Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 25 Juillet 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

La mère de Julian Assange se bat pour l'asile de son fils en Equateur

Elle s'est rendue à Quito pour s'occuper du cas de son fils, créateur de Wikileaks, réfugié à l'ambassade d'Équateur à Londres afin d'éviter d'être extradé vers la Suède.

A la rescousse

Publié le

Depuis le 19 juin, l'activiste australien est réfugié à l'ambassade d'Equateur à Londres et demande l'asile politique à Quito. Sa mère s'est rendue sur place pour soutenir la demande de son fils, car elle craint pour sa vie. En effet, la Suède réclame son extradition pour le juger pour des accusations de viol. Mais la plus grande crainte de la famille Assange est que Stockholm le transfère ensuite aux Etats-Unis. «Il pourrait y être condamné à la peine de mort ou à de très nombreuses années de prison», a déclaré sa mère.

 Il risquerait aussi, toujours selon elle, qu'on lui inflige «des tortures, comme ils le font en ce moment à Bradley Manning [ndlr : il aurait collaboré avec Assange et lui aurait transmis des fichiers militaires secrets]». La décision de l'Equateur se fera connaître à la fin des JO de Londres le 12 août.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par phidias - 30/07/2012 - 22:25 - Signaler un abus Mômaaan !

    C'est trop drôle ! Un homme censé faire trembler les démocraties défendu par sa maman... Au fait ? Où est celle de Ben Laden, Gadhafi, Saddam...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Atlantico.fr

Voir la bio en entier

Je m'abonne
à partir de 4,90€