Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 31 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Molenbeek : l'édifiant récit d'une journaliste infiltrée dans les milieux radicaux

En 2005, Hind Fraihi avait enquêté sur le quartier décrié de Bruxelles. 10 ans plus tard, ses craintes lui ont donné raison.

En immersion

Publié le
Molenbeek : l'édifiant récit d'une journaliste infiltrée dans les milieux radicaux

Il aura fallu attendre novembre 2016 pour que le grand public découvre le nom du quartier de Molenbeek, situé à Bruxelles. Réputée pour être un vivier à djihadiste, la commune était pourtant bien connue, et depuis longtemps, par les spécialistes de l'islam radical. A commencer par Hind Fraihi, journaliste belge musulmane, qui avait entamé une enquête en 2005 au cœur des réseaux islamistes du quartier. Comme l'explique BFMTV, son livre "En immersion à Molenbeek" vient d'être traduit en français, depuis le flamand.

"Il y a dix ans, lorsque j'ai infiltré les milieux radicaux de Molenbeek, le terreau islamiste existait déjà. On m'a dit que j'exagérais, que je faisais du sensationnalisme, et rien n'a été entrepris pour endiguer le phénomène" raconte aujourd'hui la journaliste.

Chômage, pauvreté… le quartier est devenu une véritable enclave. Mais la misère n'explique pas tout. "Certains jeunes diplômés, issus d'un milieu moderne et progressiste, se radicalisent aussi, sûrement parce qu'ils n'ont pas le sentiment d'être acceptés" explique l'auteure. "Même si on a un travail, on reste un étranger, un musulman pour les autres. On est 'différent', notamment depuis le 11-septembre." Ajoutez à cela les conflits au Proche-Orient et le cocktail s'annonce dévastateur. "Nous sommes dans un choc quotidien à voir les attentats se succéder au Moyen-Orient dans l'indifférence totale. Cela génère un sentiment d'injustice qui peut parfois être utilisé à tort."

Surtout, la journaliste constate que rien n'a été fait par les autorités pour endiguer le phénomène. "A l'époque, on y trouvait des fascicules extrémistes ou des prêches qui prônaient ouvertement la violence contre les chrétiens ou les juifs, et pourtant, les autorités publiques n'ont rien fait pour les stopper", regrette-t-elle. "Aujourd'hui, c'est trop tard, les méthodes ont changé. Le recrutement se fait sur Internet, de façon plus accessible, et a disparu des mosquées cachées. C'est encore plus dangereux, car plus difficile à stopper."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 10/03/2016 - 13:52 - Signaler un abus Les dirigeants belges doivent être jugés pour complicité avec le

    terrorisme! Et les villes autour de Bruxelles doivent être de-radicalisées d'urgence. Leurs Maires gauchistes et de centre-droit doivent démissionner, sinon les citoyens européens s'en chargeront...

  • Par Nicolas V - 28/03/2016 - 12:19 - Signaler un abus @vangog

    Cher Vangog, une commune de Belgique a élu un communautariste prônant la charia. La Belgique est un pays perdu si le peuple ne se reprend pas en mains. Liste communautaire à Marseille et 93. L'une s'est retirée . Voilà la conception de la "laïcité " du régime. Pendant qu'on brûle une Eglise à Fontainebleau, Hollande prend le The à la Mosquée de Paris avec un ministricule. Nos dirigeants et élus et moult hauts-fonctionnaires sont des collabos. Notre 5ème colonne. Il y a des (pas une seule) centaines de Mollenbeck en France. Et ils ont barre sur les dhimmis qui sont tétanisés , peur d'une révolution

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€