Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 15 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Marine Le Pen ne voit pas ce qui fait du candidat Bolsonaro un candidat d'extrême-droite

La présidente du Rassemblement national a fait cette déclaration sur France 2.

Election au Brésil

Publié le
Marine Le Pen ne voit pas ce qui fait du candidat Bolsonaro un candidat d'extrême-droite

 Crédit Yann COATSALIOU / AFP

Ce jeudi sur France 2, Marine Le Pen a expliqué "ne pas voir" ce qui fait que Jair Bolsonaro un candidat d'extrême-droite à la présidence du Brésil. Elle évoque une "culture différente" et la "difficulté de transposer" ses propos en France.

"De toute façon, dès que quelqu'un dit quelque chose de déplaisant, il est d'extrême droite dans les médias français. Je ne vois pas ce qui en l'occurrence fait de M. Bolsonaro un candidat d'extrême droite" explique la présidente du Rassemblement national interrogée sur les propos de Bolsonaro sur les femmes et les homosexuels.

Elle reconnaît toutefois des propos "désagréables" : "il a sûrement tenu des propos qui sont éminemment désagréables, qui ne sont peut-être pas du tout transférables dans notre pays, c'est une culture qui est différente. Mais est-ce qu'on va à un moment donné accepter que les peuples ont des histoires et des cultures qui sont différentes, ou est-ce qu'on cherche toujours à juger, à jauger ce qui se passe à l'extérieur en vertu de notre propre culture et de notre propre histoire?"

Pour expliquer la popularité du candidat, elle évoque "une réaction face à une situation d'insécurité terrifiante" et de "pauvreté" qui touche le pays.

Le candidat Jair Bolsonaro a particulièrement choqué par quelques sorties très polémiques : 

- En faisant référence à la traque des communistes par le régime dictatorial : "L'erreur de la dictature a été de torturer sans tuer".

- En réponse à une femme accusant les militaires de l'avoir violé : "Elle ne mérite pas d'être violée parce qu'elle est très laide, ce n'est pas mon genre. Je ne suis pas un violeur, mais si je l'étais, je ne la violerais pas parce qu'elle ne le mérite pas."

- Dans un entretien à Playboy, il rejette ouvertement l'homosexualité : "Je préférerais que mon fils meurt dans un accident plutôt que de le voir apparaître avec un moustachu."

- Il a aussi traité une ancienne ministre de "grosse gouine". 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par J'accuse - 11/10/2018 - 15:06 - Signaler un abus Elle est pourtant habituée

    La presse qualifie d'extrême-droite tous ceux qu'elle n'aime pas, terme synonyme de fasciste, raciste, et aussi nationaliste et populiste, dans le sens péjoratif bien sûr. Les Brésiliens votent donc pour la réincarnation d'Hitler. Ne nous inquiétons pas: Macron leur enverra un traitement contre la lèpre.

  • Par assougoudrel - 11/10/2018 - 15:40 - Signaler un abus Grosse gouine

    Je veux bien qu'on me traite de "cochon", mais surtout pas de "gros cochon", mais je préfère encore "gros cochon" que "porc". Pourquoi pas "gros groin"? Quand aux journalistes français, ils peuvent insulter tous ceux qui ne pensent pas MAL comme eux. Ils sont pitoyables.

  • Par MIMINE 95 - 11/10/2018 - 16:03 - Signaler un abus Cette manie d'excommunier

    des hommes politiques étrangers par les "Z -'élites" auto-proclamés de la bien pensance mondiale me fait penser à un retour de l'inquisition . C'est au peuple brésilien de juger pas au cartel mondialiste des hypocrites Qu'on cesse donc d'asséner des mots qui finissent par ne plus rien vouloir dire tant il sont utilisés sans tenir compte de leur sens, comme repoussoirs émotionnels . Je remarque que depuis peu le "fascîîîîisme", tant chéri mais tellement marteler qu'il a fini par faire MDR est devenu...... "populîîîîsme" ....mais que c'est pas beau mais que c'est p

  • Par vangog - 11/10/2018 - 20:53 - Signaler un abus Seule la vérité blesse...

    on se demande ce qui est le plus vexant dans « grosse gouine »?...le fait que ce soit vrai, ou l’association de deux mots qui, pris séparément, ne sont pas des injures, mais qui le deviennent lorsqu’ils sont accolés?

  • Par vangog - 11/10/2018 - 23:06 - Signaler un abus A force d’être galvaudés par les médias-aux-ordres...

    et les faussses élites, les titres « populistes » et « extrême-droite » vont devenir des titres de gloire, des « étoiles jaunes » ...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€