Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 26 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le gouvernement va lancer une messagerie chiffrée pour les ministres dès cet été

Le secrétaire d'Etat chargé du numérique Mounir Mahjoubi planche sur un dossier lié à la sécurité des données des ministres pour cet été. Une messagerie privée sera lancée par le gouvernement afin d'éviter les risques de fuites éventuelles sur Telegram ou WhatsApp.

Adieu Telegram

Publié le
Le gouvernement va lancer une messagerie chiffrée pour les ministres dès cet été

 Crédit ERIC FEFERBERG / AFP

Le gouvernement souhaite donc protéger les données sensibles des ministres. Mounir Mahjoubi, secrétaire d'état au Numérique, a annoncé ce vendredi qu'une messagerie publique chiffrée allait être créée pour les ministres du gouvernement. Mounir Mahjoubi a fait cette révélation au micro de France Inter. 
 
"Au sein de ce gouvernement, j'ai la responsabilité de la transformation des outils numériques de l'Etat. Nous travaillons à une messagerie publique chiffrée, qui ne sera pas dépendante de l'offre privée."
 
Cette application révolutionnaire et ultra-sécurisée est développée par la Dinsic (la direction interministérielle du numérique et du système d'information et de communication) et un prestataire privé externe. 
 
Selon des informations du Figaro, l'application serait déjà actuellement testée depuis quelques mois auprès d'une quinzaine de personnes.
Ce nouveau système de communication devrait être officiellement lancé au cours de l'été 2018. Cette toute nouvelle application pourrait même être étendue aux membres de l'administration et des collectivités territoriales. Les députés et les sénateurs pourraient également bénéficier de ce dispositif dans les prochaines années en cas de succès.
 
Ce changement radical intervient suite aux craintes concernant la sécurité de la messagerie Telegram, créée par l'entrepreneur russe Pavel Durov. Beaucoup d'hommes et de femmes dans la vie politique française utiliseraient l'application Telegram. Cette application, d'origine russe, ne chiffre pas l'intégralité de ses données, hors de l'option "secret chat". 
 
Telegram a été dans le viseur de la justice dans le cadre d'enquêtes sur la mouvance djihadiste. De nombreux candidats au départ vers la Syrie utilisaient notamment cette application pour leurs échanges. 
 
Un tribunal de Moscou a d'ailleurs ordonné, ce vendredi 13 avril, le blocage de la messagerie Telegram en Russie pour avoir refusé de fournir aux services spéciaux les clés permettant de lire les communications chiffrées de ses utilisateurs.
 
Les ministres français bénéficieront donc de leur nouvelle messagerie sécurisée lors de l'été 2018, selon des informarions du Figaro.      
  
 
 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Citoyen-libre - 13/04/2018 - 20:18 - Signaler un abus Le moyen âge à la française

    Les ministres vont avoir une messagerie chiffrée !!! Mais c'est tout le pays qui devrait avoir une messagerie chiffrée et cryptée. Nos données, notre vie privée à travers les messageries sont pillées par Google, par Microsoft, par Facebook, etc. Tout s'échange par messagerie. Les avocat, les notaires travaillent avec Gmail. Il n'y aucune confidentialité, ni aucune protection des données. Et c'est à l'Etat de garantie la vie privée des gens.

  • Par Atlante13 - 14/04/2018 - 10:19 - Signaler un abus Bétise incommensurable,

    entièrement d'accord pour qu'elle le soit pour "tout le monde", le droit a la vie privée ou professionnelle est valable pour tous. Ce qui n'a pas empêché nos élus de mettre en place un flicage absolu sur notre vie privée, sous prétexte de sécurité. Et aujourd'hui l'Etat avoue être incapable de suivre tous les fichés S, par contre il s'en sert bien dans ses règlements de comptes politiques. Deuxièmement, la plupart des élus sont des ignares en informatique, ce n'est pas une insulte, c'est valable pour la plupart des français, et les maladresses vont pleuvoir. Troisièmement, nous en sommes au stade de l'Etat Totalitaire à la soviétique, les politiques seront à l'abri des fuites médiatiques et auront un pouvoir absolu. Quatrièmement, un système!me totalement conçu par l'Etat sera forcément une catastrophe et ne fonctionnera jamais, l'histoire récente nous le prouve tous les jours. De plus soyez certains que des petits malins auront vite fait de casser le chiffrement, les "hackers" nous le prouvent tous les jours. Et enfin, combien ça va nous couter? au moins dix fois plus que le budget gouvernemental, question d'habitude.

  • Par J'accuse - 15/04/2018 - 13:17 - Signaler un abus Protéger les petits secrets de nos princes

    En démocratie, les courriers des ministres doivent être consultables par tout le monde, et le Conseil des ministres filmé en direct. De toutes façons, la NSA et le FSB ont des micros sous la table... Il n'y a que les citoyens qui sont exclus de ce que disent et font leurs dirigeants.

  • Par Citoyen-libre - 15/04/2018 - 13:54 - Signaler un abus Un troupeau d'anes

    On s'imagine être dirigés par des élites. Ils n'ont même pas conscience de la rapidité du monde. Notre cher secrétaire au numérique est ou était le patron d'une boite informatique. Et en un an, c'est tout ce qu'il a trouvé, une messagerie pour les ministres!!!!! Mais que fait-on pour se battre contre Google et les autres. Accordons peut-être un statut particulier ou des subventions à QWANT. Il est le seul français à se battre contre Google. C'est comme pour le GPS, nous avons 30 ans de retard.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€