ancien président, devant les avocats du barreau de Paris, selon Valeurs Actuelles.

Critique

Publié le
Nicolas Sarkozy fustige "l'ingérence du pouvoir médiatique" dans le fonctionnement de la justice

Selon les indiscrétions de l'hebdomadaire Valeurs Actuelles, qui rapporte une intervention de Nicolas Sarkozy devant les avocats du barreau de Paris le 20 mars dernier, l'ancien président de la République aurait dénoncé "l'ingérence du pouvoir médiatique" dans le fonctionnement de la justice. 

"Qui arrêtera l'ingérence du pouvoir médiatique dans le fonctionnement de l'autorité judiciaire ? Qui arrêtera l'instrumentalisation des procédures par le pouvoir médiatique ?

Qui aura suffisamment de courage pour écrire le J'accuse qui manque à notre siècle", se serait notamment interrogé Nicolas Sarkozy devant son auditoire. 

>>>> À lire aussi : Entre néolibéralisme décomplexé et nationalisme provocateur : l'impossible stratégie de la décennie sarkozyste

Le candidat vaincu à la primaire de la droite et du centre aurait également évoqué le secret des sources des journalistes : d'après lui, ce secret est "devenu par la loi, non plus un simple précepte déontologique mais un principe de droit alors que dans le même temps le secret professionnel des avocats peut faire, à tout moment, l'objet d'une perquisition voire d'un interrogatoire dans le cadre d'une garde à vue".

Sollicité par l'AFP, l'entourage de l'ancien chef de l'État a démenti ces propos rapportés par Valeurs Actuelles. 

 

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 28/03/2017 - 00:52 - Signaler un abus Qui n'a jamais eu le courage d'écrire le "j'accuse"?

    C'est Nico! Lorsque Marine Le Pen était injustement diabolisée par les medias, pourchassée par des juges sadiques. Car cela arrangeait le petit Nico...Aujourd'hui qu'il subit indirectement les effets délétères de cette Justice de mur des cons, il devient emphatique, Nico...tartuffe, va!

  • Par arcole 34 - 28/03/2017 - 08:14 - Signaler un abus QUI A PAASE SON TEMPS

    A dénoncer Nico si ce n'est le FNPS, certains ont la mémoire un peu courte.

  • Par Salgado - 28/03/2017 - 09:12 - Signaler un abus La haine!

    Je viens de voir Bourdin interroger Chartier.Il y avait la mème haine que chez C.Angot dans son attitude quasi hysterique .Pitoyable BFM ! Ils ne se cachent mème plus. Au moins c'est clair.

  • Par lafronde - 28/03/2017 - 11:51 - Signaler un abus Sarkozy doit siéger au Conseil Constitutionnel.

    Président, Sarkozy a veillé à l'impartialité de l'Etat pendant la campagne électorale de 2012. Pas de procédure judiciaire ciblant le candidat de l'Opposition. Respect par la Presse audiovisuelle de ses obligations contractuelles, sur le pluralisme et l'impartialité de l'Information. Sarkozy devrait le rappeler, et avertir des risques que la partialité de l'Etat, du CSA et de la Presse audiovisuelle font courir sur la sincérité du scrutin. Pour la campagne 2017, Hollande ne garantit plus les Institututions. PNF à la remorque d'un journal partisan : le Cafard déchainé, CSA qui ne fait plus respecter la pluralisme et l'impartialité de l'Information audiovisuelle. En siégeant à nouveau au Conseil Constitutionnel, Sarkozy y neutralisera la majorité socialiste (voix de son Président). Il permettra au Conseil un examen complet d'une possible requête en annulation du scrutin déposée par Fillon. Puisque le pouvoir socialiste a triché dans cette élection avec le CSA et le PNF, cette tricherie peut être jugée par le Conseil Constitutionnel comme faussant la sincérité du scrutin. Sarkozy doit donc y siéger. G. Larcher, Président du Sénat, sera notre prochain Président de la République.

  • Par Vincennes - 28/03/2017 - 14:38 - Signaler un abus @Lafronde ....ce serait l'idéal mais, le bon vouloir de toute

    cette clique, le "bloque" avec des "affaires" qui n'en finissent pas d'êtree éclaircies.... et on se demande bien pourquoi? .......Hollande est arrivé avec son MACHIAVELISME ambiant/sa férocité à nuire à Sarko (jaloux qu'il est de ne lui arriver qu'à l'orteil), mais que nous subissons depuis cinq ans et le pire, il a mis en "branle" tout ce qu'il a sa disposition avec la complicité des journaleux pour pouvoir "remettre le couvert" pour 5 ans!!! . A nous d'agir en commençant par ZAPPER le service public où sévissent tous les MERDIALEUX "aux ordres" qui veulent garder LEURS TRES CHERES NICHE FISCALE et LEURS SUBVENTIONS béton, leur TVA réduite comme Médiapart dont Hiollande a effacer la deette etc

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€