Jeudi 17 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Michel Rocard hospitalisé en Suède après un malaise

L'ancien Premier ministre assistait à un congrès à Stockholm en Suède.

Hospitalisé

Publié le 30 mars 2012
 

[Mis à jour le 30 mars à 16h50]

Selon l'entourage de Michel Rocard joint par Le Parisien, celui-ci a été "victime d'un malaise". L'ancien Premier ministre a été "placé sous surveillance, par précaution, pendant deux jours". "Il est conscient et discute avec tout le monde. Il veut même déjà sauter dans le premier avion !" assure-t-on. Michel Rocard devrait être de retour à Paris lundi.

 

 

Michel Rocard a été victime d'un accident vasculaire cérébral ce vendredi selon des informations de LCI. Il assistait à un congrès à Stockholm en Suède. L'ancien Premier ministre âgé de 81 ans, a été transporté conscient à l'hôpital. Des précisions sur son état de santé seront données ce vendredi après-midi.

Lu sur TF1 News

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par nuala - 31/03/2012 - 08:31 - Signaler un abus papy rocard

    quand on a 80 balais il serait tant d arreter la politique non et de rester au coin du feu surtout quand on a des problemes de sante place aux jeunes!!!

  • Par Decrauze - 30/03/2012 - 18:27 - Signaler un abus Rocard l'incorruptible

    Hommage à cet esprit vif qui, un peu comme Jacques Villeret au cinéma par la présence de Coluche, n’a pu faire la carrière politique escomptée face à l’envahissante occupation mitterrandienne. Sa plus belle action politique : en 1988, il parvient à réunir à Matignon les ennemis Lafleur et Tjibaou. Le Premier ministre d’alors a conscience de l’instant d’exceptionnelle humanité dont ces deux interlocuteurs ont fait preuve, et qui pourrait inspirer nombre de régions encore atteintes par des luttes barbares pour le pouvoir sur un territoire : « (…) deux hommes d’exception (…) se sont mis en travers du chemin fatal qui conduisait à la guerre civile » (extrait d’un discours du 26 août 1988, hôtel de ville de Nouméa). Cf. http://pamphletaire.blogspot.fr/search/label/Rocard

Fermer