Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 23 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Muriel Pénicaud part en guerre contre les contrats précaires (et le coût du chômage)

La ministre du travail a annoncé sur LCI qu'elle comptait faire de très importantes économies en empêchant que se développent les contrats précaires.

Dans le vif

Publié le
Muriel Pénicaud part en guerre contre les contrats précaires (et le coût du chômage)

 Crédit LUDOVIC MARIN / AFP

La ministre du Travail Muriel Pénicaud s'exprimait ce vendredi sur LCI. Elle a dit vouloir réformer un système qui enfermerait les travailleurs dans une précarité de longue durée :

 
"Ils sont contents parce qu'ils ont une protection, mais personne ne veut une vie où on passe d'un emploi au chômage indéfiniment.
Aujourd'hui les règles peuvent faire que toute votre vie au lieu de vous aider à vous en sortir, on peut être toute sa vie dans un système où on a une assurrance chomage et être appelé à tout moment pour faire un job très court. Je crois qu'il ne s'agit pas là d'un modèle avancé du marché du travail." 
 
La ministre à affirmer chercher à mettre en place des "règles qui n'enferment pas les gens dans la précarité" pour les travailleurs, mais aussi bien sûr parce que cette précarité coûte très cher à l'Etat en termes d'assurance chômage. 
 
Le document de cadrage que la ministre a présenté doit d'ailleurs permettre de réaliser de 3 à 3,9 milliards d'euros d'économies en trois ans. 
La réforme inquiètent tous les partenaires sociaux qui se sont exprimés très défévorablement ce vendredi. 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Atlante13 - 22/09/2018 - 09:16 - Signaler un abus Comprends pas,

    elle n'est pas mise en examen? Ah oui, elle est sur un tortillard de la justice, le TGV est réservé aux nantis de droite.

  • Par cloette - 22/09/2018 - 10:56 - Signaler un abus Ils feraient mieux de chercher

    à produire de la croissance qui donne des emplois plutôt que d'empêcher quelqu'un au chômage de gagner trois sous avec un emploi précaire . Il y a des emplois qui ne peuvent être que précaires ( les vendanges par exemple ) .

  • Par Atlante13 - 22/09/2018 - 12:38 - Signaler un abus Ils replongent dans les erreurs

    du quinquennat précédent. La croissance ne se décrète pas, et ce ne sont pas les assistés du système qui peuvent le décider. Personne ne peut la commander ou la décréter, on ne peut que préparer le terrain et mettre en place les mesures qui inciteront les investisseurs à revenir. Je sais, ça ne plait pas à la gauche-gangrène, mais c'est comme ça. Tôut le reste a échoué, les prédicateurs du communisme occupent encore le terrain grâce aux fauteuils rembourrés que leur offre la fonction publique, mais ce ne sont que des parasites.

  • Par cloette - 22/09/2018 - 15:31 - Signaler un abus Croissance ou innovation ?

    Est-ce pareil ? l'innovation entraine-t-elle la croissance ou vice-versa ?

  • Par Atlante13 - 23/09/2018 - 10:55 - Signaler un abus @cloette

    a long terme oui, à court terme cela peut induire des révolutions industrielles remettant en cause l'existant. Face à cela il faut une réactivité du tissu industriel, mais quasi impossible avec le capitalisme de connivence et le principe jacobin du gouvernement français.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€