Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 22 Août 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nicolas Sarkozy : "Le Brexit n’est pas une surprise pour moi, je l’avais dit en 2011 à David Cameron"

Le patron des Républicains était présent à Londres ce mercredi pour rendre visite à la communauté française expatriée.

London leaving

Publié le
Nicolas Sarkozy : "Le Brexit n’est pas une surprise pour moi, je l’avais dit en 2011 à David Cameron"

En visite express à Londres mercredi 29 juin au soir, Nicolas Sarkozy est venu rendre viiste à la nombreuse communauté française de la capitale. Au Millenium Gloucester Hotel, ils étaient environ un millier à venir écouter l’ancien président de la République. 

Ce dernier a déclaré qu’il avait prévenu le Premier ministre anglais de la dangerosité du référendum sur la sortie de l’UE. "Le Brexit n’est pas une surprise pour moi car je l’avais dit en 2011 à David Cameron : "Ne fais pas ça, ce référendum tu ne peux que le perdre !". Pour autant, comme beaucoup de responsables européens, lui aussi veut une sortie rapide. "On ne peut pas dire qu’on ne veut plus d’Europe et qu’on veut rester encore un petit peu. On ne peut pas être un pied dedans et un pied dehors.

Il y a eu 74% de participation et 17 millions d'électeurs. Ils ont choisi de quitter l'Europe. On ne peut pas revenir en arrière!".

Le patron des Républicains souhaite rapidement tourner la page François Hollande. "Dans dix mois, ça doit être à nous d’agir. Quand François Hollande dit qu’il est triste, on peut lui donner un mouchoir mais ce n’est pas ça qu’on attend". Il se méfie également du manque de réaction des institutions européennes. "Ils sont très forts à Bruxelles pour ça ! Non, ce n’est pas une petite crise ! On ne peut pas continuer comme avant" Mais il entrouvre la porte à un retour de Londres dans le giron européen : "On pourra un jour prochain récupérer le Royaume Uni".

Nicolas Sarkozy a évoque de nouveau l'idée d'un nouveau Schengen et de revoir les compétences européennes. Selon Le Figaro, il souhaite que le couple franco-allemand prenne encore plus d’importance. En attendant "l'élection d'un président stable de l'Euro", il estime que la présidence tournante devait être partagée "entre la France et l'Allemagne, parce qu'elles représentent la moitié de l'activité économique de la zone euro" quitte à se "fâcher avec les petits pays!".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gerint - 30/06/2016 - 09:10 - Signaler un abus Sarkozy s'est pourtant assis sur le référendum Français de 2005

    pourtant avec un non plus large qu'en GB. Certes il avait dit avant son élection qu'il agirait ainsi, on le savait donc en votant pour lui, face à la nullité de Royal. Mais quand-même, je pense qu'on a du mal à lui pardonner cette façon de faire.

  • Par Deudeuche - 30/06/2016 - 09:34 - Signaler un abus Tous ceux qui ont vécu en Angleterre (pas le bidule-Londres)

    le savaient. Comme le soutien Nord Irlandais et Ecossais au maintien. La détestation anti Europe est un bruit de fond en Angleterre, et parfois/souvent pour de bonnes raisons, mais aussi par une méfiance/haine millénaire vis à vis du "Continent". Quant à l'idée de condominium franco-allemand Ooops! de quoi "vindicate" Mr Farage.

  • Par chamouton - 30/06/2016 - 13:41 - Signaler un abus Tourner la page

    Quand Nicolas Sarkozy dit que bientôt on tournera la page Hollande, il s'imagine qu'il est l'incarnation de ce renouveau tant attendu. Sarkozy doit comprendre que les Français veulent écrire une nouvelle page, pas subir une nouvelle fois l'histoire Sarkozy. Le partage du pouvoir entre Hollande et Sarkozy, ça suffit.

  • Par clint - 30/06/2016 - 15:01 - Signaler un abus Le RU un très grand impérial qui avait fondé les USA !

    Normal qu'ils aient un sentiment de satisfaction et d'indépendance que l' administration européenne leur enlevait ! Ils sont tellement indépendants qu'ils avaient réussi à faire un catholicisme sans pape romain. Ils sont tellement fiers de leur culture qu'ils ont, eux, réussi leurs colonisations avec le commonwealth ! Et ils sont tellement patriotes (dans le sens positif, avant FN, de ce terme hélas gravement galvaudé en France) qu'ils ont réussi à tenir tête à Hitler alors que nous nous avons la débacle !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€