Lundi 21 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Mali : une tempête de sable empêche l'armée française de se déployer dans Kidal

Postée dans l'aéroport hors de la ville, l'armée française tente de coopérer "en bonne intelligence" avec les groupes islamistes qui contrôlent Kidal et qui affirment rejeter le terrorisme.

Contre temps

Publié le 31 janvier 2013
 

 Crédit Reuters

Après la reconquête des deux plus grandes villes du Nord du Mali, Gao et Tombouctou, la progression des soldats français au Mali est interrompue à l’aéroport de Kidal où ils sont arrivés dans la nuit de mardi à mercredi. Au même moment, la diplomatie française exprimait le souhait de dialoguer avec les populations du Nord Mali.

D'ordinaire accompagnés par l'armée malienne, les soldats français sont cette fois seuls à Kidal, bloqués par une tempête de sable.

L'armée française s'adapte à la situation spécifique de Kidal, et c'est en signe d'ouverture aux groupes du Nord qu'elle est venue sans l'armée malienne.. "Nous sommes dans une situation particulière à Kidal et nous faisons en sorte d'avoir des relations de bonne intelligence avec les Touareg", a déclaré le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

La ville est en effet tenue non pas par des jihadistes liés à Al-Qaïda, mais par des groupes islamistes et touaregs qui assurent rejeter le "terrorisme" et défendent la possibilité d'une "solution politique"au conflit malien.

Les rebelles du MIA qui tiennent la ville avaient lancé un appel mercredi pour que "l'armée malienne et les forces de la Cédéao (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest) ne pénètrent pas sur le territoire de l'Adrar des Ifoghas (région de Kidal) avant qu'une solution politique ne soit trouvée".

Lu sur France TV Info

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par gegemalaga - 01/02/2013 - 09:18 - Signaler un abus desert

    ben , merde alors ...!
    si en plus il y a du sable dans le desert !! , nous qui pensions qu'il n'y avait que de l'uranium et du gaz ...et des islamistes ;
    bon , par contre c'est rassurant : il y a toujours des Touareg.
    gegemalaga

  • Par amirg - 31/01/2013 - 16:21 - Signaler un abus Incident ?

    Le risque en existe maintenant que nos soldats sont devant Kidal. Car, à nous référer à la déclaration de notre ministre de la Défense, à quoi nous sert d'"avoir des relations de bonne intelligence avec les Touareg" ?
    Manifestement, cela peut conduire à détériorer celles que nous devons maintenir prioritairement avec le pouvoir malien, alors même qu'il ne semble pas encore vraiment disposé à négocier avec le nord, plus particulièrement avec les Touaregs. Si nous faisons ami-ami avec ceux-ci, nous lui forçons la main, en même temps que nous dépassons notre mandat : la négociation n'est pas notre affaire. Par contre, nous touchons à la limite de l’ambiguïté et c'est le moment d'en sortir. Confer "Les armes et la diplomatie."
    A propos, serait-il vraiment "marrant" que la France commette un impair au Mali ?

  • Par amirg - 31/01/2013 - 13:19 - Signaler un abus Les armes et la diplomatie.

    Avoir pris pied devant Kidal et pouvoir s’y renforcer est positif. Pas question d’y entrer à l’invitation des occupants. Que reste-t-il à faire ? Pas un début de guerre de position. Il faut garder l’initiative. En somme, il ne s’agit que d’une nouvelle phase de l’opération, mais cette fois on intervient dans deux domaines. En se renforçant, et avec l’arrivée d’éléments africains, il est permis de prendre Kidal si nécessaire. Dans le même temps, conformément à la décision 2085, les conditions de la discussion entre pouvoir malien et représentants légitimes des populations du Nord, y compris les groupes armés non terroristes reconnaissant l’intégrité du Mali, sont réalisées. Mais, là, la France n’est plus compétente. Elle devrait donc sans plus tarder saisir le Conseil de Sécurité. Et pour que le pouvoir malien soit invité à engager concrètement le processus de réconciliation, y compris avec le Nord, dont possiblement les Touareg de Kidal ! Et pour apprécier la suite de son engagement militaire immédiat à Kidal, ainsi que pour relancer la question du traitement des forces terroristes dispersées et peu ou prou localisées. Il est devenu impératif de ne pas commettre d'erreur !

