Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 15 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Michel Delpuech, le préfet de police de Paris, auditionné à son tour après Gérard Collomb

Le préfet de police est auditionné depuis 14h dans le cadre de l'enquête sur les agissements d'Alexandre Benalla.

Nouvelles révélations ?

Publié le
Michel Delpuech, le préfet de police de Paris, auditionné à son tour après Gérard Collomb

 Crédit JACQUES DEMARTHON / AFP

Après l'audition de Gérard Collomb ce lundi matin, le préfet de police de Paris, Michel Delpuech est auditionné à son tour depuis 14h par l'Assemblée nationale. La commission d'enquête parlementaire doit permettre d'éclaircir les zones d'ombre de l'affaire Alexandre Benalla.

Le préfet de police de Paris a fermement condamné et dénoncé les agissements d'Alexandre Benalla, en parlant de "dérives individuelles inacceptables, sur fond de copinage malsain".

Michel Delpuech a précisé les conditions d'obtention des accessoires de la police obtenus par Alexandre Benalla lors du 1er mai. 

"Toujours sur mes sollicitations, le directeur de l'ordre public avait mis à disposition de monsieur Benalla un casque, avec à côté de lui un gradé de la police nationale.

D'autres moyens ont-ils été fournis à mon insu par mes services ? L'enquête judiciaire précisera les choses".

Le préfet a rapporté le déroulé des faits de cette journée particulière : 

"Je suis arrivé, un peu avant 9 heures, la réunion était présidée par le directeur de cabinet du ministre de l'intérieur. Vers 10h45, je suis rentré vers la préfecture de police. J'ai appelé mon directeur de cabinet pour faire le point sur les infos du matin. Il m'a dit que circulait une vidéo sur les violences poilicière. J'ai indiqué que je voulais en savoir plus.

Autour de 11h15, j'ai reçu un appel d'un collaborateur de cabinet du président de la République. Il vient aux nouvelles auprès de moi, je ne comprends pas de quoi il parle. Je n'ai jamais entendu parlé d'affaire Benalla à ce moment là. J'indique que je vais me renseigner. Dans le même temps, mon service de communication a trouvé cette vidéo. Nous l'avons visionné sur un grand écran. Il me revient à ce moment là un épisode du 1er mai. En fin de journée, le ministre de l'Intérieur est passé à mon bureau pour faire le point et pour aller en salle de commandement pour remercier les personnels et agents présents. J'ai alors découvert avec surprise et étonnement la présence de Benalla. Au moment de lui serrer la main, je lui demande ce qu'il fait là: "J'étais sur le terrain, je suis venu", dit-il. Je précise qu'à cette heure-là, le 1er mai, vers 20h30, les opérations de maintien de l'ordre se poursuivaient dans la capitale. Vers 23 heures sont intervenues les dernières interpellations. Je suis alors remonté à mon bureau, j'ai dû organiser la visite du premier ministre dans un commissariat".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 23/07/2018 - 15:38 - Signaler un abus Le casque, c'était pour taper avec?...

    ou pour éviter de recevoir des coups?...non! tout simplement pour éviter d'être reconnu sur les photos/vidéos...mais c'est raté!

  • Par J'accuse - 23/07/2018 - 16:25 - Signaler un abus "Copinage malsain"

    Faut pas lui en vouloir, M'sieu le juge, c'est pas sa faute: c'est juste qu'il avait de mauvaises fréquentations. Lesquelles ? Ben, Macron...

  • Par Poussard Gérard - 23/07/2018 - 16:52 - Signaler un abus L'Elysée, cest la hiérarchie de Ben Allah

    qui demande l'habilitation secret défense, le badge AN, le logement quai Branly, la voiture de fonction, le poste de sous préfet...donc il y a abus de pouvoir, détournement de fonds publics (10 000€) pour surveiller les bagages des bleus).. Alors le dandy arc en ciel va -til accuser Poutine et les fake news??

  • Par Yves3531 - 23/07/2018 - 17:29 - Signaler un abus Même si on se demande ce qu’il foutait là...

    que ce type aide les CRS à neutraliser et calmer des manifestants violents ne me choque guère, ça me le rendrait plutôt sympathique, surtout dans le contexte de laxisme ambiant. Par contre qu’on lui donne un grade de lieutenant-colonel dans la gendarmerie à son âge, comme çà, sans doute par le fait du prince, sans passer par les écoles ad’hoc et au moins les périodes militaires de réserve est écœurant. Le Colonel Beltrame doit se retourner dans sa tombe. Et ceux qui après 20 ans de bons et loyaux services y parviennent à peine, qu’en pensent ils. Si scandale il y a, il est là , pas dans le fait qu’un manifestant gauchiste violent ait été caressé à contre-poil...

  • Par zen-gzr-28 - 23/07/2018 - 18:17 - Signaler un abus Ben Allah choisira mieux ses amis dorénavant !

    Ben Allah choisira mieus ses amis dorénavant !

  • Par Beredan - 23/07/2018 - 21:17 - Signaler un abus La patate chaude ....

    Ce préfet est un vieux renard à qui on ne la fait pas ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€