Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Jeudi 30 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Législatives : Jean-Marc Ayrault et Martine Aubry
au charbon

Le Premier ministre et la première secrétaire du Parti socialiste ont teni leur dernier meeting mercredi à Paris.

Tous en campagne

Publié le - Mis à jour le 14 Juin 2012

[Mis à jour 21h20]

Ayrault termine enfin sur "les défis qui attendent et qui sont de taille", et "tend la main à tous ceux qui veulent le redressement du pays".

"Il nous reste trois jours pour convaincre les indécis alors mobilisez vous encore un peu plus. Le 17 juin c'est notre responsabilité de donner toutes les chances au changement. Le 17 juin, ce sera avec vous, ce sera pour la France" explique-t-il enfin.

[Mis à jour 21h15]

"Il n'y aura pas de redressement durable de notre pays sans un système d'éducation performant"."Comment un pays peut créer de la confiance si on n'aide pas sa jeunesse, comment prépare-t-on un pays à son avenir si on n'investit pas dans le futur de sa jeunesse", se demande le Premier ministre.

"Les fonctionnaires qui ont été tant abimés sont nécessaires. C'est quand les services publics reculent que le sentiment d'abandon s'installe" ajoute Ayrault.

"Je veux insister sur quelques principes : le principe de justice, à la base de la réforme fiscale que nous préparons. Le principe de décence qui nous conduit à plafonner le salaires des patrons d'entreprises publiques. Notre action sera aussi guidé par le principe de responsabilité." explique finalement le Premier ministre.

[Mis à jour 21h10]

"Le 7 juin, nous allons tourner la page, mettre en œuvre les 60 engagements de François Hollande. Notre priorité c'est le redressement de l'économie", explique Ayrault. Il rappelle ensuite le bilan de l'UMP.

"Nous avons l'ambition de mener une politique industrielle" explique-t-il pour parler du chômage.

[Mis à jour 21h03]

Comme Martine Aubry, il s'offusque que l'UMP ne donne pas de consignes de vote entre PS et FN.

[Mis à jour 21h]

Le Premier ministre revient ensuite sur la charte de déontologie signée par les ministres, mais aussi sur la parité au sein du ministère. Il évoque le non-cumul des mandats.

"Notre ambition est de restaurer la crédibilité de la parole politique". Il évoque notamment "les engagements tenus" : le retour partiel de la retraite 60 ans, l'allocation de scolarité, ou le rétablissement d'un ministère aux droits de la femme.

Il s'inquiète ensuite "du score élevé du FN".

[Mis à jour 20h55]

Le Premier ministre revient ensuite sur les résultats du premier tour des législatives. "Les résultats du premier tour rendent possible cette victoire, mais rien n'est jamais joué". "Nous avons de grands motifs de satisfaction depuis dimanche, la gauche obtient son meilleur score depuis les élections de 1988, et globalement la gauche est largement en tête".

Il revient sur le taux élevé de l'abstention. "Beaucoup ont sans doute pensé que l'essentiel était fait avec la victoire de François Hollande. Mais nous avons besoin d'eux pour avoir la majorité et réussir le changement. Sans une majorité de gauche, il n'y aura pas de contrats de générations, il y aura l'augmentation de la TVA, le retour des cadeaux fiscaux pour les plus riches, ne laissons pas faire ça mes chers amis. Venez voter le 17 juin pour les candidats de la majorité présidentielle".

[Mis à jour 20h53]

"Nous allons entreprendre avec vous les grands chantiers pour l'île-de-France : ceux du logement, du transport public et de l'aménagement du territoire, les chantiers du développement de la durable et contre la pollution. Nous allons construire un grand paris performant, solidaire et écologique" déclare Ayrault.

Ayrault remercie également Martine Aubry et son combat pendant les législatives, mais aussi "son chantier de la modernisation du parti". Il salut ensuite les "alliés de la gauche" comme les écologistes, le Front de Gauche.

[Mis à jour 20h50]

Le Premier ministre évoque le rôle très positif du maire Bertrand Delanoë sur la ville de Paris. "Vous avez convaincu parce que vous avez réussi", déclare-t-il.

[Mis à jour 21h48]

Jean-Marc Ayrault rentre sur la scène du Zénith.

[Mis à jour 20h45]

"Dimanche prochain, ce sera pour nous un grand bonheur collectif, un grand bonheur pour le pays, pour ceux qui souffre. Nous n'oublions pas que l'essentiel c'est de remettre de la justice et de porter des valeurs de solidarité, de paix au-delà de nos frontières" conclue finalement Martine Aubry.

Aucune allusion au tweet de Valérie Trierweiler n'a donc été lancée par Aubry.

[Mis à jour 20h40]

Aubry en appelle ensuite aux électeurs. "Il faut vraiment que dimanche prochain que les voix qui se sont portés sur Hollande au second tour reviennent". "Amplifions le résultat de dimanche dernier, saluons la confiance que le président et le Premier ministre ont déjà acquis".

La première secrétaire du PS évoque la réforme fiscale, les contrats de générations et les contrats d'avenir, une nouvelle étape de décentralisation.

[Mis à jour 20h37]

Aubry rappelle qu'il reste encore "tellement de choses à faire". Elle critique alors l'UMP "Le projet de l'UMP, vous le cherchez mais nous ne le trouvons pas". "J'ai cherché leur projet, je ne l'ai pas trouvé, ils n'en parlent pas". Selon la première secrétaire, l'UMP abandonne ses valeurs "quand il décident de ne pas choisir entre le Parti socialiste et le FN". Elle rappelle aussi l'interview donnée par Nadine Morano au journal Minute. "La promesse républicaine, c'est l'emploi et le pouvoir d'achat la priorité", explique ensuite Martine Aubry.

[Mis à jour 20h35]

"Moins d'un mois et déjà la France est écoutée sur la scène internationale" explique Martine Aubry en revenant sur "ce nouvel air" qui souffle sur la France, et le rôle que joue la République sur la scène internationale.

[Mis à jour 20h30]

"Il faut saluer le travail mené par tous les ministres. C'est un travail formidable qui a été fait dans le dialogue, ça nous a changé", déclare Martine Aubry, se demandant "comment on a pu traites les corps intermédiaires" auparavant.

[Mis à jour 20h20]

Aubry rend ensuite hommage au Premier ministre Jean-Marc Ayrault. "En quelques jours tu as su conquérir la confiance des Français, nous ça ne nous a pas étonné", explique-t-elle. Elle rappelle que 10 des promesses des François Hollande sont déjà tenues : la parité, l'exemplarité, la justice... Elle évoque bien sûr la loi sur le harcèlement sexuel, mais aussi le plafonnement des salaires des patrons d'entreprises publiques.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par zen aztec - 13/06/2012 - 22:20 - Signaler un abus Pfffff...

    qui a envie de voir ça...peut être en jouant à la roulette russe..

  • Par Karamba - 13/06/2012 - 22:35 - Signaler un abus blabla...

    dimanche mon vote ira pour le candidat le mieux placé contre la dictature présidentielle gauchiste.

  • Par le Gône - 13/06/2012 - 23:04 - Signaler un abus dimanche............

    TOUT sauf la gauche!!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€