Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 01 Octobre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Affaire Karachi : La justice française mène l'enquête en Colombie

Le parquet a demandé à la justice colombienne de vérifier les avoirs Jean-Philippe Couzi, ami de Nicolas Bazire et Thierry Gaubert, déjà mis en examen et proche de Nicolas Sarkozy.

A suivre

Publié le

Sur demande de la justice française, la justice colombienne va vérifier les comptes d'un proche de Thierry Gaubert, ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy, dans le cadre de l'affaire Karachi. Selon Libération, qui révèle l'information cette demande concerne les avoirs de Jean-Philippe Couzi aussi ami personnel de Nicolas Bazire, lui-même proche de l'ancien chef d'Etat qui a aussi été mis en examen dans cette affaire, tout comme Thierry Gaubert.

Il y a quelques jours, le parquet colombien a reçu via le ministère des Affaires étrangères, une commission rogatoire des autorités judiciaires françaises, "qui sollicite la vérification de certains aspects de la situation financière de Jean-Philippe Couzi", a indiqué une source du parquet au quotidien Libération.

"On ne peut pas encore dire qu’il y a une enquête officielle, ni même préliminaire. L’objectif est de fournir des précisions aux autorités françaises", a ajouté cette source anonyme.

Jean-Philippe Couzi, mari d'Astrid Bettencourt, sœur de l'ancien otage Ingrid Bettencourt, possède une belle résidence dans la localité huppée de Nipo, située dans la cordillère des Andes, à une centaine de kilomètres de Bogota. Le quotidien colombien El Tiempo, ajoute par ailleurs que la justice française aurait demandé des éclaircissements sur les comptes de Thierry Gaubert lui aussi propriétaire d'un luxueux pied-à-terre au même endroit. Une information qui n'a pas été confirmé par le parquet colombien.

Dans cette affaire,  les juges Renaud Van Ruymbeke et Roger le Loire essaient de vérifier si des commissions versées dans le cadre de contrats d’armement parachevés en 1994 pourraient avoir eu lieu via des rétrocommissions.  Elles auraient contribué au financement illégal de la campagne présidentielle de l’ex-Premier ministre Edouard Balladur en 1995, dont Nicolas Sarkozy fut le porte-parole.

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par jentend - 10/07/2012 - 14:20 - Signaler un abus Combien va nous couter ses investigations

    Ces juges, de gauches bien entendu veulent à tout prix coincer NS. Pour arriver à leur fin, ils n'hesiteront pas à employer tous les moyens de médiatisations et le reste bien entendu. Mais au fait pourrait on nous indiquer, lorsque l'enquete de ces deux redresseurs roses sera terminée, le montant exact des dépenses engendrées. Il sera surprenant que NS soit sali voir inquiété, mais alors qui paiera la facture.

  • Par carredas - 10/07/2012 - 16:40 - Signaler un abus Les amis de mes amis...

    "... Selon Libération, qui révèle l'information cette demande concerne les avoirs de Jean-Philippe Couzi aussi ami personnel de Nicolas Bazire, lui-même proche de l'ancien chef d'Etat..." Un ami d'un ami de Nicolas Sarkozy...mais il n'y a ni enquête ni même préliminaires selon la source anonyme... Quel est donc l'intérêt de cette information relayée par Libération, si ce n'est associer le nom de l'ancien président aux juges chargés de l'affaire Karachi !

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

En savoir plus
Je m'abonne
à partir de 4,90€