Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 25 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Négociations sur l'emploi : patronat et syndicats aboutissent finalement à un accord

L’accord sur l’emploi trouvé in extremis par le patronat et les syndicats vendredi soir doit désormais être ratifié par le Parlement.

In extremis

Publié le

In extremis. Patronat et syndicats ont finalement trouvé vendredi soir un accord sur la question de la relance de l’emploi. L’accord aura été trouvé juste à temps puisque le gouvernement menaçait en effet de légiférer sir les échanges n’avaient pas abouti. L’accord a ainsi été signé à l’arraché après deux jours de négociations.

Le Medef s’est déjà félicité de cette victoire expliquant dans un communiqué que "les partenaires sociaux ont placé la France en haut des standards européens en matière de marché du travail et de relations sociales. L'accord auquel ils sont parvenus est tout sauf un accord a minima".

Mais certains syndicats critiquent déjà le protocole adopté alors même qu’il n’est pas encore entré en vigueur. En effet, seules trois des cinq délégations syndicales – la CFDT, la CFTC et CFE-CGC – ont apposé leur signature en bas du texte. Quant à la CGT et Force Ouvrière, ils estiment que le texte "renforce la précarité" des salariés.

François Hollande a malgré tout déjà salué l’accord comme  "un succès du dialogue social". Pour entrer en vigueur, l'accord doit désormais être ratifié par le Parlement. Cela ne devrait pas arriver avant la fin du mois de mai. Il doit en effet être d'abord soumis au Conseil d'Etat début février, puis présenté en Conseil des ministres selon Europe 1.

Si certains points de l’accord ont pu être réglés rapidement, notamment les complémentaires santé qui seront généralisés à toutes les entreprises mais aussi la création d'"accords de maintien dans l'emploi", qui permettront notamment de diminuer le temps de travail des salariés et de réduire leur salaire, en garantissant en échange l'absence de plan social, d’autres ont pris beaucoup plus de temps. Ainsi, la question de la taxation des contrats courts aura occupé jusqu’au dernier moment les partenaires sociaux. Les syndicats estiment en effet qu’il s’agit d’un préalable indispensable à toute discussion puisque la crise a entrainé une forte augmentation de l’intérim et des CDD à durée réduite. Les entreprises estimaient au contraire qu’on ne pouvait pas taxer les contrats courts, les CDD étant un moyen privilégié pour faire face à une hausse temporaire de l'activité, sans avoir à s'engager. L’accord envisage finalement une augmentation des charges sociales sur certains contrats courts.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par troiscentsalheure - 12/01/2013 - 11:56 - Signaler un abus La liberté syndicale n'existe pas en France

    Les syndicats de 1945 ne sont pas représentatifs. C'est aux salariés de légiférer sur la liberté syndicale par le référendum d'initiative populaire.

  • Par jlbaty - 12/01/2013 - 12:07 - Signaler un abus de dangereux fous furieux

    Trop de liberté syndical. Comment un minorité de nantis peut paralyser et mettre en difficulté la totalité d' un pays et son économie, ça s' appelle du totalitarisme mais pas du syndicalisme,et par la même occasion détruire l' outil de travail ( fret ferroviaire, ports autonomes,ratp , air france etc.. etc...)

  • Par Equilibre - 12/01/2013 - 12:18 - Signaler un abus Euh, elle est où la Grande réforme, là?

    Sérieux, c'est avec cela qu'il compte relancer la machine? Ces accords auraient peut-être été les bienvenus 20 ans plus tôt. La troïka à Paris dans pas longtemps.

  • Par troiscentsalheure - 12/01/2013 - 12:26 - Signaler un abus La sanction arrive

    "Nous attendons une action décisive sur le marché du travail. Nous sommes tous inquiets de la dégradation de la base industrielle en Europe et en France en particulier..Nous nous intéressons aussi à la viabilité des finances publiques à moyen terme" (Olli Rehn, commissaire européen aux Affaires économiques).

  • Par prado13 - 12/01/2013 - 12:50 - Signaler un abus Bizarre !!!

    aboutissent finalement à un accord ??? Ah bon, sans FO et la CGT, (vous en conviendrez les deux principales organisations syndicales) vous nommez ça un accord ? Bizarre.

