Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 18 Août 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mali : un véhicule militaire français attaqué à la grenade avant l'arrivée de Macron

L'attaque a eu lieu à Ouagadougou, deux heures avant l'atterrissage de l'avion présidentiel et a manqué sa cible.

Attentat

Publié le

Des individus cagoulés ont lancé une grenade vers un véhicule militaire français, dans le nord d'Ouagadougou (Burkina Faso), lundi soir, deux heures avant que l'avion d'Emmanuel Macron n'atterrisse dans la capitale du pays. Les agresseurs, à moto, ont manqué leur cible mais ont blessé trois riverains dont un grièvement.

L'attaque s'est déroulée loin de l'aéroport. La sécurité a été largement renforcée dans la capitale burkinabaise pour accueillir le président français.

Voilà plusieurs années que les forces spéciales françaises se sont installées à Ouagadougou dans le cadre d'une coopération militaires avec l'armée burkinaise.

La présence des djihadistes au Sahel a renforcé cette présence. Les militaires sont ainsi intervenus lorsque la ville a été la cible d'un attentat sanglant sur des terrasses, en janvier 2016.

LIRE AUSSI - "Adresse à la jeunesse africaine" : Emmanuel Macron face aux vertigineux défis démographiques, économiques et migratoires du continent

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Deudeuche - 28/11/2017 - 08:15 - Signaler un abus Mali et non pas Mali

    Burkina Faso.

  • Par assougoudrel - 28/11/2017 - 10:13 - Signaler un abus Je dirai même plus

    Anciennement Haute Volta.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€