Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 14 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La menace qui pèse sur la liberté d'expression des militaires

Onze officiers généraux ont signé une tribune en exclusivité sur Boulevard Voltaire."Le pouvoir politique semble oublier que l’autorisation préalable à l’expression des militaires a été supprimée il y a plus de dix ans", fustigent-ils.

En colère

Publié le - Mis à jour le 19 Septembre 2017
La menace qui pèse sur la liberté d'expression des militaires

Onze officiers généraux ont signé le lundi 15 septembre une tribune en exclusivité sur Boulevard Voltaire. Celle-ci a été publiée ce lundi 18 septembre. Selon les auteurs de la missive, la récente démission du chef d’état-major des armées (CEMA), le général Pierre de Villiers "a mis en évidence le fossé qui s’est progressivement installé entre le politique et le militaire" et a "révélé et confirmé avec force la menace qui pèse dorénavant sur l’expression des militaires". Ainsi, ils estiment que des autorités politiques "ne supportent manifestement pas que la haute hiérarchie militaire lance des signaux d’alerte qu’elles considèrent comme des critiques de l’action de l’État et qu’elles jugent contraires au devoir de réserve". Ce comportement de l'exécutif inquiète le monde militaire.

Des généraux sanctionnés

Ils justifient le comportement du général Pierre de Villiers par le fait que le chef d'État-Major des armées français (CEMA) doit "informer les représentants de la nation sur les capacités réelles des forces armées et sur la nécessité d’une cohérence des moyens alloués avec les missions assignées". Ils n'hésitent pas à charger l’autorité politique laquelle, selon eux, "utilise depuis trop longtemps les budgets des forces armées comme une variable d’ajustement pour combler ses manquements en matière de gestion des comptes publics".

Ils comparent ensuite la situation vécue par l'ex-chef d'État-Major à celle de plusieurs généraux à commencer par le numéro trois de la gendarmerie, le général Bertrand Soubelet. Auditionné en 2014 par la commission de l'Assemblée nationale, il avait déclaré "que la politique pénale était en décalage avec les infractions relevées et il soulignait, en conséquence, les difficultés rencontrées au quotidien par les unités de la gendarmerie dans la lutte contre la délinquance". Résultat : "mutation dans un placard, c’est-à-dire une véritable censure valant finalement sanction", déplorent les généraux dans leur tribune, rappelant notamment la sanction du général Vincent Desportes en 2010. En cause, son interview au Monde dans laquelle il avait manifesté son désaccord sur la politique menée par les États-Unis, et par voie de conséquence par la France, en Afghanistan. "L’autorité politique affichait ainsi sa volonté de mettre un couvercle sur l’expression des militaires, et notamment des généraux", fustigent les auteurs de la missive.

Les généraux n'oublient pas de rappeler "l’arrestation mouvementée du général Christian Piquemal à Calais, le 6 février 2016, au cours d’une manifestation organisée dans le cadre des Journées européennes contre l’islamisation et l’invasion migratoire ?". "Plusieurs autres généraux en 2e section étaient directement menacés de sanction par courrier officiel, au mois de mars 2016, après avoir pris" sa défense, "ou après avoir signé collectivement une lettre ouverte" à François Hollande "lui rappelant ses devoirs à l’égard de la nation, ou après avoir fait état de leurs critiques sur la gestion de la crise de Calais par le gouvernement et en alertant sur ses conséquences".

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par KOUTOUBIA56 - 18/09/2017 - 19:16 - Signaler un abus et bien le Macreux il va le

    et bien le Macreux il va le prendre en pleine gueule!!!!!!!!!!!! propos plein de bon sens que la pourriture politique veut etouffer. Brigitte doit dire a Emmanuel que nous vivons en 2017 et plus en 1950!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Par Anouman - 18/09/2017 - 19:56 - Signaler un abus Généraux

    Et pourquoi pas les capitaines, les adjudants et les caporaux? Comme si les généraux savaient mieux de quoi ils parlent que les autres... Il faut libérer la parole de tous comme dans le civil. Ainsi elle devient inaudible dans le brouhaha, mais ça évite les frustrations.

  • Par assougoudrel - 18/09/2017 - 20:40 - Signaler un abus Dans ce cas, les généraux devraient

    refuser leurs privilèges. Les autres militaires, quand ils ont atteint leur taf en annuités (même si ils les dépassent) touchent 80% de leurs salaire de base et les généraux 100%. Un soldat perd un œil en service, aura la pension du soldat. Le Sous-officier aura la pension de son grade. Le général touchera 6 fois celle du soldat qui aura besoin de vivre, de travailler. Le général, en service, en poste, aura un budget pour ses repas, son habillement, son logement, maître d'hôtel, cuisinier, voiture de fonction et conducteur etc... Si on lui a donné tout ça, c'est pour qu'il ne "chie pas dans les bottes" du politicien gouvernant, tout comme nos journalistes doivent se taire pour ne pas perdre leur 30% d'abattement sur leur impôts. Les autres militaires, s'ils parlent, les premiers à les massacrer sont les généraux. Il est question de les virer sans pouvoir toucher leur retraite. Il faudrait qu'ils se mettent à la place de ceux qui sont en-dessous d'eux, qui voient et subissent des injustices, mais qui n'ont aucun droit, mais le devoir de la fermer. C'est normal qu'ils disent ce qui ne va pas dans les Armées et tirent la sonnette d'alarme.

