Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Dimanche 23 Septembre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Manuel Valls : Sur les réformes, "il faut éviter la brutalité ou le passage en force"

Dans Les Echos, l'ancien Premier ministre évoque les réformes en cours.

Les erreurs du passé…

Publié le
Manuel Valls : Sur les réformes, "il faut éviter la brutalité ou le passage en force"

Dans les colonnes des Echos, Manuel Valls salue la volonté d'Emmanuel Macron de réformer. "Le mandat que les Français ont donné à Emmanuel Macron est de réformer. Ils attendent de lui qu'il incarne la fonction, dépasse le clivage gauche droite, porte le projet européen et réforme. Il peut y avoir des critiques sur le contenu ou la méthode mais il y a une attente de transformation réelle", estime-t-il. Et de prévenir : "Le mouvement ne peut pas s'arrêter".

"Ne donnons pas le sentiment de jouer les uns contre les autres"

Toutefois, il estime qu'il faut "éviter la brutalité ou le passage en force".

"Je parle d'expérience", lance l'ancien Premier ministre qui avait recouru au 49-3 pour faire adopter la loi Macron et la loi Travail. "La société française reste fragile, inquiète. Elle attend aussi de la justice sociale et fiscale", ajoute-t-il. Ainsi, il propose d'exonérer de cotisations sociales et de défiscaliser les heures supplémentaires "dès 2019" pour améliorer le pouvoir d'achat des Français. Seul hic, de son côté, l'exécutif veut supprimer les cotisations sociales sur les heures supplémentaires "à l'horizon 2020".

En outre, l'ancien ministre de François Hollande se dit favorable à la réforme de la SNCF. Cependant, il pense qu'"il ne faut pas considérer les fonctionnaires ou les agents de la SNCF comme des 'privilégiés'". "Ne donnons pas le sentiment de jouer les uns contre les autres. En France, les élites, trop souvent, gardent leurs prérogatives et aiment imposer des réformes à ceux qui gagnent peu", conclut-il.

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jurgio - 13/03/2018 - 23:30 - Signaler un abus La Gauche toujours plus près du statu quo

    que des véritables réformes.

  • Par Beredan - 14/03/2018 - 00:02 - Signaler un abus Vox clamavit ...

    Nul doute que le socialo Macron l’ait entendu ...

  • Par assougoudrel - 14/03/2018 - 09:22 - Signaler un abus Le roi du 49-3

    a parlé.

  • Par l'enclume - 14/03/2018 - 10:57 - Signaler un abus Mesdames, Messieurs un peu de dignité svp

    Les gugusses, faudrait arr^ter de nous prendre pour des billes et les journalistes pour des gogos. Je viens de lire dans un quotidien la situation suivante : Madame Perricaud ministre du travail, qui payait l'impôt sur la fortune, en est exonérée depuis la suppression : gain annuel 1.740 €. Un brave mec qui a 1.200 € de pension mensuel va perdre sur l'année 250 €.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€