Jeudi 24 avril 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Le machisme, cause du viol ?

L'analyse d'un professeur de droit... et de biologie.

Nature Vs. Culture

Publié le 2 juin 2011
 

Les affaires DSK et Georges Tron ne fascinent pas que les Français. Les Américains s'interrogent eux aussi sur la crise morale que traverse la France ces dernières semaines, notamment en ce qui concerne le rapport à la séduction. Le site Salon se demande s'il est possible de faire le lien entre le machisme d'une culture et la propension des hommes à devenir des violeurs, et est allé demander l'avis d'Owen Jones, professeur de droit et de biologie à l'université Vanderbilt :

"Biologie et culture sont inextricablement imbriquées. Alors qu'il est impossible de détacher une agression sexuelle de la biologie, les cultures qui ont tendance à décomplexer les agressions contre les femmes en auront davantage."

Le machisme et le mépris pour les femmes seraient donc un terreau fertile pour les viols. Mais, d'après lui, d'autres facteurs comme les peines de prison encourues auraient aussi une grande influence sur le choix d'un agresseur potentiel de passer à l'acte :

"Par exemple, vous pourriez avoir une culture plus machiste, mais avec aussi des peines de prison supérieures à la normale."

Enfin, malgré la mauvaise image des mâles français, il faut garder en tête que les très puritains Etats-Unis comptent davantage de viols par habitants que la France...

Lu sur Salon

 


Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Maxime Brunerie - 02/06/2011 - 13:47 - Signaler un abus "les peines de prison encourues...."

    A noter que durant sa détention (6 à 8 ans effectifs en général si c'est la première fois et que la victime n'est pas mineur), le pointeur devra se contenter de films, montrant des scènes de femmes violées, échangés en douce, avec ses codétenus, sur des clés USB.
    La solution "prison" pour ce type d'individu est inefficace et onéreuse.
    La véritable solution tout le monde la connait...

Fermer