Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 25 Juillet 2016 | Créer un compte | Connexion
Extra

Loi santé de Marisol Touraine : Juppé et Fillon indiquent qu'ils l'abrogeront s'ils sont élus en 2017

Lors d'un congrès de la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP) ce mercredi, les 2 candidats ont opté pour la même position.

Promesses

Publié le
Loi santé de Marisol Touraine : Juppé et Fillon indiquent qu'ils l'abrogeront s'ils sont élus en 2017

Voilà une promesse de campagne qui ne passe pas inaperçue. En plus, elle n'a pas été par un seul candidat à la primaire de droite mais deux. En effet, Alain Juppé et François Fillon ont avancé ce mercredi qu'ils abrogeraient totalement ou en partie la loi Santé de Marisol Touraine, s'ils étaient élus à la présidence de la République. 

Lors d'un congrès de la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP), c'est d'abord le maire de Bordeaux qui est monté au créneau. "J'ai bien l'intention, si j'accède aux responsabilités auxquelles je prétends, d'abroger la loi Touraine", a-t-il expliqué. "Je comprends votre exaspération, elle est légitime et je la partage" a-t-il lâché. Le projet de loi Santé, qui doit être adopté définitivement avant la fin décembre par le Parlement, suscite de vifs mécontentements parmi les professionnels de santé.

"Rien ne sera possible si nous ne rétablissons pas un climat de confiance entre les acteurs du système de soins et les pouvoirs publics. Aujourd'hui elle fait terriblement défaut", a-t-il jugé.

Puis, François Fillon a été opté pour la même position quoique plus nuancée. "Les dispositions des textes législatifs qui viennent d'être adoptés, qui vont dans le mauvais sens, doivent simplement être abrogés et remplacés par des dispositions qui permettent une équité entre le service privé et le secteur privé. La place des établissements privés dans l'organisation des soins doit être pleinement reconnue au même titre que établissements publics", a-t-il indiqué. François Fillon a aussi reconnu de son côté mercredi que la loi HPST (hôpital, patients, santé et territoires), votée lorsqu'il était le Premier ministre de Nicolas Sarkozy, "avait fait débat". "Aucune réforme n'est parfaite (...), des erreurs sont apparues avec le temps", a-t-il concédé avant d'appeler à une "simplification de l'organisation" des Agences régionales de santé (ARS). 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jybro - 09/12/2015 - 18:45 - Signaler un abus Primaire ,primaire, calvaire calvaire

    encore à y croire ces deux la, !!! S'ils veulent changer le process, qu'ils mettent en oeuvre la suppression de cette dernière! en accélérant la sortie de NS. Pas sur que ce qui restera de l'ump suive NS.

  • Par Deudeuche - 10/12/2015 - 09:10 - Signaler un abus Je croyais que les lois des socialistes

    c'était "onnepourrapasrevenirdessus" enfin quand elles sont "pour tous".

  • Par vangog - 11/12/2015 - 03:02 - Signaler un abus Abrogation de la loi Touraine...et de la loi HPST!

    les ARS sont des organes technocratiques, qui sont en train de tuer le système de Santé français, avec la régularité d'un métronome. En réduisant les actes et les prix des médicaments, ils fusillent la Santé privée, sur l'auteur de leur incompétence budgétaire. Touraine ne fait que rajouter une couche d'impuissance à un système paralysé!

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€