Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Vendredi 28 Novembre 2014 | Créer un compte | Connexion
Extra

Journée mondiale contre le cancer : quelques idées reçues à combattre

Cette année, la Journée mondiale contre le cancer se mobilise contre les idées fausses qui circulent autour de cette maladie.

Tous mobilisés

Publié le
Journée mondiale contre le cancer : quelques idées reçues à combattre

La Journée mondiale contre le cancer, qui a lieu chaque année le 4 février, est malheureusement l'occasion de rappeler que cette maladie est la première cause de mortalité en France. Cette année, la Journée mondiale contre le cancer se mobilise contre les idées fausses qui circulent autour de cette maladie. Le thème - illustré par la question "Cancer – Vous saviez ?" - est l’occasion de réfléchir aux réelles conséquences du cancer et d’améliorer la prévention à l’échelle mondiale ainsi que les efforts concernant les traitements.

- "Le cancer, un problème qui ne concerne que les pays développés" : C'est faux. Il est vrai que le cancer est prédominant dans les pays riches, mais les populations des pays les plus pauvres ont aussi une durée de vie moins longue lorsqu’ils sont atteints de cette maladie. Les avancées médicales ont permis aux malades dans les pays à hauts revenus de vivre plus longtemps, mais les malades des pays à faibles revenus continuent de mourir jeune.

Aujourd'hui, le cancer est à l’origine de plus de décès dans le monde que le VIH, la tuberculose et le paludisme réunis. Sur les 7,6 millions de décès liés au cancer dans le monde en 2008, plus de 55% surviennent dans les régions les moins développées. 

- "Le cancer n’est pas forcément mortel" : C'est vrai. De nombreux cancers peuvent aujourd'hui être guéris. La prévention, le dépistage précoce et le traitement se sont traduits par de meilleurs résultats pour les patients. Les cancers dépistés au stade initial entraînent moins souvent la mort. Les dépistages précoces du cancer du sein et du col de l’utérus ont permis, dans certains pays de réduire de 30% le taux de mortalité. De même, les vaccins contre le papillomavirus peuvent éviter jusqu’à 70% des cas de cancer du col de l’utérus.

- Le cancer serait inscrit dans notre destin. Certains facteurs génétiques entrent en compte, mais il existe aussi des facteurs aggravants, liés par exemple au mode de vie (alcool, régime alimentaire, manque d’activité physique) et qui peuvent être corrigés. Le tabagisme représente à luis seul 71% des décès par cancer des poumons. 27 à 38% des cancers principaux pourraient être évités par un meilleur régime alimentaire, une activité physique plus importante et une masse graisseuse plus faible.

Dans les pays pauvres, les facteurs infectieux comptent aussi énormément dans le développement de cancers. Sur près de 13 millions de nouveaux cas de cancer chaque année dans le monde, environ 2 millions seraient causés par des maladies infectieuses, et donc évitables. 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par emi-75 - 04/02/2013 - 16:39 - Signaler un abus Chacun a des idées reçues et des préjugés ...

    Bonjour, Je crois en effet que chacun a des idées reçues sur le cancer et l'image qu'il s'en fait. Moi, par exemple, j'avais une idée précise de ce que pouvait être la chimiothérapie et en lisant cet article, je me suis rendue compte que j'étais à côté de la plaque... http://www.entrepatients.net/fr/sante/dossiers/765497-traitements-les-traitements-des-cancers-focus-sur-chimiotherapie-radiotherapie

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€