  • Par PPRIC59 - 12/01/2013 - 14:04 - Signaler un abus NEGO SUR L'EMPLOI

    MOI ANCIEN SALARIE ENGLOUTI DANS LA DEMARCHE DE CREER MON ENTREPRISE (PETITE TRES PETITE) avec la moitie de mes droit d'indemnité financiére absorbé par pole emploi et l'état ARPE) DONC PATRON POUR MES COLLEGUES SALARIE. vOIR QUOI UNE PRETENDU NEGOCIATION ET OUI UNE PRETENDU NEGOS!!! Il sont ou les negociateurs des salarie dans une minorite de syndicats salarié a mes yeux non représentatif en référence au élections prudhomale et même au derniere élections pour les petites entreprises ou les signataires prétendus ont fait des scores minables CFE CGC SYNDICAT DE CADRE CFTC MINORITAIRE ET CFDT attache politiquement au sosos? La CGT EST LOIN DEVANT ET BIEN MAJORITAIRE DONC CE FUTUR ACCORD JE N'EN EST RIEN A FOUTRE IL NE REGLE RIEN SAUF MALHEUREUSEMENT ELIMINE LES PETITES ENTREPRISE QUI IL EST VRAI, ELLE N'ABUSE PAS MAIS FONT APPEL AU CDI POUR LES SURCROIT DE TRAVAIL OU L'IMPOSSIBILITE D'AVOIR UN SALARIE A PLEIN TEMPS! ETS OU SONT LES AUTO ENTREPRENEUR QUI DEREGLEMENTE L'ARTISANAT. DONC SI CELA PASSE MOI JE SUIS CONTRAINT A DEPOSER LE BILAN ET D'ËTRE A LA RUE BONNE MEDITATION ET MEILLEURS VOEUX A TOUS

  • Par DEL - 12/01/2013 - 14:42 - Signaler un abus Hélas, trois fois hélas!

    Les syndicats sont un mal nécessaire: il suffit de voir ce qui se passe là où ils sont quasi interdits... Ceci étant dit, je trouve anormal que des associations de gens aussi mal élus aient le droit de représenter tous les salariés, comme il est anormal qu'un délégué puisse exercer son mandat sur les heures de travail. S'ils étaient "bons", ils n'auraient aucun mal à réunir leurs adhérents après ou avant le travail...

  • Par engerau - 12/01/2013 - 16:24 - Signaler un abus A DEL

    Je l'ai écrit dans un autre article mais je vais me répéter. Des syndicats mal élus ou peu représentatifs ? C'est le pouvoir politique qui a organisé la prétendue faiblesse des organisations syndicales. C'est le pouvoir qui étend l'extension d'un accord à tous les salariés ! A quoi bon se syndiquer puisque je bénéficie des mêmes avantages de la convention collective que l'adhérent d'une organisation syndicale ? Pour remédier à ce peu d'adhérents des organisations syndicales, il suffit de décider que seuls les adhérents des organisations syndicales signataires de l'accord ou de la convention collective bénéficient des dispositions négociés ! Mais le Pouvoir politique ne veut pas de syndicats forts. Quel qu'il soit ! Croyez-moi il y aurait la queue comme en 1968 pour se syndiquer ! Le taux de syndicalisation grimperait à coup sûr plus vite que le PIB !

  • Par jlbaty - 12/01/2013 - 17:57 - Signaler un abus les syndicalistes ne préservent que leur intérêts

    Qu' est ce qu' un syndicaliste dans une entreprise, un planqué parasite qui ne bosse plus, qui empêche l' entreprise d' evoluer, et qui en fin de compte pénalise tout le monde et ils sont étonnés que personne les suives

  • Par moerl16 - 13/01/2013 - 11:37 - Signaler un abus après les grands mots

    après les grands mots des politiques que reste-t-il :RIEN que du vent cette mascarade ou même pitrerie ne va pas faire embaucher un seul salarié ,elle ne va résoudre aucun des problèmes qui rongent la compétitivité des entreprises françaises ,les patrons passeront par les intérimaires de plus en plus ,les représentants des syndicats (si nous pouvons appeler ces gens des syndicalistes) continueront a glander a emmerder et tout faire pour que les dirigeants excédés délocalisent

  • Par walküre - 13/01/2013 - 12:35 - Signaler un abus Quenelle

    dieudonniésienne en plein. Ouvriers vous êtes cocus et vos syndicats signatires complices. Vous allez bientôt payer. Mais il n'est plus de mise pour vous de critiquer.

  • Par Satan - 13/01/2013 - 13:43 - Signaler un abus Il faut rendre plus compétitifs les patrons!

    La France est le pays qui a les patrons les plus rémunérés et les plus assistés! A la vue des résultats de ces dernières années il serait peut être temps de remettre en cause ses acquis patronaux! Non ?

  • Par jmpbea - 13/01/2013 - 18:42 - Signaler un abus encore une réussite de flamby

    avec l'appui du patronat qui met la pédale (excusez-moi mais cela n'a rien à voir avec les homo) douce.... ça va créer un peu plus de chômage car moi, petit patron, je ne vais pas payer de taxe pour embaucher, quand même!!!!!si flamby veut me prendre pour un con je trouverai d'autres solutions!!!!!!!!!!facile et évident, mais ça ne va pas favoriser l"emploi, ça c'est sûr!

  • Par jmpbea - 13/01/2013 - 18:43 - Signaler un abus satan merde tant que ça

    les gens qui travaillent et gagnent leur vie?

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€