Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Samedi 23 Juin 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Lactalis : le PDG Emmanuel Besnier promet d'indemniser les familles

Très discret, le puissant patron de Lactalis est sorti de son silence, dans une interview au JDD.

Parole à la défense

Publié le

"C'était nécessaire." Conscient de la crise qui bouscule son groupe, le patron de Lactalis, Emmanuel Besnier est finalement sorti de son silence, dans une interview au JDD, ce dimanche. Face aux risques sanitaires, il a d'abord promis d'indemniser "toutes les familles qui ont subi un préjudice", assurant que la santé des consommateurs était sa préoccupation. "Notre priorité a toujours été de gérer la crise et de s'assurer qu'il n'y ait pas de nouveaux enfants malades (...) On nous dit aujourd'hui que [les bébés contaminés] vont bien, c'est l'essentiel" affirme-t-il.

"Il y a des plaintes, il y aura une enquête, nous collaborerons avec la justice en donnant tous les éléments qu'on nous demandera. Nous n'avons jamais pensé agir autrement" a-t-il poursuivi, soulignant que Lactalis assumait la responsabilité de la crise. "Notre métier, c'est de mettre des produits sains sur le marché. Si cela n'a pas été le cas, c'est notre responsabilité. Je l'assume."

Emmanuel Besnier affirme aussi que le groupe n'a jamais cherché à cacher certains lots contaminés, auprès des autorités. "Nous reconnaissons qu'il manquait cinq lots dans le premier fichier que nous avons transmis à Bercy. Cela a été corrigé dès le lendemain. À aucun moment il n'y a eu une intention de cacher les choses" précise-t-il. En revanche, il assure qu'il "n'y a pas eu de manquement de notre part sur les procédures."

Il rappelle que les lots de l'usine contaminés vont être tous rappelés. "Il faut mesurer l'ampleur de cette opération: plus de 12  millions de boîtes sont concernées. Dans nos ordinateurs cela représente 1,3 millions de lignes", a-t-il expliqué, soulignant que les distributeurs n'avaient donc plus besoin de trier les produits. "Ils savent qu'il faut tout retirer des rayons."

Critiqué aussi pour son manque de communication, le discret PDG assure qu'il "ne refuse jamais de discuter avec personne." Pour autant, il justifie ce long silence. "Nous sommes une entreprise discrète. La famille a grandi dans une culture et de la simplicité et de la discrétion. (...) C'est vrai, je ne suis pas d'une nature expansive. Dans une crise comme celle-là, on cherche d'abord à agir, et peut-être n'ai-je pas pris le temps nécessaire pour expliquer les choses, ce que je fais aujourd'hui."

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par Citoyen-libre - 14/01/2018 - 14:40 - Signaler un abus Mais c'est logique

    Les médias sont factuels. Le dessous des cartes n'est pas rentable. Tous les grands groupes procèdent de la même façon. C'est la politique du risque calculé. La règle est simple, 90% font la rentabilité et se taisent, 10 % rouspètent. On indemnise les 10 %. C'est ça la vraie mondialisation. Les peuples sont totalement démuni face à ces monstres qui font la loi et les lois. Qui s'oppose à l'espionnage de la vie privée par Google ou Facebook ? Qui s'oppose aux prix fixés par la grande distribution et l'agro-alimentaire ? Qui s'oppose à la pollution de Monsanto ? Qui s'oppose à la tarification scandaleuse des banques , aux loueurs de voitures, à tous ceux qui ont votre empreinte de CB qui vous débite sans votre accord, etc ? Les français deviennent des zombis de gré ou de force.

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€