  • Par clint - 18/09/2017 - 21:13 - Signaler un abus Un "quarteron de généraux" : elle est bien partie la France !

    Un relent de félonie apparaitrait ? Pour qui ils se prennent ? Inadmissible de la part de militaires, et encore plus de généraux !

  • Par vangog - 18/09/2017 - 21:44 - Signaler un abus Excellente et juste tribune!

    Oui, les militaires devraient pouvoir exprimer leurs doutes quand à la cohérence des moyens avec les missions allouées et quand aux choix stratégiques des politiques, sans craindre la foudre de Zeus, si la France était une vraie Démocratie moderne...mais on en est loin, avec la France socialo-macroniste! Et ce n'est pas en singeant la véritable Démocratie américaines, avec deux navets qui le regardent signer des diktats, que Macron-Rothschild ça se rapprocher d'une Démocratie moderne...

  • Par gerint - 18/09/2017 - 22:38 - Signaler un abus @Assougoudrel

    D'accord mais même avec les réserves que vous faites le Général De Villiers â La tête et Les épaules au-dessus de la carrure de Macron

  • Par Deudeuche - 18/09/2017 - 22:49 - Signaler un abus Pourquoi les civils libéraux libertaires

    Refusent aux Militaires un droit élémentaire dont eux ils abusent au niveau de la diarrhée permanente. L'arrogance de ces pourris qui décident de la liberté des militaire à vécu. Quant à la haine des Militaires subalternes frustrés par la hiérarchie, elle est stupide de soutenir l'arrogance citadine des civils inaptes précités.

  • Par assougoudrel - 19/09/2017 - 07:07 - Signaler un abus @Gerint

    Je n'ai pas dit que les Généraux ne sont pas bons, mais beaucoup se taisent justement pour ne pas perdre leurs privilèges et les postes sont décidés aux Conseil des Ministres (idem les colonels pour commander un régiment). Quand on a une carotte devant et une épée de Damoclès sur la tête, on est bridé et on traverse un champ de mines. Ce que je reproche à ce système, c'est que le militaire n'est pas (assez) défendu par ses généraux. Cela fait plus de 30 ans que les militaires disent "nous n'avons pas de chefs, mais des gestionnaires". Depuis quelques mois, il y a des troupes en Estonie (soit disant que Poutine est dangereux et qu'il faut le surveiller). Il était question que nos hommes, en plein hiver, soient sous des toiles de tente pendant 4 mois. Le Colonel (des Troupes de Marines) a dit "Niet" et nos soldats ont dormi dans du dur. Beaucoup se seraient écrasés, car nos dirigeants qui n'ont rien à foutre n'avaient rien à en redire. Quand à macron, il n'arrive même pas à la cheville du plus mauvais général d'une armée africaine.

  • Par gerint - 19/09/2017 - 13:42 - Signaler un abus @Assougoudrel

    D'accord mais même avec les réserves que vous faites le Général De Villiers â La tête et Les épaules au-dessus de la carrure de Macron

  • Par gerint - 19/09/2017 - 13:48 - Signaler un abus @Assougoudrel

    Désolé pour la redite ci-dessus. Je connais pas mal de militaires et je sais que vous avez raison. Les conditions de vie au Mali par exemple sont mauvaises. De Villiers est justement allé le dire en milieu autorisé et en cela il a eu du mérite mais comme Les lanceurs d'alerte dans la Gendarmerie par exemple soys Hollande il s'est fait casser par cette espèce de petit con de Macron et de façon cette fois publique et humiliante. C'est très anormal à mes yeux,

  • Par assougoudrel - 19/09/2017 - 13:59 - Signaler un abus @Gerint

    Le Général De Villiers est un Grand Monsieur. Un jour, nos généraux seront obligés de prendre les choses en main afin d'arrêter ce chaos, pour ne pas laisser le pays s'enfoncer à ne plus pouvoir s'en sortir, même si tout laisse à penser qu'il est trop tard. Beaucoup sont de la noblesse et aiment leur pays (comme tous les autres), contrairement à nos dirigeants qui sont devenus fous.

  • Par Liberte5 - 19/09/2017 - 17:42 - Signaler un abus La liberté d'expression s'est réduite comme peau de chagrin..

    dans une France où seul le politiquement correct à la possibilité de s'exprimer dans tous les médias. Pour les autres, ceux qui sont en désaccord, qui proposent une autre politique une autre vision sur l'islam , l'immigration , c'est au mieux la censure ou pire la condamnation (ex: E. Zemmour et bien d'autres) et la perte de son travail. Cette régression intellectuelle de la France est largement entamée depuis les années 80. Diverses lois liberticides sont venues bâillonner la libre expression qui nous devrions avoir.La France n'est plus une démocratie. C'est une république socialiste. Vive la liberté !!!!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€