Dimanche 20 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mohamed Merah raconté
par son épouse : "Un bébé
qui avait besoin d'amour"

Le Point révèle les confidences qu'elle a faites aux policiers qui l'ont interrogée. Elle parle d'un homme "doux" et "gentil".

Pour le meilleur et pour le pire

Publié le 1 juin 2012
 

Pendant 17 jours Hizia D. a été l'épouse de Mohamed Merah, l'homme accusé d'être l'auteur des tueries de Toulouse et Montauban en mars dernier. Le Point révèle les confidences qu'elle a faites aux policiers qui l'ont interrogée. La jeune femme de 18 ans parle de quelqu'un qui "parlait beaucoup et avait besoin qu'on l'écoute, il avait besoin d'amour et je le comparais à un bébé".

Cette jeune Toulousaine a épousé, religieusement, Mohamed Merah le 15 décembre 2011 avant que le divorce ne soit entériné deux jours avant la mort du tueur lors de l'assaut lancé par les hommes du raid. Il n'y a jamais eu de mariage civil.

Hizia D. raconte : "Mohamed était quelqu'un de gentil, de doux, de souriant. Je suis réellement tombée amoureuse de lui après le mariage. Nous avons décidé de nous marier avec l'accord de nos deux familles. Nous avions de nombreuses conversations religieuses, mais nous passions notre temps à jouer à la PlayStation, à Call of Duty en réseau et à Need for Speed. Personne ne venait chez nous parce que Mohamed ne voulait pas que d'autres hommes me voient. Il continuait, lui, à fréquenter ses anciens amis de la cité qui se disent musulmans mais qui ne le sont pas réellement."
 
Des détails attirent son attention : "Mohamed refusait d'aller à la mosquée, ni même que j'y aille seule. Il disait ne pas vouloir se faire remarquer. Il m'a dit avoir ses raisons sans les préciser. J'aurais aimé qu'il porte la tenue traditionnelle de notre foi et la barbe, mais il ne voulait pas, pour être discret."
 
La jeune femme explique enfin comment Mohamed Merah a souhaité mettre un terme à leur relation : "Il m'a déposée devant le domicile de mes parents à Blagnac et il a demandé à divorcer." Hizia estime qu'elle "a perdu son mari" le 22 mars 2012 à 10h30 lors de l'assaut final dans l'appartement du tueur, situé dans le quartier de la Côte-Pavée à Toulouse.

Lu sur Le Point

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Redmonde - 01/06/2012 - 12:11 - Signaler un abus ININTEGRABLES

    Ces musulmans religieux sont clairement inintégrables; en fait, la religion--qu'ils pratiquent à géométrie variable, comme ça les arrange--leur sert essentiellement de prétexte pour refuser de s'intégrer et bafouer les valeurs du pays d'accueil.
    Est-ce qu'il est tolérable que le mariage religieux soit seul considéré à leurs yeux comme valide et les dispense du mariage civil, le seul légal en République? Est-ce qu'il est tolérable qu'au nom de ses croyances religieuses à géométrie variable, un homme interdise à sa femme de sortir? Est-ce qu'il est tolérable que sur le sol français, un homme considère qu'il a le droit de répudier sa femme selon sa fantaisie, en la déposant comme un colis sur le trottoir?
    Tout, dans cette histoire, et pas seulement l'attentat de Merah proprement dit, est une attaque contre les lois et valeurs républicaines. Qu'on laisse de telles attaques proliférer en toute impunité explique et justifie le vote FN.

  • Par slavkov - 01/06/2012 - 11:09 - Signaler un abus dehors

    ... hizia, enturbanné, formaté - elle aussi comme ses copains islamistes peuvent librement retourner dans leur pays d´origine pour vivre selon leurs croyances ...

  • Par mbagnick - 01/06/2012 - 10:49 - Signaler un abus euh... mariage ? mais au nom de quoi et de qui...

    Pour eux c'est le mariage civil qui n'a aucune importance... ni légitimité.
    Des drogués à la religion, des aliénés, voilà ce qu'is sont.

  • Par Karamba - 01/06/2012 - 10:07 - Signaler un abus Oui tout ça est bien gentil...

    ... mais ça confirme aussi surtout un échec évident de notre modèle d'intégration républicain avec la culture de l'Islam. Donc restons en là et arrêtons d'insister...

  • Par cube - 01/06/2012 - 09:57 - Signaler un abus euh... mariage ? mais au nom de quoi et de qui...

    Pour mémoire le mariage religieux n'a aucune valeur en France et
    l'Article 433-21 du code pénal prévoit que
    "Tout ministre d'un culte qui procédera, de manière habituelle, aux cérémonies religieuses de mariage sans que ne lui ait été justifié l'acte de mariage préalablement reçu par les officiers de l'état civil sera puni de six mois d'emprisonnement et de 7500 euros d'amende"... si on pouvait éviter de parler mariage ce serait mieux...

  • Par PATRIE63 - 01/06/2012 - 09:55 - Signaler un abus INDECENT

    Atlantico pourrait il nous épargner l'apologie d'un tueur en série, de
    surcroit assasssin d'enfants ?? Merci pour les victimes et leur famille.

  • Par carredas - 01/06/2012 - 09:38 - Signaler un abus Merci Le Point...

    Voilà des déclarations qui vont sans aucun doute réconforter les victimes de "ce bébé qui avait besoin d'amour"
    Cela éclaire aussi d'un jour intéressant un mariage religieux musulman qui a duré 17 jours avant que soit prononcé ( par qui ? pourquoi ? ) le divorce.
    Est-ce ainsi que sont traitées les femmes musulmanes en France ?

  • Par Ravidelacreche - 01/06/2012 - 09:35 - Signaler un abus "Un bébé qui avait besoin d'amour"

    NO COMMENTS

Fermer