Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 20 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mercenaires russes en Syrie : alors qu'il menait l'enquête, un journaliste fait une chute mortelle depuis son balcon

Un journaliste russe de 32 ans, Maxime Borodine, qui s'intéressait de près à la question des mercenaires russes en Syrie, est décédé dans de mystérieuses circonstances dimanche 15 avril, rapporte LCI. Les autorités évoquent un suicide.

Question d'équilibre

Publié le
Mercenaires russes en Syrie : alors qu'il menait l'enquête, un journaliste fait une chute mortelle depuis son balcon

 Crédit Facebook / Max Borodin

Qu'est-il arrivé à Maxime Borodine ? Ce journaliste russe de 32 ans, qui travaillait pour le journal "Novyi Dien" (Nouveau Jour) est décédé dimanche 15 avril après avoir chuté depuis du balcon de son appartement, situé au cinquième étage, à Ekaterinbourg, dans l'Oural, relate LCI. Transporté à l'hôpital, il est mort après trois jours de coma. Si les autorités parlent d'un suicide, son journal dément.

Des hommes en treillis sur son palier ?

Le journaliste d'investigation, spécialiste des questions de corruption, avait récemment fait état de la mort de mercenaires russes en Syrie, des employés d'une société militaire privée connue sous le nom de "Groupe Wagner".

L'appartement du défunt étant fermé de l'intérieur, les autorités ont privilégié la thèse du suicide. "Il n'y a pas de raisons d'ouvrir une affaire criminelle. Plusieurs versions sont à l'étude, dont celle de l'accident, mais il n'y a aucun signe montrant qu'un crime a été commis", a assuré le Comité d'enquête local à l'agence TASS ce lundi, refusant plus tard de répondre à l'AFP.  

La rédactrice en chef du journal où Maxime Borodine exerçait, Polina Rumyantseva, a indiqué qu’elle ne croyait pas à la thèse du suicide. Pour cause, un élément troublant rapporté par l'un de ses amis, qui assure l'avoir eu au téléphone le jour du drame. Il explique que Maxime Borodine l'a appelé pour lui dire qu'un homme armé se trouvait sur son balcon et que d'autres, en tenue de camouflage et portant des masques, se trouvaient sur son palier. Le journaliste l'avait rappelé quelques heures plus tard pour lui signifier que les individus en question n'étaient que des membres des services de sécurité participant à un exercice. Ouf !

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 16/04/2018 - 23:54 - Signaler un abus Du socialo-communisme, la Russie a conservé de tristes habitudes

    La raison principale pour laquelle le groupe Wagner, doit rester incognito bien qu’ils soient commandité par le pouvoir russe, est d'éviter de faire porter la responsabilité des morts en Opex sur les autorités russes et sur le tzar rouge. La stratégie du pouvoir russe est limpide, héritée directement du socialo-communisme: écraser, dans l’oeuf, toute velléité d’opposition et de contestation du pouvoir, avant même qu’elle n’éclose...car l’oligarchie russe sait que si elle n’écrase pas l’opposition, dès son démarrage, elle est foutue...

  • Par Solognitude - 17/04/2018 - 16:58 - Signaler un abus @ vangog

    Non, c'est pour ne pas avoir face à face en conflit direct Russes et Américains ou occidentaux. Même en Crimée ou le Donbass, il a fallu trouver l'astuce de pseudo séparatistes.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€