Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 01 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Loi Travail : les nouvelles concessions de Manuel Valls

"Nous avons modifié le texte final, et nous l'avons amélioré," a déclaré le premier ministre.

Réforme

Publié le
Loi Travail : les nouvelles concessions de Manuel Valls

C'était prévu : Manuel Valls devait dire ce lundi 14 mars aux partenaires sociaux quelles modifications il entendait apporter à la loi El Khomri à la suite des mouvements sociaux de la semaine dernière. Le gouvernement a toujours dit que s'il refusait de retirer le projet, il était néanmoins ouvert à des négociations. Le premier ministre avait promis de ‘’corriger, rectifier, changer ce qui doit l’être, lever les ambiguïtés et répondre aux interrogations.’’ Après ses concessions, et demandé aux partenaires sociaux de donner un "nouveau départ" au texte.

Parmi les principales nouvelles dispositions : 

  • Fin du plafonnement des indemnités prud'homales. C'était la disposition qui choquait le plus, y compris les syndicats réformistes. Dorénavant, le barême des indemnités sera seulement "indicatif".

  • Maintien des nouveaux critères de licenciement économique. Autre disposition phare : la loi prévoyait d'élargir les conditions dans lesquelles une entreprise peut avoir recours au licenciement économique. Là le gouvernement ne recule pas, même s'il précise que ces nouveaux critères feront l'objet d'un contrôle "accru" du juge.

  • Le plafond du compte formation sera relevé de 150 à 400 heures pour les travailleurs non qualifiés.

Lors de sa conférence de presse au sujet du projet, Manuel Valls a précisé que "les entreprises ont besoin de souplesse", une souplesse qui "permet de mieux répondre aux attentes des clients." Il veut permettre cette souplesse sans créer un "rapport de force défavorable aux salariés" au sein de l'entreprise, et veut "rassurer" les salariés sur le contenu de la loi. 

Ce lundi soir, Manuel Valls sera l'invité du JT de France 2, tandis que Myriam El Khomri sera sur TF1. La CFE-CGC décidera le 21 mars si le projet a été suffisamment remanié. "Renoncer serait suicidaire", estime Alexandre Saubot, négociateur du Medef. La CGT, la FO et l'Unef continuent de demander le retrait de la loi. La CGT prévoit de nouvelles actions le 31 mars. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 14/03/2016 - 16:13 - Signaler un abus Rien sur le volet communautariste de cette loi?

    ah oui, c'est vrai que les étudiants manipulés par les trotskystes n'ont pas réclamé la suspension de cet article ni du préambule de ce fou de Badinter...ils ouvriront les yeux plus tard, lorsqu'ils sortiront du conditionnement!

  • Par ALAIN B - 14/03/2016 - 17:13 - Signaler un abus MDR !!!!!!! Trop forts pour moi Valls ...

    Et tout au long de la semaine les cocus se promènent !!!

  • Par clint - 14/03/2016 - 21:19 - Signaler un abus Loi trop "libérale" pour le FN de Philippot !

    Enfin cette réforme est la Loi travail CFDT !

  • Par lexxis - 14/03/2016 - 21:27 - Signaler un abus QUESTION DE LOGIQUE?

    Le Premier Ministre est-il bien sûr que ce soit le texte final qu'il a modifié, auquel cas ce texte n'était pas vraiment final. Ne serait-ce pas plutôt le texte initial? Décidément, dans ce Gouvernement, on dit tout et n'importe quoi et en plus, en pleine semaine de la langue française et de la francophonie. Un comble!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€