Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 16 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Nicolas Hulot appelle les zadistes à la raison lors d'une conférence de presse après une réunion majeure à Nantes

Une délégation de huit opposants a rencontré, ce mercredi à Nantes, le ministre de la Transition écologique et la préfète des Pays de La Loire. Nicolas Hulot et Nicole Klein ont tenté de mettre fin au conflit.

La main tendue de Nicolas Hulot

Publié le
Nicolas Hulot appelle les zadistes à la raison lors d'une conférence de presse après une réunion majeure à Nantes

 Crédit JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Trois mois après l'abandon du projet de Notre-Dame-des-Landes, la réunion de la dernière chance entre les autorités et les occupants de la ZAD semble avoir accouché d'une souris. Selon les zadistes, "aucune ligne n'a bougé". Nicolas Hulot appelle pourtant les militants à "saisir la main que le gouvernement leur a tendu". 
 
A l'issue de la réunion, Nicolas Hulot s'est exprimé dans le cadre d'une conférence de presse. 
 
"Nous avons un sentiment de tristesse, de gâchis, que j'espère provisoire. A l'origine, c'était un combat mené pour préserver les terres agricoles, les zones humides et la biodiversité.
Sauf à me tromper, ce combat-là a été atteint. (…) Il faut peut-être s'interroger afin de savoir s'il ne faut pas, à un moment ou à un autre, cesser un combat que l'on pense gagné."
 
Selon Nicolas Hulot, le gouvernement est désormais "en droit d'attendre un geste, un retour à l'ordre pour la tranquillité des habitants qui subissent une situation qui n'est plus tolérable."  
 
"Ne rentrons pas dans une spirale de violence. Ne confondons pas écologie et anarchie, et sachons maintenant passer à une nouvelle étape." 
 
Nicole Klein, la préfète des Pays-de-la-Loire, a souhaité offrir "une porte de sortie" aux zadistes et aux agriculteurs. Ils bénéficient d'un délai supplémentaire, jusqu'au 23 avril, afin d'enregistrer leurs projets agricoles. Ils devront donner leurs noms notamment. Cette déclaration est un préalable à la signature éventuelle de baux agricoles précaires. La préfète a tenu à mettre en garde les militants encore présents sur le site de Notre-Dame-des-Landes. 
 
"S'ils ne répondent pas a minima à cette demande, le président de la République a été très clair, il y aura de nouveau des expulsions." 
 
Les zadistes déplorent "l'ultimatum du 23". Ils considèrent cette date comme une sorte de "couperet" et de "chantage à la terreur". Le Premier ministre Edouard Philippe a précisé à l'Assemblée nationale ce mercredi que les "occupants illégaux" qui ne régulariseront pas rapidement leur situation "quitteront les lieux" car "force doit rester à la loi".  
 
De nouvelles évacuations sont donc à prévoir si les derniers zadistes présents sur le site de Notre-Dame-des-Landes restent sur place, sans la moindre déclaration, après le 23 avril prochain. 
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 18/04/2018 - 20:53 - Signaler un abus Zadistes

    Collomb n'a donc toujours pas été foutu de dégager une poignée de délinquants.

  • Par KOUTOUBIA56 - 18/04/2018 - 21:15 - Signaler un abus Moi j'appelle a ce que les

    Moi j'appelle a ce que les coups de trique tombent et la matraque dans la gueule aussi. cette clique de rmiste branleurs de première drogués et sale doivent être éjecté"s sans ménagemement. Mr Macron et Philippe arrêtez de baisse votre froc vous montrez votre cul

  • Par vangog - 18/04/2018 - 21:23 - Signaler un abus Les maître-chanteurs qui craignent le chantage...

    C’est un peu comme des terroristes qui craindraient d’être victime du terrorisme...l'inversion gauchiste a accompli son œuvre nauséabonde! et là , on est dans l’ultra-fascisme-zadiste pur et dur...l’inversion totale!

  • Par Solognitude - 18/04/2018 - 22:36 - Signaler un abus peut-être allez vous enfin servir à qqe chose mon bon Nicolas!

    Car, en temps qu'idiot utile des écolos patentés, c'est le moment de vous sortir du tiroir.

  • Par Solognitude - 18/04/2018 - 23:45 - Signaler un abus en tant que....

    personne n'est parfait!

  • Par Max.B - 19/04/2018 - 08:15 - Signaler un abus Le retour de baton

    Monsieur Hulot avant d'etre ministre ces personnes vous ont aidé, pour mettre la pression sur les anciens gouvernements, vous avez voté des décisions au niveau de l'europe contraire à vos principes mais sans doute en échange de la non-realisation de NDL obligeant le Président à revenir sur une promesse de campagne donc aujourd'hui prenez vos responsabilités soit vos camarades dégagent ou vous démissionnez et l'etat de force les virent car cela devient burlesque.

  • Par Atlante13 - 19/04/2018 - 10:25 - Signaler un abus Je m'interroge,

    bien sûr, comme nous tous, je refuse la chienlit qui s'installe dans le pays. Il faudrait chasser les "sudistes" à coups de pied dans le cul, il faudrait sortir les voyous des universités et les envoyer, éventuellement aux Comores, ils y seraient dans le pays de leurs rêves. Les habitants du Mirail? pas de souci, il y a encore de la place en Afrique, retour au pays assuré, etc... etc... Mais en même temps, je me dis , il y a encore des fran!ais capables de se révolter, bien ou mal mais ils se révoltent. Car, franchement, les français sont devenus des moutons bien gentils, on les écrase d'impôts qui disparaissent comme l'eau au Sahara, et personne ne râle, on les étrangle de taxes, on leur sort tous les jours de nouvelles lois qui leur interdisent tout, on leur fait des promesses qui ne sont jamais tenues. Ils se laissent envahir et trouvent ça normal. Alors je me dis, où sont passés les gaulois?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€