Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 27 Juin 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le meurtrier de leur fille aurait dû être en prison : ils attaquent l'Etat pour faute lourde

La famille d'une étudiante tuée à Amiens en 2009 par un homme ayant plus de 20 condamnations à son actif estime que de simple recherches auraient permis de l'arrêter avant son crime.

Défaillance

Publié le
Le meurtrier de leur fille aurait dû être en prison : ils attaquent l'Etat pour faute lourde

Nino Tsetskhladze était une jeune étudiante comme tant d'autres : à 24 ans, cette Géorgienne était venue poursuivre ses études en France et avait loué un logement dans un foyer de jeunes travailleurs à Amiens. Mais parmi ses voisins se trouvait un délinquant notoire, Wahid Khalifi. Le corps de la jeune femme a été retrouvé le 10 novembre 2009 étouffé sur son lit, un sac-poubelle placé sur sa tête et entouré de gros scotch.

Le meurtrier au lourd passé judiciaire - plus de 20 condamnations à son actif - a été interpellé trois jours plus tard à Boulogne-sur-Mer. Jugé devant la cour d’assises de la Somme en avril 2012, il a été condamné à 30 ans de réclusion criminelle, peine confirmée en appel l’année suivante devant les assises de l’Oise.

Mais pour la famille de la victime, cette condamnation n'est pas la fin du combat. En effet, Wahid Khalifi était sous le coup d'un mandat d'arrêt lancé le 23 octobre 2009 - moins d'un mois avant le meurtre - suite à une condamnation à quatre ans de prison pour des faits d’agression sexuelle sur un codétenu.

Or, selon Me Giuseppina Marras, avocate de la famille, le domicile de l'homme était "parfaitement connu" des autorités le 23 octobre 2009. Et pour cause : le criminel était... sous contrôle judiciaire pour une autre affaire ! Sachant que son "comportement dangereux était parfaitement connu", l'Etat aurait dû le cueillir immédiatement, estime la famille.

Pour Me Giuseppina Marras, "des recherches très simples auraient permis de procéder à son incarcération immédiate, et surtout d’éviter le décès dans des conditions tragiques de Nino Tsetskhladze".

La famille considère que "la faute lourde de l’État est parfaitement caractérisée" et a donc saisi le tribunal de Grande instance de Paris. La justice devrait examiner cette affaire d’ici le mois de septembre.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zouk - 20/03/2016 - 11:48 - Signaler un abus Etudiante assassinée à Amiens

    Ses parents ont mille fois raison. Si notre Magistrature a encore un peu l'honneur de sa fonction, l'Etat devrait être lourdement condamné , quelques soient les instructions données alors par Madame Taubira, l'Etat est responsable de ses ministres.

  • Par Borgowrio - 20/03/2016 - 14:49 - Signaler un abus Ils finiront en bonne place sur le mur des cons

    Nous savons bien hélas , que les juges quoi qu'ils fassent sont intouchables . Des centaines de cas comme celui là n'ont jamais aboutis . Pour comprendre l'état d'esprit des juges , il faut parler de la promotion Burgaud , nom choisi par les jeunes juges fraichement promus en pleine affaire Outreau

  • Par adroitetoutemaintenant - 20/03/2016 - 15:43 - Signaler un abus Justice, éducation et journalisme même combat

    Ces trois corps ne représentent pas la France. Leurs occupants votent pour la gauche à plus de 80%. Comme dirait Trump : « Get out ! »

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€