Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 31 Août 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nicolas Sarkozy à Alain Juppé : "Mais je vais te tuer"

L'entourage du maire de Bordeaux revient, pour le "Canard Enchaîné", sur une entrevue tendue entre les deux hommes le 3 septembre dernier.

Guerre des droites

Publié le
Nicolas Sarkozy à Alain Juppé : "Mais je vais te tuer"

Nicolas Sarkozy à Alain Juppé : "Mais je vais te tuer" Crédit Reuters

L'échéance de la présidentielle de 2017 promet de beaux conflits dans l'opposition. Alors que l'UMP va bientôt élire son président (ce sera Nicolas Sarkozy, sauf énorme surprise de Bruno Le Maire et/ou de Hervé Mariton), les principaux candidats à l'Elysée se préparent pour une campagne qui s'annonce déjà longue. Les deux principaux noms de cette primaire annoncée pour la présidentielle, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, sont en tout cas déjà dans leur match.

"C'est un ami, un partenaire, un compagnon, j'aurai besoin de lui" a pourtant dit l'ancien Président de l'ancien Premier ministre durant son interview à France 2, ce dimanche.

Dans les faits, toutefois, c'est visiblement beaucoup moins courtois, comme le raconte au "Canard Enchaîné" l'entourage d'Alain Juppé. Les deux hommes se sont entretenus le 3 septembre dernier, lors d'une entrevue qui a "assez vite tourné au monologue et perdu peu à peu de sa sérénité", raconte le Palmipède.

L'ancien locataire de l'Elysée revient notamment sur la possible alliance Juppé-Bayrou, le président du MoDem s'étant visiblement rangé derrière le maire de Bordeaux s'il candidate en 2017. "Ce n'est pas une épine que tu as dans le pied, c'est le baiser de Judas", avant de poursuivre : "Je ne sais pas s'il t'apporte son soutien pour t'emmerder ou s'il est con à ce point-là". Le principal intéressé appréciera, surtout au vu de cet autre bon mot de Sarkozy à Juppé : "Je ne comprends pas pourquoi tu t'obstines à vouloir être candidat à la place de ton ami Bayrou".

Mieux : Alain Juppé, ces derniers jours, s'est fait le plus grand défendeur de la primaire "de la droite et du centre" pour la présidentielle en 2017, promettant un "conflit dur" si Nicolas Sarkozy venait à l'outrepasser. Visiblement, l'ancien président n'en avait déjà guère cure au début du mois et, une fois ce sujet évoqué durant cet entretien, a prévenu : "Mais je vais te tuer" - ce à quoi Alain Juppé lui a simplement répondu : "Tu sais où me trouver". Le match pour 2017 a bien commencé dès 2014, comme l'a annoncé l'ancien locataire de Matignon...

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par sheldon - 24/09/2014 - 14:56 - Signaler un abus J' en ai déjà plus que marre de Sarkozy !

    Si ça continue il est tellement le même, celui qui s'est fait battre par un Hollande, qu'à côté Hollande va devenir sympathique !

  • Par langue de pivert - 24/09/2014 - 15:33 - Signaler un abus Non merci : on a déjà donné ! ☺

    Alain Juppé ? le meilleurs des chiraqueux/socialistes ? Chirac moins la tête de veau vinaigrette et la corona express ? ☺ avec Bayrou comme premier ministre ? Autant laisser la place à Hollande ! :-)))

  • Par arcole 34 - 24/09/2014 - 16:05 - Signaler un abus ATTENTION A LA DESINFORMATION SURTOUT CELLE EMANANT DU

    Canard Enchaîné , il y a mieux et il faut aller bien au-delà du jeu des petites phrases assassines et autres joyeusetés qui vont se faire en public et ne pas oubliez qu'il peut s'agir de ragots de caniveaux volontairement diffusé pour nuire aux uns et aux autres . Je suppose que le débat politique s'enrichira plus de prendre de la hauteur au niveau des Idées que se pencher au ras des caniveaux . De toute façon chaque semaines pour ne pas dire chaque jours aura son lot de perfidies ou déclarations inopportunes soi- disant attribuées aux divers candidats.

