Atlantico, c'est qui? c'est quoi ?
Mercredi 17 Octobre 2018 | Créer un compte | Connexion
Extra

Une journée de manifestation agitée partout en France

Cheminots, fonctionnaires, salariés de l'énergie tentent de former un front commun en cette journée d'action interprofessionnelle. Quelques affrontements ont lieu avec la police, notamment à Paris.

Jour de grève

Publié le
Une journée de manifestation agitée partout en France

Le mot du jour est sur toutes les bouches et de tous les slogans : "convergence des luttes". L'appel lancé par Solidaires et la CGT a été entendu partout en France, avec 133 mobilisations prévues sur l'ensemble du territoire. A Paris, ils sont nombreux (chiffre à définir) à défiler sur les boulevards, profitant d'un temps par ailleurs très clément. Cheminots, étudiants, salarié de l'énergie, fonctionnaires, personnels hospitaliers, tous ont voulu exprimer qu'ils comptaient "se serrer les coudes" pour faire front au train de réforme porté par le gouvernement.

A gauche, on fait référence au passé "illustre" de mai 68. Mais la convergence qu'on avait pu observer il y a cinquante ans est remise en question, notamment par Bruno Le Maire, l'actuel ministre de l'Economie : "Je ne crois pas à la convergence des luttes. Il y a des colères, mais je vois pas de points communs." Au contraire, Jean-Luc Mélenchon s'est dit profondément réjoui : "On est dans un processus où la radicalité du comportement du président a poussé au regroupement. Un président ne devrait pas parler comme ça".

Par ailleurs, de nombreux heurts ont été signalés. Certaines actions de groupes non-identifiés ont bloqué l'avancée de portions du cortège à Paris. Des lancements de gaz lacrymogènes par les CRS ont répondu à des jets de projectiles et des vitres brisées de banque ou d'agences immobilières. A Rennes aussi, la manifestation aurait connu d'importants débordements.

Philippe Martinez (CGT) s'est dit content de la mobilisation et parlait déjà de la grande manifestation du 1er mai prochain.

 
 

 

 
Commentaires

Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.

  • Par vangog - 20/04/2018 - 01:15 - Signaler un abus Ayez pas peur, ce ne sont que des réformettes!...

    C’est extraordinaire comme une certaine catégorie de Français rétrogrades a une peur panique du changemen!... Ce changemen-là ne changera rien du tout, les cheminots continueront à partir à la retraite à 52 ans, payés par le con-tribuables Français, de plus en plus rares... les zadistes continueront de zader, à NDDL, à Bures, dans n’importe quel trou-à-rats...et les étudiants continueront de zoner— en attente du chômage de masse gauchiste, tant espéré...pas de changement. Ayez pas peeeeeur, les momes!

  • Par l'enclume - 20/04/2018 - 10:05 - Signaler un abus Toujours aussi aussi con le valet FHaine

    vangog - 20/04/2018 - 01:15 - Pauvre abruti, se coucher si tard et écrire de telles inepties. Mon père était mécanicien à la SNCF, je ne l'ai pratiquement jamais vu aux anniversaires où fêtes de Noël. Partir à n'importe qu'elle heure du jour où de la nuit, idem pour les retours, parfois deux où trois jours après. etc, etc....

  • Par vangog - 20/04/2018 - 13:47 - Signaler un abus @l’enclume très bête! De multiples professions sont d’astreinte

    Ça ne les autorise pas à exiger des privilèges iniques, qu’ils ne sont même pas capables de payer par leurs propres cotisations, et que Lacrouille a autorisé les con-tribuables français à rembourser...

Pour commenter :

Depuis son lancement Atlantico avait fait le choix de laisser ouvert à tous la possibilité de commenter ses articles avec un système de modération a posteriori. Sous couvert d'anonymat, une minorité d'internautes a trop souvent détourné l’esprit constructif et respectueux de cet espace d’échanges. Suite aux nombreuses remarques de nos lecteurs, nous avons décidé de réserver les commentaires à notre communauté d’abonnés.

Je m'abonne
à partir de 4,90€