Jeudi 24 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mercredi 22 août : le crédit annuel de ressources naturelles est déjà épuisé

Cette année, il aura fallu 234 jours pour épuiser les réserves naturelles produites par la planète, soit 36 jours de moins qu'en 2011.

Nouvelle dette

Publié le 22 août 2012
 

Mercredi 22 août est un jour sombre pour la planète. En cette année 2012, il aura fallu 234 jours pour consommer toutes les ressources naturelles que la terre peut produire en un an. Ce jour est donc celui du "Global Overshoot Day", soit le "jour du dépassement". Et comme les temps sont à l'endettement, nous allons désormais vivre à crédit sur l'énergie produite par notre planète.

Pour l'organisation Global Footprint Network (GFN) "l'heure du bilan a sonné". L'ONG qui calcule chaque année cette empreinte écologique affirme que ce dépassement intervient 36 jours plus tôt qu'en 2011.

GFN a, cette année, affiné sa méthode de calcul et a pu publier de nouveaux chiffres plus précis sur la consommation de ces cinquante dernières années. Le résultat est sans appel : "le déficit écologique se creuse de manière exponentielle depuis cinquante ans", constate Mathis Wackernagel, fondateur de l'organisation.

Conclusion : une seule planète n'est plus suffisante pour subvenir à nos besoins, qui dépassent 50% des ressources disponibles qui ont diminué de moitié depuis 1961, et absorber nos déchets. L'étude précise par ailleurs que les risques de pollution chimique et radioactive ne sont pas pris en compte, le président de GFN rappelle : "La dégradation des milieux naturels se traduit inévitablement par une baisse des surfaces productives et notre dette, qui s'alourdit, condamne aux dépens les générations futures."

En 2008, l'empreinte écologique des humains s'élevait à 2,7 hectares globaux (hag) par habitant alors que la capacité de la planète est de 1,8 hag/hab. En tête des pays les plus consommateurs, on retrouve le Qatar, le Koweït et les Emirats arabes unis qui consomment 11,68 hag/hab. Sur 149 pays observés, 60 sont  responsables de cette dette énergétique, dont la France qui se classe en 23è position. Les besoins de notre pays dépassent de 70% les ressources disponibles.

La pression des pays riches est disproportionnée. En tête du classement, le Qatar  puis le Koweït et les Emirats arabes unis ont une consommation de 11,68 hag/hab. Il faudrait aujourd'hui cinq planètes pour absorber la seule production en CO2 des qataries .

Au total, sur les 149 pays observés, 60 sont responsables de la dette. En 23position, figure la France, dont la biocapacité a reculé de 20 % entre 2005 et 2008. Désormais, nos besoins dépassent de 70 % les ressources disponibles. C'est bien au-delà de la moyenne mondiale. Le déficit s'est creusé très vite : le score hexagonal s'élevait à 44 % en 1995, à 54 % en 2005.

Pour le fondateur de Global Footprint Network, ni l'austérité ni la croissance n'éviteront la faillite du système, le défaut de régénération de la Terre sera le facteur limitant de notre économie. "Car la tendance finira par se renverser, que ce soit à dessein ou par désastre."

Lu sur Le Monde.fr

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par ghislfa - 23/08/2012 - 10:55 - Signaler un abus Encore des experts

    "Global Overshoot Day" qui c'est ceux là.
    Encore des militants de la décroissance qui veulent diminuer à tout prix le nombre des autres pour pouvoir vivre plus à leur aise?
    Et comment ils font leur calcul?

  • Par vdf - 23/08/2012 - 08:02 - Signaler un abus Amaigrissement

    Le diamètre de la Terre a diminué de combien de mètres ?

  • Par Apicius - 22/08/2012 - 22:45 - Signaler un abus On s'en fout

    La vie - dont l'homme - est arrivée par hasard sur la Terre. La vie n'est pas éternelle, donc l'humanité disparaitra un jour.
    Chaque jour suffit à sa peine, l'homme s'adaptera, et nos descendants feront tout autant de sottises que ceux qui les ont précédés et engendrés.
    NB : on peut donner une limite supérieure à l'existence de l'humanité. 3 milliards d'années, jusqu'au moment où notre galaxie sera percutée par celle d'Andromède qui dérive vers nous.

  • Par bacal - 22/08/2012 - 22:42 - Signaler un abus Copieur

    Si Atlantico faisait l'économie des redites de phrases directement "pompées" d'un article sur Le Monde.fr, peut-être que le déficit de la France s'en trouverait réduit d'un m2 ?

  • Par Karamba - 22/08/2012 - 21:39 - Signaler un abus Comme d'habitude

    l'art de diaboliser la technologie et le capitalisme et de passer sous silence l'irresponsabilité démographique qui nous conduit chaque jour qui passe à séjourner un peu plus nombreux sur la terre.

Fermer