Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 05 Décembre 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Loi santé : menace de grève des médecins dès le 3 octobre, si elle n'est pas abrogée

Quatre organisations syndicales de médecins ont profité de la tenue de l'Université d'été du PS à La Rochelle pour rappeler ce vendredi leur volonté de voir abroger la loi de modernisation de la Santé qui instaure le tiers-payant généralisé.

Un arrêt des soins illimité

Publié le
Loi santé :  menace de grève des médecins dès le 3 octobre, si elle n'est pas abrogée

La Fédération des médecins de France (FMF), l'Union française pour une médecine libre (UFML), le Syndicat des médecins libéraux (SML) et le Bloc (représentant les médecins spécialistes), ont menacé de "mener des actions de septembre à décembre jusqu'à obtenir le retrait de cette loi", selon Jérôme Marty, président de l'UFML. Ces organisations dénoncent "une attaque historique contre la déontologie des médecins". 

Ces quatre syndicats appellent à un arrêt complet de leur activité, sans limite dans le temps, à compter du 3 octobre si le gouvernement maintient cette loi.

"Nous négocions actuellement avec les médecins urgentistes et le personnel hospitalier pour qu'ils rejoignent le mouvement", a indiqué le président du SML, Éric Henry. Un tel accord conduirait au blocage complet des soins. 

Pour rappel, ils souhaitent l'abrogations de la loi de modernisation de la Santé qui instaure le tiers-payant généralisé. Jérôme Marty considère qu'il s'agit d'"une attaque historique contre la déontologie médicale". Selon lui, "cette loi institue l'étatisation et la financiarisation de la médecine. Le secret médical est directement menacé car il existe un risque de commercialisation des données du patient". 

 

 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Anouman - 28/08/2015 - 21:30 - Signaler un abus Menace de grève

    Ils n'ont pas tort. Qu'ils fassent grève. Mais je crains que ça ne suffise pas à changer les choses. Tous ces politiques pensent détenir la vérité alors que ce sont juste de gros parasites qui tentent par tous les moyens de faire croire le contraire.

  • Par vangog - 28/08/2015 - 23:04 - Signaler un abus Cette loi socialiste va pénaliser les plus faibles...

    les jeunes médecins sans garanties bancaires, incapables d'investir dans un cabinet moderne, ceux parmi les médecins qui n'ont pas les moyens d'investir dans du matériel informatique, ni de recourir à des sociétés prestatrices d'informatique, à des sociétés de traitement du tiers-payant, à des sociétés de recouvrement, ni ceux qui n'ont aucun goût pour l'informatique...le but du socialisme est donc la restriction de l'offre de soins, par dégoût et découragement des praticiens, afin de satisfaire aux absurdes objectifs comptables de cette idéologie passéiste...de petits comptables mesquins, voila ce que sont les socialistes!

  • Par vangog - 28/08/2015 - 23:11 - Signaler un abus Le traitement informatique est chronophage...

    30% du temps que les praticiens consacraient à la santé de leurs patients, sera désormais consacré à des tâches administratives, sans compter les frais induits supplémentaires. On ne peut croire que la motivation des socialos est une motivation de santé publique, puisque l'offre de soins va être réduite de 30%! Et l'argument de ceux qui ne peuvent faire l'avance de 25 euros ne passe que chez les benêts qui croient encore au socialisme...motivation comptable, uniquement une motivation comptable...et puis une revanche vis à vis de ces "professions libérales" qui ne veulent decidemmment pas voter gauchiste, malgré les injonctions furieuses de ce gouvernement de branques...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€