Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 12 Novembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mort de Naomi Musenga : le procureur de la République de Strasbourg annonce l'ouverture d'une information judiciaire

Le procureur de la République de Strasbourg a annoncé cet après-midi l'ouverture d'une information judiciaire pour "non-assistance à personne en péril" dans l'enquête sur la mort de Naomi Musenga.

Enquête

Publié le
Mort de Naomi Musenga : le procureur de la République de Strasbourg annonce l'ouverture d'une information judiciaire

La mère de Naomi Musenga lors d'une marche silencieuse en mémoire de sa fille  Crédit FREDERICK FLORIN / AFP

Cet après-midi, le procureur de la République de Strasbourg -Yolande Renzi- a annoncé l'ouverture d'un information judiciaire pour "non-assistance à personne en péril" dans l'enquête sur la mort de Naomi Musenga, la jeune femme décédée en décembre dernier après avoir fait l'objet de moqueries par une opératrice du Samu. 

Dans un communiqué, Yolande Renzi a déclaré : "Je procéderai dans les prochains jours à l'ouverture d'une information judiciaire du chef de non-assistance à personne en péril contre l'opératrice du centre des appels d'urgence et tous autres, ainsi que du chef d'homicide involontaire contre X".

Il est également revenu sur les cause du décès de Naomi Musenga, morte des suites d'une intoxication au paracétamol absorbé par automédication durant plusieurs jours.

Le 29 décembre dernier, la jeune de 22 ans était morte quelques heures après avoir appelé le Samu, à Strasbourg. Durant cet appel, dont le contenu de l'enregistrement a été publié dans la presse locale fin avril, les opératrices du Samu la raillent et la renvoient vers S.O.S Médecins. Hospitalisée plus tard dans la soirée, Naomi Musenga est morte après avoir fait deux arrêts cardiaques.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Beredan - 11/07/2018 - 22:35 - Signaler un abus Se hAter lentement ...

    Si la famille ne se constitue pas partie civile , c’est l’enlisement assuré ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€