  • Par Pihoui - 31/01/2013 - 13:11 - Signaler un abus Tempête de sable ou écran de fumée

    Le Président nous a dit que la "bataille était en train d'être gagnée"...
    Le Président nous a dit qu'il s'agissait de chasser tous les terroristes du Mali.
    Il nous a dit aussi que la France intervenait pour pacifier et unifier le Pays !
    En réalité , on constate :
    . qu'une tempête de sable pouvait freiner notre Armée. Ce paramètre n'était-il pas intégré dans la stratégie présidentielle ?
    . chasser les Terroristes ? Sauf blackout complet, nos Troupes semblent n'avoir trouvé personne en face d'elles.
    . unifier le Mali ? Et que fait le Président ? Il commence à Kidal par parlementer avec des indépendantistes ! C'est d'ailleurs en général sa méthode : s'adresser à l'opposition (où que ce soit) plutôt qu'au pouvoir en place. Les Maliens légitimistes ne vont surement pas oublier ce pas de clerc.
    En tous cas, entre les paroles initiales (un simple soutien logistique) et la situation actuelle au Mali , on ne comprend plus grand-chose. L'écran de fumée est encore plus opaque que la tempête de sable.

  • Par Gégé Foufou - 31/01/2013 - 12:28 - Signaler un abus SI il y a des vents de sable

    dans le désert malien faites comme le Paris Dakar délocalisez le en Amérique du Sud.
    Au lieu de libérer le Mali, libérons le Pérou, du moment que ça fasse monter les sondages de notre grand généralissime de quelques points dans les sondages....

  • Par papa_deddine - 31/01/2013 - 12:06 - Signaler un abus 2°partie) Vendre la peau de l'ours...

    C'est le néo-colonialisme de forme économique qui est de retour.
    Les Maliens devraient prendre conscience que l'unité des rangs entre les différentes couches Maliennes s'impose aujourd'hui plus que jamais.
    S'il n'y a pas eu d'affront direct entre les forces Françaises et les rebelles, cela signifie tout simplement que ces derniers ont mis l'arme au pied , qu'ils sont en stand-by en attendant de voir l'objectif précis des forces étrangères .
    Chanter victoire est prématuré parce que le silence actuel des armes laisse penser que le terrorisme avenir, la chasse des blancs et des harkis va ""afghaniser"" le Mali où la France -actuellement faible économiquement- va laisser des plumes pour avoir foncé tête baissée , sous couvert de lutte anti Jihadiste (je me refuse -une fois de plus - le mot d'Islamiste toujours utilisé comme prétexte) pensant vouloir instaurer la discipline tout comme les gens en costume et cravate "occidentaux" pensaient aller en Afghanistan civiliser les Afghans alors qu'ils se sont retrouvés dans une situation peu enviable, humiliante et humiliés.
    Dans une situation exécrable !!!

  • Par papa_deddine - 31/01/2013 - 12:02 - Signaler un abus C'est ce qu'on appelle : vendre la peau de l'ours !!!

    La presse et les Français en général crient victoire au vu de la rapidité avec laquelle les forces Françaises avancent dans cet immensité désertique. C'est à croire, en l'absence de toute résistance, que le Mali est un morceau de beurre dans lequel on enfonce le doigt et que les rebelles (surtout n'utilisez pas le mot Islamiste qui n' a rien à y voir) sont tout simplement mis hors d'état de nuire.La France ne devrait faire croire qu'elle a déjà gagné la guerre.Si elle veut faire croire que c'est pour rétablir l'ordre, nous devons faire remarquer que les yeux des stratèges de l’Élysée sont braqués vers le sous sol Malien .
    Et c'est là le principal objectif qui ne sera jamais dévoilé.
    N'oublions, surtout pas, que les richesses non exploitées à ce jour, feront de ce pays - sous peu de temps - le plus riche du continent noir tenant compte du fait que l'Or, le diamant , l'uranium , le manganèse , le pétrole , le gaz ...pour ne citer que ceux-là , sont enfouies dans les entrailles de cet immense territoire pour lequel , l'ancien colonisateur se met à baver de plaisir et de désir dans l'espoir de profiter de ces richesses que la nature a offert à ce peuple qui ne sait pas l'exploiter.

  • Par moerl16 - 31/01/2013 - 11:32 - Signaler un abus notre glorieuse troupe

    notre glorieuse troupe sous les ordres d'Edam 1er a été stoppée par un vent de sable ,chose totalement normale dans un désert ,notre grand (moi président) va être obligé de nous sortir ses balourdises habituelles pour justifier cet arrêt des opérations

  • Par Ravidelacreche - 31/01/2013 - 11:01 - Signaler un abus La tempête de sable

    C'est propre à l'armée Française et ne concerne pas "l' armée Malienne " ? Ou alors on a évité des règlements de comptes entre Touareg et Malien ?

Fermer