  • Par arcole 34 - 24/09/2014 - 16:06 - Signaler un abus ATTENTION A LA DESINFORMATION SURTOUT CELLE EMANANT DU

    Canard Enchaîné , il y a mieux et il faut aller bien au-delà du jeu des petites phrases assassines et autres joyeusetés qui vont se faire en public et ne pas oublier qu'il peut s'agir de ragots de caniveaux volontairement diffusé pour nuire aux uns et aux autres . Je suppose que le débat politique s'enrichira plus de prendre de la hauteur au niveau des Idées que se pencher au ras des caniveaux . De toute façon chaque semaines pour ne pas dire chaque jours aura son lot de perfidies ou déclarations inopportunes soi- disant attribuées aux divers candidats.

  • Par 2bout - 24/09/2014 - 17:11 - Signaler un abus On va poser le problème autrement.

    Qui veut d'un premier ministre qui s'appellerait Lagarde et d'un Ministre de l'économie qui s'appellerait Peyre, et éventuellement un Ministre aux affaires parisiennes qui s'appellerait Federbusch ? (Pour le denier nom, c'est vraiment éventuellement).

  • Par 2bout - 24/09/2014 - 18:33 - Signaler un abus Donc, personne ne veut lever la main, c'est dommage.

    Il partait de suite en vacances à l'ONU avec sa femme et une chandelle. J'aurai prévenu la mienne que l'on avait un candidat, un qui n'aurait pas eu besoin de nous dire qu'il n'aimait personne, ni les riches, ni la finance, ni les immigrés ... pour être élu. Mais je peux reposer la question, sans l'obligation d'avoir un ministère aux affaires parisiennes.

  • Par toupoilu - 24/09/2014 - 19:37 - Signaler un abus La primaire, si elle est dans les statuts,

    c'est grâce a Fillon, plus qu'a Juppé.

  • Par toupoilu - 24/09/2014 - 19:59 - Signaler un abus Fillon sur France 2 dans le journal.

    On va comparer avec Nicolas.

  • Par vangog - 25/09/2014 - 02:37 - Signaler un abus Toujours pas de programme...

    Mais des conflits d'ego et des petites phrases, tout plein! Les journaleux se régalent...les Français se lamentent:"c'est ça notre futur Président?..."

  • Par Anguerrand - 25/09/2014 - 08:29 - Signaler un abus Il faudra à la France un président qui

    dans les 6 premiers mois de son mandat gouverne par décrets ou référendum, reforme à peu près tout et que les français n'aient même pas le temps de se mettre en grève ( régimes spéciaux, fiscalité, fonction publique, suppression du sénat et du nombre d'élus, droit du travail, 35 heures, etc ). Il faudra peut être affronter des grèves dures comme avec Tatcher, mais le pays serait enfin sur de bons rails. L'Angleterre va dépasser les 3% de croissance cette année, l'Allemagne commence à rembourser s dette, et nous nous sommes le dernier de la classe et surtout sans espoir à ce jour.

  • Par clclo - 25/09/2014 - 09:52 - Signaler un abus enfin

    enfin foutez leur la paix 2017 c'est loin

  • Par Texas - 25/09/2014 - 13:14 - Signaler un abus L' entourage

    De Mr Juppé raconte au Canard Enchainé...! Great ! Je vais m' acheter des paquets neutres de cloppes avant de recevoir mon complet maoiste pour après 2017 !

  • Par vangog - 25/09/2014 - 22:16 - Signaler un abus "C'est un ami...mais je vais le tuer!"...

    Quand on pense que certains patriotes ont pris neuf mois de prison pour une ou deux singeries à Taubira...mais lui n'est même pas inquiété pour une menace à peine voilée de meurtre! D'accord, c'était une image...le singe aussi, c'était une image!

  • Par phillis - 26/09/2014 - 06:51 - Signaler un abus rIDICULE

    Qui n'a pas dit un jour "je vais te tuer" Ridicule! De plus c'est une expression utilisée envers des proches (en ce qui me concerne souvent les enfants!!), des amis

  • Par cpamoi - 26/09/2014 - 22:45 - Signaler un abus Je n'en peux plus !

    Deux ans et demi de campagne + 5 ans s'il est élu : 7,5 ans à le supporter ! Je n'en peux déjà plus.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€