Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Lundi 18 Décembre 2017 | Créer un compte | Connexion
Extra

La lettre (finalement déchiffrée) d'un prisonnier dévoile d'horribles détails sur les conditions de travail dans le camp d'Auschwitz

Le texte fut découvert par hasard en 1980… mais restait jusqu'alors indéchiffrable.

Pour l'Histoire

Publié le
La lettre (finalement déchiffrée) d'un prisonnier dévoile d'horribles détails sur les conditions de travail dans le camp d'Auschwitz

Quand la technologie moderne permet d'en savoir un peu plus sur les l'horreur du passé. En novembre 1944, Marcel Nadjari, un juif originaire de Grèce, enterra une lettre près du camp dAuschwitz. Le texte fut découvert par hasard en 1980… mais restait indéchiffrable. Pourtant, grâce au travail d'un historien Pavel Polian et d'un spécialiste de l'informatique, Aleksandr Nikitjaev, aidés par une technique dite "d'analyse multi spectrale", la lettre a livré ses secrets.

Marcel Nadjari faisait partie des tristement célèbres "Sonderkommando". Ces travailleurs – qui étaient fréquemment tués et remplacés – se trouvaient contraint à l'horreur : ramasser les corps des victimes des chambres à gaz, retirer les dents et les cheveux, apporter les dépouilles au crématorium avant de jeter les cendres dans les rivières.

Dans sa lettre, Nadjari revient sur cette terrible activité.

"Notre travail consistait à recevoir les gens" écrit-il. Les Allemands avaient placés des tuyaux au plafond pour leur faire croire qu'ils préparaient une douche. Ils avaient des fouets dans leur main et forçaient les prisonniers à se rapprocher de plus en plus, de sorte à ce qu'un maximum de personnes puissent rentrer dans la pièce. Une mort "de sardines". Puis les portes étaient fermées. Une demi-heure plus tard, nous ouvrions les portes et notre travail commençait. Nous portions les corps de ces femmes et des enfants innocents. Ils étaient brulés sans carburant, juste avec leur graisse". Nadjari pensait qu'il ne survivrait pas à cette terrible épreuve. Mais il sortit vivant de la Seconde Guerre mondiale et des camps, avant de mourir à New York, à l'âge de 54 ans. Bien avant que son terrible témoignage ne soit rendu public.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par JG - 11/10/2017 - 21:30 - Signaler un abus Retournez à l'école apprendre l'orthographe...

    "Ne soit rendu public "....c'est UN témoignage

  • Par OLYTTEUS - 12/10/2017 - 12:14 - Signaler un abus Il y a des livres sur les

    Il y a des livres sur les commandos édités par la fondation du mémorial des déportés de Paris: d’autres lettres ont été retrouvées et livrent les mêmes éléments et d’autres....

  • Par Anouman - 12/10/2017 - 21:58 - Signaler un abus Lettre

    Ces horribles détails sont connus depuis des années, alors je ne vois pas où se situe la révélation. Du buzz pour les ignorants.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€