Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mardi 24 Mai 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Loi Travail : Les organisations patronales s'unissent pour demander des modifications

"Le projet de Loi El Khomri n’est pas acceptable en l’état et doit absolument être enrichi".

L'Empire contre-attaque

Publié le
Loi Travail : Les organisations patronales s'unissent pour demander des modifications

Une reculade en invite-t-elle une autre ? Le gouvernement n'en a pas fini avec la loi El Khomri et la réforme du droit du travail. Fait peu commun, les organisations patronales—Medef, Afep (Association française des entreprises privées), CGPME et FNSEA—publient ce mardi 22 mars un communiqué commun, que s'est procuré BFM Business, pour demander des modifications au projet de loi. Après avoir cédé sur sa gauche, le gouvernement sera-t-il obligé de céder sur sa droite ? Ou de passer, au final, un texte qui ne satisfera personne ? 

Le sujet clé mis en avant par les organisations patronales est celui du plafonnement des indemnités prud'homales.

En effet, une condamnation prud'homale peut être "perçue comme totalement aléatoire". "Cela constitue un frein à l'emploi et explique, pour partie, le fait que l'essentiel des embauches se fassent en CDD", écrivent-ils.

Les organisations demandent également un renforcement du rôle des référendums au sein des entreprises, ainsi qu'un assouplissement des règles liées au temps de travail, pour permettre à l'entreprise d'ajuster sa production en fonction du carnet de commandes sans avoir à licencier. Ils expriment également des doutes sur l'efficacité du compte personnel d'activité, et sur la surtaxation des CDD.

En tout état de cause, le message est clair : "Aujourd’hui, nous le disons clairement: le projet de Loi El Khomri n’est pas acceptable en l’état et doit absolument être enrichi lors du débat parlementaire".

L'intégralité du communiqué est disponible sur le site de BFM Business.

A LIRE AUSSI : Loi Travail : partie encore plus serrée autour de la table

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par langue de pivert - 22/03/2016 - 12:11 - Signaler un abus Aujoud'hui la pause café, demain la pause tapis ? ☺

    Curieusement, les représentants des entreprises font l'impasse sur l'article 6 de ce projet de modification du code du travail et sa scandaleuse proposition des droits - insensés et facteurs de conflits - du communautarisme dans l'entreprise ?

  • Par Jean-Benoist - 22/03/2016 - 13:51 - Signaler un abus Une franco marocaine

    qui a inscrit l'article 6 pour le droit à la prière dans l'entreprise au lieu de travailler? et la suppression du seuil légal des 9 ou 49 salariés pour donner à l'entreprise plus de liberté? Et le RSA pour les jeunes sans travailler? belle incitation pour qu'ils cherchent du travail Cette réforme fourre-tout coulera davantage le pays

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€