Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 02 Août 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Appel du pied de Nicolas Sarkozy aux électeurs du Front national

Le président-candidat a tenu un meeting de campagne à Arras, ce mercredi soir, en mettant l'accent sur les thèmes chers au FN.

Dernière ligne droite

Publié le

Nicolas Sarkozy a prononcé un discours de campagne ce mercredi à Arras, dans le Pas-de-Calais, à quelques jours du premier tour. C'était la troisième visite de Nicolas Sarkozy en tant que candidat dans la région. Il a tenté de séduire les électeurs du Front national en les exhortant à "voter utile".

"Le vote pour Jean-Marie Le Pen, ça a bien servi François Mitterrand pendant deux septennats. Le vote pour Marine Le Pen, ça servira François Hollande!", a lancé Nicolas Sarkozy. 

Au cours du discours, il a été beaucoup question de "système d'intégration qui ne fonctionne plus", d'immigration qu'il faut "diviser par deux", de "racines chrétiennes", de "frontières qui protègent", de "nation" et de lutte conte le communautarisme.

Le candidat UMP a rappelé son action contre le centre de Sangatte pour les migrants, qu'il a fermé lorsqu'il était ministre de l'Intérieur. Il a fustigé cette "gauche caviar", "dont pas un seul n'avait mis les pieds à Sangatte". "Lille n'était si loin (mais) Mme Aubry n'était jamais venue dans le hangar de Sangatte (…) Cachez cette réalité que je ne veux pas voir!".

"Oui à la solidarité, non à l'assistanat car l'assistanat est payé par le travail des Français", a déclaré Nicolas Sarkozy, très applaudi sur ce thème. "Nous ne voulons pas de piscines municipales avec des horaires pour les femmes et des horaires pour les hommes", a-t-il insisté. "Viande hallal dans les cantines", "des femmes enfermées dans des prisons de tissu" ... "Nous n'en voulons pas dans notre République."

"Nous ne voulons pas de nivellement dans l'école de la République. Dans l'école, le laxisme n'est pas une preuve d'amour, mais une preuve de faiblesse. L'école de la République, nous refusons qu'elle soit la propriété des syndicats. L'école est l'affaire des familles de France. L'école n'est la propriété d'aucun groupe de pression qui soit ...", a-t-il rappelé.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par steph898443 - 19/04/2012 - 08:54 - Signaler un abus Assistanat LOL

    "non à l'assistanat car l'assistanat est payé par le travail des Français" Les deniers publics, ça se mérite! http://bit.ly/IPy3i8

  • Par anticip - 19/04/2012 - 09:13 - Signaler un abus c'est pas la peine

    il est foutu ni les le pen ni les bayrou ne veulent de lui pas meme les chirac il a fait trop de bourdes ,avec ses elargissements de majorité a gauche ,ses innombrables taxes ,carbonne et autre ,ses depenses somptueuses tanps pis ,on aura les desastreux socialo.

  • Par De France et de plus loin - 19/04/2012 - 13:39 - Signaler un abus A steph Les aides sociales

    A steph Les aides sociales ont pour contrepartie les cotisations versées (je vous rappelle que la majorité des étrangers et des français en général travaillent) . Le terme assistanat n'est donc pas adéquat . Le terme assistanat ne peut décrire qu'une aide apportée sans contrepartie comme par exemple l'aide que les gosses de riches ou des classes aisées (dont je fais partie) reçoivent tout au long de leur vie de la part de leurs parents.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€